BFMTV

Hosni Moubarak sera rejugé le 13 avril en Egypte

Le nouveau procès de l'ex-président Hosni Moubarak, de son ministre de l'Intérieur et de ses conseillers pour avoir ordonné le massacre de manifestants en 2011 a été fixé au 13 avril par une cour d'appel en Egypte, rapporte l'agence de presse Mena. /Photo

Le nouveau procès de l'ex-président Hosni Moubarak, de son ministre de l'Intérieur et de ses conseillers pour avoir ordonné le massacre de manifestants en 2011 a été fixé au 13 avril par une cour d'appel en Egypte, rapporte l'agence de presse Mena. /Photo - -

LE CAIRE (Reuters) - Le nouveau procès de l'ex-président égyptien Hosni Moubarak, de son ministre de l'Intérieur et de plusieurs conseillers pour...

LE CAIRE (Reuters) - Le nouveau procès de l'ex-président égyptien Hosni Moubarak, de son ministre de l'Intérieur et de plusieurs conseillers pour avoir ordonné la répression sanglante de manifestations en 2011 a été fixé au 13 avril par la cour d'appel du Caire, rapporte l'agence de presse Mena.

Hosni Moubarak, âgé de 84 ans, se trouve actuellement dans un hôpital militaire au Caire.

Dans un arrêt rendu le 13 janvier, la Cour de cassation avait jugé recevable l'appel de l'ancien dirigeant et de son ministre de l'Intérieur Habib al Adli, emprisonnés à vie pour avoir ordonné la répression du soulèvement qui avait conduit à la chute du régime en février 2011.

"Samir Abou al Maati, président de la cour d'appel, a fixé au 13 avril la date du nouveau procès de l'ancien président Hosni Moubarak, de ses deux fils Gamal et Alaa, de son ministre de l'Intérieur Habib al Adli et de six de ses hauts conseillers accusés d'avoir ordonné le massacre de manifestants lors de la révolution du 25 janvier", écrit Mena.

Ce nouveau procès de l'ancien raïs risque d'exacerber les tensions dans un pays qui a connu de nombreux troubles politiques au cours des derniers mois.

Les audiences de cette nouvelle procédure judiciaire devraient se dérouler en même temps que les élections générales qui doivent débuter le 22 avril et se poursuivre suivant quatre étapes jusqu'au mois de juin.

De nombreux partis de l'opposition ont annoncé leur intention de boycotter ce scrutin convoqué par le président Mohamed Morsi issu des Frères musulmans.

Selon Morsi, les récentes manifestations qui ont endeuillé l'Egypte ont été fomentées par les partisans de l'ancien président.

Marwa Awad; Pierre Sérisier pour le service français