BFMTV

Intempéries au Maroc: des pluies diluviennes provoquent d'importants dégâts à Casablanca

Les rues de Casablanca ont été inondées.

Les rues de Casablanca ont été inondées. - Capture d'écran

D'importantes précipitations ont touché Casablanca, provoquant de lourds dégâts matériels et humains. Une personne est morte dans l'effondrement d'un bâtiment lié aux inondations.

Les pluies diluviennes qui se sont abattues la semaine dernière sur le Maroc ont provoqué d'importants dégâts, notamment à Casablanca. Jeudi soir, les intempéries ont provoqué l'effondrement du toit d'un four traditionnel dans la médina, faisant un mort et quatre blessés, selon les autorités locales.

Plusieurs maisons se sont également écroulées dans un quartier de la capitale économique à cause des inondations inédites provoquées par les précipitations, rapporte TV5 Monde.

"Les voitures sont noyées, on nage sur les routes", raconte un habitant de Casablanca.

Vétusté du système d'évacuation

Les hauteurs de précipitation sont passées, entre lundi et vendredi, de 35 à 100 millimètres dans la capitale économique, selon la Direction générale de la météorologie. Des quantités bien supérieures à ce que le système d'évacuation des eaux, vétuste, est capable d'absorber. Cette situation a entraîné d'importants "débordements" liés à la saturation du réseau, selon la société gestionnaire Lydec.

"Les canalisations des égouts étaient un peu bouchées apparemment. L’eau a commencé à stagner, à prendre de la hauteur et à inonder des garages. Cela a créé des dégâts et même des coupures d’électricité dans certains quartiers. Il y a des routes qu’on ne peut plus emprunter...", dépeint à RFI Rafik Madrane, opticien et habitant de Casablanca.

La vétusté du système d'écoulement des eaux de Casablanca et la passivité des autorités locales face aux inondations ont suscité de nombreuses critiques dans les médias et sur les réseaux sociaux marocains.

Malgré les perturbations, le pays se félicite de ces pluies après une longue sécheresse très dommageable pour le secteur agricole, premier contributeur (14%) au PIB devant le tourisme et l'industrie.

Ambre Lepoivre avec AFP Journaliste BFMTV