BFMTV

Ex-espion empoisonné: Londres ne pourra pas "ignorer les questions légitimes" de Moscou estime Lavrov

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov. - AFP

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a estimé ce jeudi que Londres devrait répondre aux questions de la Russie quant à l'affaire de l'ex-espion empoisonné. Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir à ce sujet ce soir à la demande de Moscou.

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a appelé ce jeudi à une "enquête substantielle et responsable" sur l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal, avertissant que Londres ne pourrait "ignorer les questions légitimes" posées par la Russie.

Une enquête réclamée par Moscou

"Il ne sera pas possible d'ignorer les questions légitimes que nous posons, comme l'a confirmé la conférence de l'OIAC convoquée par la Russie", a-t-il déclaré lors d'un discours à Moscou, au lendemain d'une réunion de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) et à quelques heures d'une réunion du Conseil de Sécurité de l'ONU sur ce dossier à l'origine de vives tensions entre la Russie et l'Occident.

"Nous insistons pour que soit menée une enquête substantielle et responsable, en pleine conformité avec les dispositions de la convention de l'OIAC", a-t-il poursuivi. 

"Ignorance de l'éthique diplomatique"

Les 41 Etats membres de l'OIAC ont pourtant rejeté mercredi la proposition russe de mener une enquête conjointe entre Londres et Moscou sur l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia, retrouvés inanimés le 4 mars à Salisbury (sud-ouest de l'Angleterre) et toujours hospitalisés.

"Cela faisait longtemps que nous n'avions pas vu une telle ignorance de l'éthique diplomatique, du droit international. Je tiens à souligner que nous continuerons à réagir de façon approprié aux attaques hostiles, mais que nous voulons aussi établir la vérité", a poursuivi Sergueï Lavrov.

"Une fois de plus, nous appelons nos collègues à regarder les problèmes du droit international honnêtement (...) Nous sommes prêts à une coopération, comme l'a de nouveau répété hier le président Vladimir Poutine", a-t-il ajouté.

Réunion du Conseil de sécurité de l'ONU ce soir

A Ankara pour une réunion avec ses homologues iranien et turc, le président russe a dit mercredi espérer que "le bon sens l'emporte et qu'on arrête d'infliger cet immense préjudice aux relations internationales".

La Russie a demandé une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU ce jeudi à 19h00 GMT sur l'affaire Skripal, a annoncé mercredi l'ambassadeur russe auprès des Nations unies, Vassili Nebenzia.

M. F. avec AFP