En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Air Force One atterrit sur le tarmac à Hangzhou, le 3 septembre.
 

Le président américain a très mal perçu qu'un agent chinois rabroue une responsable de la Maison Blanche venue signifier qu'un journaliste pouvait approcher d'Air Force One.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFMTV Midi

Newsletter BFMTV Midi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • bajul22
    bajul22     

    BFMTV, première chaîne de DESINFORMATION de France. Non seulement vous omettez une partie primordiale des faits, en plus vous déformez les évènements que vous évoquez :
    1. A cause des exigences excessives du service de sécurité de Barack Obama, la Chine a décidé de ne pas fournir le fameux escalier tapis rouge à la descente d'Air Force One, Barack Obama a été contraint d'utiliser le propre petit escalier de son avion. (Source : AFP, CNN, The Guardian...)
    2. La responsable américaine(Susan Rice) a prétendu que parce que c'était leur président et leur avion, les journalistes américains avaient le droit de faire ce qu'ils voulaient, peu importe les règles du pays hôte, ce à quoi l'officiel chinois a légitimement répondu qu'ils étaient dans son pays. (Source : même chose)
    3. "Obama recadre les autorités chinoises"? Trop drôle. C'est plutôt Xijinping qui a recadré Barack Obama en lui répondant successivement que "la Chine s'oppose à ce qu'un quelconque pays s'ingère dans ses affaires internes sous le prétexte des questions des droits de l'Homme" et que la Chine "protègera indéfectiblement" ses territoires maritimes. (Source : The Guardian)

    La liberté de la presse? ...plutôt la liberté de la propagande...

Votre réponse
Postez un commentaire