Nigel Farage, en février 2017.
 

L'ancien dirigeant du parti indépendantiste britannique Ukip a utilisé l'exemple de l'attaque perpétrée mercredi à Londres pour justifier le décret anti-immigration défendu par Donald Trump. 

Votre opinion

Postez un commentaire