BFMTV

La police italienne évacue une ancienne usine occupée par des centaines de personnes 

L'évacuation a été supervisée par le ministre de l'Intérieur  Matteo Salvini.

L'évacuation a été supervisée par le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini. - Filippo MONTEFORTE / AFP

Lundi, la police italienne a procédé à l'évacuation d'une ancienne usine occupée par plusieurs centaines de personnes, parmi lesquelles des migrants.

La police italienne a procédé lundi matin à l'évacuation d'une ancienne usine de pénicilline à l'est de Rome occupée par plusieurs centaines de personnes, migrants majoritairement d'origine africaine mais aussi des familles italiennes.

L'opération s'est déroulée dans le calme alors qu'une quarantaine de personnes se trouvait à l'intérieur de l'immense hangar, une usine désaffectée située à 10 km à l'est du centre historique de la capitale.

L'usine, qui employait 1.600 personnes il y a plus de 50 ans, est devenue un ensemble de bâtiments jonchés d'ordures, pleins de produits chimiques périmés et d'amiante, de chats et de rats, avec une seule source d'eau et un groupe électrogène.

"Rétablissement de la légalité"

"Tout le monde est parti ces derniers jours et moi aussi j'ai dormi dans la rue cette nuit", a raconté un jeune Sénégalais.

L'évacuation, programmée depuis plusieurs semaines, a été supervisée par le ministre de l'Intérieur et chef de file de l'extrême droite italienne, Matteo Salvini.

"Je suis fier de cette intervention de rétablissement de la légalité, de nettoyage et de sécurité attendue depuis des années", a-t-il déclaré dans une vidéo postée sur Facebook.
"C'était un point de trafic de drogue pour une bonne partie de la ville. Agressions, braquages, attaques au couteau, vols et violences étaient à l'ordre du jour", a-t-il ajouté.

"Les autres seront retrouvés, suivis et identifiés"

Le ministre a précisé que les quelques dizaines de personnes qui occupaient les lieux "en situation régulière et réellement dans le besoin seront prises en charge par les institutions".

"Les autres seront retrouvées, suivies et identifiées où qu'elles se trouvent", a-t-il souligné avant d'annoncer que d'autres évacuations étaient programmées "dans les prochaines semaines dans de nombreuses autres villes italiennes".
B.L. avec AFP