BFMTV

Fusillade de Liège: "On relâche des délinquants", déplore le père de Cyril, victime de 21 ans

BFMTV
L'auteur présumé de l'attaque de Liège a fait trois morts: deux policières et un jeune homme de 21 ans, passager d'une voiture située sur les lieux. Son père a exprimé son désarroi sur BFMTV, quelques heures seulement après le drame.

Il est l'une des trois victimes de l'attaque de ce mardi. Cyril Vangriecken, 21 ans, a été abattu lors de la fusillade de Liège (Belgique) ce mardi matin. Il devait bientôt être diplômé. Il se trouvait dans une voiture, sur le siège passager. Étudiant à la Haute école de Liège, il s'apprêtait à obtenir un diplôme d'instituteur. Son père, Didier, s'est confié à BFMTV. Il décrit un jeune homme studieux:

"Mon fils, c'était un enfant parfait (...) Il ne pensait qu’à ses études, il ne sortait jamais. Vous pouvez poser des questions à tous ses amis à toute la famille, il ne voyait qu’une chose: l’appétence, ses études. Aujourd’hui il a été tué parce qu’il rapportait son TFE, son Travail de fin d’études, parce qu’il allait réussir."

"Combien de fois il faut encore que ça arrive?"

L'auteur présumé de la fusillade, Benjamin Herman, était âgé de 31 ans et était né à Rochefort, en Belgique. Selon un surveillant, il était sorti de la prison de Marche-en-Famenne lundi pour une permission de quelques heures mais n'avait pas réintégré l'établissement.

"On donne raison à des délinquants, on les relâche", condamne Didier. Combien de fois il faut encore que ça arrive, qu’il y ait des gens, des jeunes qui ne font rien qui se fassent tuer par des gens qui sortent de prison?"

"La justice en Belgique, elle condamne des malheureux qui ne font qu’un délit de vitesse, qui ne font rien de mal", poursuit-il. "Mais ceux qui font du mal ici en Belgique on les laisse ressortir, on les laisse refaire du mal à des gens."

Tué par "une balle de la police de Liège"

Cyril a été la troisième victime de l'assaillant. Ce dernier a d'abord poignardé deux policières avant de les abattre avec leurs propres armes:

"Mon fils a été tué par une balle de la police de Liège, qui vient de pistolets de la police de Liège", déplore Didier.

L'assaillant s'est ensuite retranché dans un établissement scolaire où il a pris une femme de ménage en otage avant de ressortir et de faire feu sur les policiers, qui l'ont abattu. 

B.P.