BFMTV

Italie: Matteo Salvini menace de suspendre la protection policière de Roberto Saviano contre la mafia

Roberto Saviano le 17 mars 2010 à Rome.

Roberto Saviano le 17 mars 2010 à Rome. - CHRISTOPHE SIMON / AFP

L'auteur de "Gomorra", enquête retentissante sur la Camorra napolitaine, est menacé de mort par la mafia depuis la parution du livre. Il vit sous protection permanente depuis 12 ans, sur décision de l'Etat italien.

Matteo Salvini a endossé le costume de ministre sans pour autant abandonner ses habitudes de leader d'extrême droite. Le ministre italien de l'Intérieur et patron de la Ligue a gardé la même propension à user de l'intimidation pour répondre aux critiques. La dernière personne à en avoir fait les frais est l'écrivain Roberto Saviano, auteur en 2006 du retentissant Gomorra, qui a enquêté sur la Camorra, la puissante mafia napolitaine.

Interrogé sur la chaîne italienne Rai 3 ce jeudi matin, Matteo Salvini a menacé de lever la protection policière dont l'écrivain bénéficie. Menacé de mort par la Camorra qui a promis de l'exécuter dès la publication du livre, Roberto Saviano vit sous protection permanente depuis 2008, sur décision de l'Etat.

"Je lui envoie un bisous s'il nous regarde"

Matteo Salvini avait évoqué à plusieurs reprises l'idée de lever ce dispositif. Il a réitéré jeudi, mais cette fois-ci en tant que ministre de l'Intérieur, expliquant qu'il reviendrait "aux institutions compétentes d'évaluer s'il court un quelconque risque". 

"Parce qu'il me semble qu'il passe beaucoup de temps à l'étranger, donc il est juste d'évaluer la manière dont l'argent des Italiens est dépensé", a-t-il déclaré dans l'émission Agorà.
"Roberto Saviano est le dernier de mes problèmes, je lui envoie un bisous s'il nous regarde. C'est quelqu'un qui m'évoque beaucoup de tendresse et d'affection", ajoute-t-il ironique.

"Salvini parle des immigrés pour dissimuler son ignorance"

La virulente opposition entre les deux hommes ne fait de secret pour personne, et les déclarations de Matteo Salvini sont une réponse aux dernières critiques de Roberto Saviano. L'écrivain dénonce en particulier le racisme du gouvernement et du ministre, qui a décidé d'empêcher à l'Aquarius d'accoster en Italie et veut recenser les Roms dans son pays pour mieux pouvoir les expulser. Ce jeudi, Le Monde publie d'ailleurs un texte au vitriol signé de l'écrivain. Il y dénonce le "racisme grossier" d'un Matteo Salvini incapable de garantir "la vraie sécurité des Italiens".

"Matteo Salvini ignore ce que sont et comment opèrent les organisations criminelles. Matteo Salvini l’ignore et pour le dissimuler, il parle des immigrés", écrit-il. 

Les propos de Matteo Salvini ont provoqué une levée de boucliers dans la classe politique italienne et en particulier son aile gauche. Des "menaces inacceptables" pour certains, un "abus de pouvoir" pour d'autres. L'ancien ministre de l'Intérieur, Marco Minniti, a pour sa part précisé que "les escortes policières ne se décident ni ne se lèvent à la télévision", mais qu'elles sont décidées par un bureau dédié, sous la tutelle du Département de la sécurité publique, rapporte la Repubblica. 

Charlie Vandekerkhove