BFMTV
International

Guerre en Ukraine: sur la ligne de front dans le Donbass, une nouvelle bataille commence

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé lundi le début de l'offensive russe contre l'est de l'Ukraine. Vers la ligne nord, à 70 km des lignes russes, le vacarme des combats est déjà saisissant.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé lundi le début de l'offensive russe contre l'est de l'Ukraine, dont une partie est aux mains des séparatistes prorusses et où les combats meurtriers se sont intensifiés, après une annonce similaire faite un peu plus tôt dans la journée par les autorités locales.

"Nous pouvons maintenant affirmer que les troupes russes ont commencé la bataille pour le Donbass, pour laquelle ils se préparent depuis longtemps. Une très grande partie de l'ensemble de l'armée russe est désormais consacrée à cette offensive", a déclaré le chef de l'État dans un discours retransmis sur Telegram.

A 70 km au nord de Kramatorsk, cela fait des jours qu'on assiste à une préparation des russes.

Une situation extrêmement tendue

Sur la ligne de front nord, les combats s'intensifient. La zone est depuis 2014, et le début de la guerre dans le Donbass, dans le collimateur de Moscou. Elle l'est encore plus depuis que les autorités russes ont annoncé retirer leurs troupes de la région de Kiev pour se concentrer sur l'est de l'Ukraine le 25 mars.

Cette fois-ci, la bataille du Donbass a bel et bien débuté. Sur place, Volodymyr, un soldat ukrainien, ne quitte pas la forêt des yeux. Il redoute une embuscade.

Il faut faire "attention à la forêt. Des russes peuvent s'y cacher et sortir avec leurs tanks ou des équipements techniques"

A Yatkisvka, village non loin de Kramatorsk, et dernière zone ukrainienne avant les positions russes, la tension est palpable et les stigmates des combats sont présents. Les cratères creusés au milieu des habitations jonchent les rues.

Sur place, nos reporters sont pris en étau au milieu des échanges d'artillerie par devant côté russe, et par derrière côté ukrainien. Le vacarme des combats est tellement saisissant que Volodymyr s'inquiète. Les forces armées de Vladimir Poutine semblent plus proches que prévu.

Des scènes extrêmement violentes à venir

Les Russes ne sont qu'à une cinquantaine de kilomètres de là. Selon nos journalistes sur le front, les hommes de Vladimir Poutine se préparent depuis au moins une semaine à un futur état de siège à Kramatorsk.

Ainsi, ils se sont équipés d'armes lourdes. Les Ukrainiens, eux, ont bloqué tous les axes de la ville et mis en place des checkpoints. Des tranchées ont également été creusées de part et d'autre des routes pour tenter de ralentir l'armée russe qui a récupéré du terrain aux Ukrainiens.

"Les Russes sont en train de grignoter du terrain autour des villes moyennes de 60.000 habitants comme Kreminna et Roubijné, pour venir ensuite à Kramatorsk, plutôt que d'être dans une stratégie de la tenaille", analyse notre spécialiste des relations internationales Patrick Sauce.

Une nouvelle offensive à l'est commence, et elle s'annonce extrêmement violente selon lui. En effet, les Russes sont déterminés à laver l'affront de la chute du croiseur Moskva. Aussi, la météo sur place s'annonce chaotique.

Alors que les combats ne font que commencer, à l'est on s'alarme déjà, à l'instar du gouverneur de la région de Louhansk sur BFMTV ce mardi matin. "Tous les villages sont bombardés sans exception, il n'y a pas un endroit en sécurité (...) ils tirent sur les zones résidentielles, les écoles, les hôpitaux".

Jérémy Normand, avec Mathieu Ait Lachkar