BFMTV

800 squelettes de bébés retrouvés dans un ancien couvent en Irlande

La cathédrale de la ville de Tuam, en République d'Irlande.

La cathédrale de la ville de Tuam, en République d'Irlande. - -

Une historienne irlandaise affirme avoir la preuve que les ossements découverts sont ceux de presque 800 bébés de mères célibataires, accueillies par les sœurs du couvent entre 1925 et 1961. Les enfants ont été enterrés par les religieuses, sans cercueil ni pierre tombale.

C'est un nouveau scandale qui pourrait ternir encore l'image de l'Eglise catholique irlandaise. Catherine Corless, une historienne irlandaise, affirme avoir établi que les ossements découverts dans la fosse commune d'un ancien couvent catholique irlandais de la ville de Tuam en 1975 sont ceux de quelque 800 bébés de mères célibataires, accueillies par les sœurs entre 1925 et 1961.

Or, jusqu'à présent, tout le monde pensait qu'il s'agissait de victimes de la grande famine qui avait touché l'Irlande à partir de 1840. C'est en réalisant des recherches sur les archives d'un ancien couvent de l'ouest de l'Irlande, aujourd'hui reconverti en lotissement, que Catherine Corless a découvert les registres de décès suggérant que 796 enfants avaient été secrètement enterrés sans cercueil ni pierre tombale par les bonnes sœurs du Couvent de Bon Secours.

Selon ces livres, ces enfants sont décédés de malnutrition et de maladies infectieuses comme la tuberculose. "Quelqu'un m'avait mentionné l'existence d'un cimetière pour nouveaux-nés, mais ce que j'ai découvert était bien plus que cela", a déclaré l'historienne.

Une vague d'indignation

Wiliam Joseph Dolan, un proche d'un enfant ayant vécu dans cette institution, a déposé une plainte afin de comprendre ce qui s'est passé. L'archevêque de Dublin, Diarmuid Martin, s'est dit favorable "à des fouilles sur ce qui pourrait être des tombes anonymes", affirmant qu'il était nécessaire de revenir sur l'histoire de ces institutions en l'absence d'enquête publique.

Ciaran Cannon, secrétaire d'Etat irlandais à l'Education, souhaite quant à lui une enquête gouvernementale complète sur cette affaire, affirmant que "ne rien faire n'était simplement pas possible". Une levée de fonds a également été lancée pour construire un mémorial avec le nom de chaque enfant.

Des scandales en série

Il s'agit d'un nouvel épisode incriminant l'institution catholique irlandaise après de multiples révélations d'abus et de négligences dans des écoles ou des établissements gérés par ses soins au cours des dernières décennies. Au début du 20e siècle, des milliers de femmes célibataires enceintes, considérées à l'époque comme des "déchues", avaient été envoyées dans ce genre d'institutions pour accoucher discrètement de leurs bébés.

Ostracisées par la société conservatrice catholique de l'époque, elles avaient souvent été forcées d'abandonner leur enfant pour qu'il fût adopté. Le film Philomena, du Britannique Stephen Frears, retrace l'histoire de l'une de ces mères, partie à la recherche de son fils adopté par des Américains.

L'affaire de Tuam rappelle également un autre scandale impliquant des mères célibataires. Entre 1922 et 1996, plus de 10.000 jeunes filles et femmes avaient travaillé gratuitement dans des blanchisseries exploitées commercialement par des religieuses catholiques en Irlande. Les pensionnaires, surnommées les "Magdalene Sisters", étaient des filles qui avaient accouché hors mariage, ou qui avaient un comportement jugé immoral, dans ce pays à forte tradition catholique.

G.C. avec AFP