BFMTV

Avec la crise, l'Espagne se vide de ses immigrés

Une file de demandeurs d'emploi devant une agence pour l'emploi en Espagne.

Une file de demandeurs d'emploi devant une agence pour l'emploi en Espagne. - -

Pour la première fois, l'Espagne a perdu des habitants. Majoritairement des immigrés qui, du fait de la crise, ont préféré repartir, ou tenter leur chance ailleurs.

Selon les données de l'Institut national de la statistique espagnol, la population résidant en Espagne était de 47,1 millions de personnes en 2012. Soit 260.000 de personnes de moins que l'année précédente. Parmi ces dernières, de nombreux résidents de nationalité étrangère qui ont décidé de quitter le pays.

C'est en tous cas la première fois que l'Espagne perd des habitants depuis le début du recensement officiel au niveau national. Une baisse notamment dûe à cinq ans de récession et à une hausse spectaculaire du chômage.

La crise, raison du départ

Dans la première décennie des années 2000, l'Espagne possédait l'un des plus forts taux d'immigration au monde. Attirés par l'espoir de trouver du travail et une vie prospère, nombre d'immigrés se sont cependant retrouvés avec la crise au même point que lorsqu'ils avaient quitté leur pays.

"Beaucoup étaient venus pour fuir la crise dans leur pays. C'est la même raison qui les pousse à repartir", explique Pompey Aparicio, démographe à l'université de Grenade.

Retour dans leur pays d'origine

Certains sont repartis vers d'autres terres d'accueil, d'autres sont rentrés dans leur pays d'origine. "Mon beau-frère et ses enfants sont retournés vivre en Equateur, parce que la situation ici n’était plus possible", témoigne ainsi un jeune homme qui réside à Alicante, dans le sud-est de l'Espagne.

Et le phénomène pourrait s’accélérer. Car selon les prévisions, le chômage devrait encore s’aggraver cette année en Espagne.