Le président iranien Hassan Rohani à Téhéran, le 11 février 2016.
 

 

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire