BFMTV

Royaume-Uni: après le Brexit, les actes racistes se multiplient

Tags et tracts racistes, insultes contre les communautés étrangères... Depuis la victoire du Brexit jeudi, plusieurs incidents xénophobes ont eu lieu à travers le Royaume-Uni. "Nous n’allons pas accepter ces crimes ni ces expressions de haine", a prévenu le Premier ministre David Cameron.

Des "crimes" et expressions de haine "inacceptables": le Premier ministre britannique David Cameron a fermement condamné lundi les incidents xénophobes qui ont éclaté depuis la victoire du Brexit au référendum de jeudi dernier.

"Depuis quelques jours nous avons vu des graffitis inacceptables badigeonnés sur des centres de la communauté polonaise, des insultes à des minorités ethniques. N’oublions pas que ces communautés ont apporté une énorme contribution à notre pays. Nous n’allons pas accepter ces crimes ni ces expressions de haine", a prévenu David Cameron devant le Parlement, revenu en session lundi après une pause pour le référendum qui a tranché pour le Brexit.
"Monsieur le président (de la Chambre des communes, Ndlr) nous pouvons rassurer les ressortissants européens qui vivent au Royaume-Uni. Il n’y aura pas de changement dans leurs conditions de vie", a ajouté le chef de gouvernement, qui a annoncé sa démission vendredi.

Insultes, tags xénophobes, agressions

Tags et tracts racistes, insultes contre la communauté polonaise... Plusieurs incidents xénophobes ont été rapportés sur les réseaux sociaux le week-end dernier au Royaume-Uni - notamment sous le hashtag "#PostRefRacism" ("Racisme post-référendum) - après une campagne pour le Brexit centrée sur l'immigration.

Samedi, des tracts anonymes ont été distribués à Huntingdon, près de Cambridge, dans le centre de l'Angleterre : "Quittez l'UE, plus de vermine polonaise". 

Un tag raciste a lui été découvert sur la porte d'entrée d'un centre culturel polonais d'Hammersmith, quartier de l'est de Londres où réside une importante communauté polonaise.

Selon John O'Connell, du mouvement antiraciste Far Right Watch, plus de 90 incidents ont été recensés ces trois derniers jours, allant des "insultes aux agressions physiques".

L'ambassadeur de Pologne "choqué"

L'ambassadeur de Pologne à Londres, Witold Sobkow, s'est déclaré "choqué et profondément préoccupé par les récents incidents et les insultes xénophobes adressées à la communauté polonaise et à d'autres migrants résidant au Royaume-Uni", dans un communiqué publié sur le site de la chancellerie.

Le maire de Londres, Sadiq Khan, a placé lundi la police londonienne en état d'alerte après les incidents qui ont eu lieu dans la capitale.

Le ministre britannique des Finances, George Osborne, a pour sa part appelé à "l'unité", exhortant les Britanniques à "condamner la haine et la division".

"La Grande-Bretagne est un pays ouvert et tolérant, et je me battrai pour qu'il le reste", a-t-il dit.

V.R. avec AFP