BFMTV
Europe
en direct

Vladimir Poutine assure de nouveau que l'annexion est "le choix" des régions ukrainiennes

Vladimir Poutine assure de nouveau que l'annexion est "le choix" des régions ukrainiennes

Vladimir Poutine sur la place Rouge de Moscou le 30 septembre 2022

Le dirigeant russe doit prononcer ce vendredi à partir de 14h un discours de victoire annonçant officiellement l'annexion de quatre régions ukrainiennes à la Russie. Moscou prévoit des festivités pour l'événement.

C'est la fin de ce live

Merci à tous de l'avoir suivi!

Le risque de recours à l'arme nucléaire par Poutine existe mais ne semble pas "imminent"

Le risque d'utilisation de l'arme nucléaire par le président russe Vladimir Poutine existe mais il ne semble pas "imminent", a déclaré ce vendredi un haut responsable américain.

"Il y a un risque, étant donné la légèreté et l'attitude guerrière avec laquelle Poutine en parle, qu'il envisage cela, et de la même manière nous avons été très clairs sur ce que seraient les conséquences", a dit à la presse le conseiller pour la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan.

"Nous ne voyons présentement pas d'indications d'un usage imminent d'armes nucléaires", a-t-il toutefois ajouté.

Les Etats-Unis annonceront l'envoi de nouvelles armes pour l'Ukraine la semaine prochaine

Les Etats-Unis annonceront l'envoi "immédiat" de nouvelles armes pour l'Ukraine la semaine prochaine, a indiqué ce vendredi le conseiller pour la sécurité nationale à la Maison Blanche, Jake Sullivan.

Il y aura "une annonce la semaine prochaine d'une assistance sécuritaire immédiate" en faveur de l'Ukraine, a affirmé à la presse le conseiller, en rappelant que les Etats-Unis ont déjà promis une aide militaire massive dans la durée, dont 18 systèmes d'artillerie Himars qui doivent d'abord être fabriqués.

Annexions en Ukraine: veto de la Russie à la résolution du Conseil de sécurité

La Russie a utilisé son veto ce vendredi pour empêcher l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité condamnant les annexions de quatre régions ukrainiennes, tandis que la Chine et trois autres Etats membres se sont abstenus.

Le texte préparé par les Etats-Unis et l'Albanie a recueilli 10 voix en faveur et quatre pays se sont abstenus (Chine, Inde, Brésil et Gabon).

Nord Stream: la police allemande mobilise en mer "toutes les forces disponibles"

La police allemande patrouille la mer du Nord et la mer Baltique avec "toutes les forces disponibles" après les explosions qui ont endommagé les gazoducs sous-marins Nord Stream provenant de Russie, a assuré ce vendredi la ministre de l'Intérieur.

"Nous prenons les menaces actuelles au sérieux et nous nous protégeons", a déclaré Nancy Faeser au journal Sueddeutsche Zeitung.

Volodymyr Zelensky se félicite des "résultats significatifs" de la contre-offensive dans l'Est

"Nous avons des résultats significatifs dans l'est de notre pays", a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans une nouvelle vidéo ce vendredi.

"La France ne reconnaîtra jamais ces annexions illégales", déclare la porte-parole du ministère des Affaires étrangères

"La France condamne avec la plus grande fermeté l’annonce par le président Poutine de l’annexion illégale des régions ukrainiennes", déclare dans un communiqué la porte-parole du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères. "Ces régions, comme la Crimée, font partie intégrante de l’Ukraine dans ses frontières internationalement reconnues. La France ne reconnaîtra jamais ces annexions illégales, ni les résultats des simulacres de référendum qui les ont précédées."

Le discours de Poutine est "une fraude" et "une honte", déclare Boris Johnson

L'ex-Premier ministre britannique Boris Johnson a fustigé dans un tweet le discours du président russe Vladimir Poutine ce vendredi, le qualifiant de "fraude" et de "honte". "Le monde ne doit jamais accepter vos faux référendums ou votre tentative cruelle et illégale de coloniser l’Ukraine", écrit-il, "nous sommes aux côtés du peuple ukrainien et nous le soutiendrons sans concession jusqu’à ce que ce pays soit entier et libre."

Nord Stream: Biden promet une enquête pour déterminer "ce qui s'est exactement passé

Le président américain Joe Biden a promis vendredi l'envoi de moyens sous-marins sur le site des explosions des gazoducs Nord Stream 1 et 2, "pour déterminer ce qui s'est exactement passé", après ce qu'il a qualifié d'"acte de sabotage délibéré".

"Nous allons travailler avec nos alliés pour faire toute la lumière là-dessus", a assuré Joe Biden. "J'ai déjà commencé à aider nos alliés à renforcer la protection de ces infrastructures cruciales", a-t-il ajouté.

Frappe à Zaporijjia en Ukraine: le bilan monte à 30 morts et 88 blessés

La frappe sur une colonne de voitures de civils à la limite entre la zone ukrainienne et la zone occupée par les Russes de la région de Zaporijjia (sud de l'Ukraine) a fait au moins 30 morts et 88 blessés, selon un nouveau bilan communiqué vendredi par la police ukrainienne.

"30 morts et 88 blessés à la suite d'un autre crime de guerre russe à Zaporijjia", a indiqué sur Facebook le chef de la police ukrainienne, Igor Klimenko. Le précédent bilan faisait état de 25 morts.

"Donetsk est l'Ukraine tout comme la Crimée est l'Ukraine" écrit l'Otan

"Donetsk est l’Ukraine. Louhansk est l’Ukraine. Kherson est l’Ukraine. Zaporijjia est l’Ukraine. Tout comme la Crimée est l’Ukraine", a tweeté le compte de l'Otan ce vendredi.

Biden avertit la Russie que l'Otan défendra "chaque centimètre" de son territoire

Le président américain Joe Biden a affirmé vendredi que les États-Unis et leurs alliés ne se laisseraient pas "intimider" par son homologue russe Vladimir Poutine. "L'Amérique et ses alliés ne se laisseront pas intimider", et sont "prêts (...) à défendre chaque centimètre du territoire de l'OTAN", a-t-il affirmé lors d'un discours à la Maison Blanche.

Le Canada annonce de nouvelles sanctions contre la Russie

Le Canada va imposer de nouvelles sanctions contre la Russie a annoncé vendredi le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué, après des "simulacres de référendums" et "la tentative d'annexion" de territoires ukrainiens par Moscou.

"Les résultats de ces référendums ne sont pas légitimes, et le Canada ne les reconnaîtra jamais", a de nouveau déclaré vendredi sur Twitter le Premier ministre Justin Trudeau.

À Lyman, "l'agresseur russe est encerclé" et leur situation est "très compliquée"

Des combats sont en cours autour de Lyman (région de Donetsk), a confirmé sur BFMTV Yuriy Sak, conseiller du ministre de la Défense ukrainien, et "l'armée ukrainienne mène ces opérations avec succès". Selon lui "l'agresseur russe est encerclé et la situation est pour eux très compliquée".

"On a toutes les chances" d'entrer dans l'Otan, déclare un conseiller du ministre de la Défense ukrainien

"On a toutes les chances" d'entrer dans l'Otan, déclare sur BFMTV Yuriy Sak, conseiller du ministre de la Défense ukrainien, soulignant que "le Canada a fait une annonce en disant qu'il soutenait l'Ukraine dans sa demande d'adhésion à l'Otan".

"Ce sont les soldats et civils ukrainiens qui meurent", déclare-t-il, "nous sommes la frontière de l'Est de l'OTAN et nous sommes persuadés que les pays de l'Europe et les pays qui sont nos alliés comprennent que la Russie est un agresseur (...) et qu'ils ne s'arrêteront pas à l'Ukraine." L'Otan "ne sera que gagnant si l'Ukraine y adhère".

Les chiffres des sondages sur la popularité de Vladimir Poutine et de son action en baisse

Selon un sondage du centre russe Levada, après l'annonce de la mobilisation partielle, la part des Russes qui croient que les choses vont dans la bonne direction a diminué: ils sont 60% contre 67% en août. Ils sont toutefois encore 77% à approuver les activités de Vladimir Poutine en tant que président (83% le mois dernier).

Le niveau de confiance en Vladimir Poutine a baissé de quatre points, tombant à 40%. Depuis l'annonce de la mobilisation partielle, 56% des Russes interrogés se disent très inquiets de la situation actuelle. Ils sont 66% à craindre une mobilisation générale contre 28% après le déclenchement de la guerre.

Même si le soutien des actions de l'armée russe en Ukraine a diminué, il reste encore très élevé: de 72% en septembre. Les jeunes sont toutefois seulement 26% à souhaiter que les hostilités continuent alors qu'ils sont 56% chez les plus âgés.

Ukraine: les soldats russes à Lyman combattent "à bout de force"

Les soldats russes partiellement encerclés dans la ville stratégique de Lyman, dans l'est de l'Ukraine, combattent "à bout de force" et la situation y est "difficile", a dit vendredi un haut responsable séparatiste prorusse, Denis Pouchiline. "Les gars tiennent à bout de force", a-t-il affirmé à un média local cité par les agences russes, en marge d'un rassemblement dans le centre-ville de Moscou célébrant l'annexion de quatre régions ukrainiennes par la Russie.

"Presque toutes les routes logistiques (autour de Lyman) sont sous contrôle" de Kiev, a affirmé de son côté l'armée ukrainienne dans un communiqué.

La Pologne distribue des comprimés antiradiation en raison de la menace nucléaire

Les autorités polonaises ont annoncé vendredi avoir distribué des comprimés antiradiation aux services d'incendie à travers le pays, en cas d'exposition déclenchée par la guerre en Ukraine voisine, tout en niant qu'il y ait lieu de s'alarmer. Cette mesure a été prise en réaction aux combats autour de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, la plus grande d'Europe, qui ont fait craindre une catastrophe nucléaire.

"Nous avons décidé, à titre préventif, de commencer à distribuer des comprimés d'iodure de potassium aux services d'incendie des districts", a déclaré aux journalistes le vice-ministre de l'Intérieur, Blazej Pobozy. Il a précisé qu'il s'agissait d'une mesure de routine "en cas de menace potentielle de radiation, qui... pour l'instant n'existe pas".

Des civils retrouvés tués par balles dans l'Est de l'Ukraine après le retrait des soldats russes

Au moins onze civils ont été retrouvés morts sur une route, tués par balles, après le retrait des troupes russes d'une grande partie de la région de Kharkiv, a constaté une équipe de l'AFP vendredi. Selon les militaires ukrainiens qui ont découvert les voitures des civils et certains corps carbonisés, les Russes ont attaqué un convoi de civils.

L'AFP n'était pas en mesure de confirmer cette affirmation de manière indépendante. Un responsable séparatiste prorusse avait accusé jeudi depuis Moscou l'armée ukrainienne d'avoir tiré sur un convoi de civils dans la région, faisant selon lui trente morts, sans toutefois apporter plus de précisions.

L'Otan dénonce l'annexion "illégitime" par la Russie de quatre régions d'Ukraine

Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a dénoncé vendredi l'annexion "illégale et illégitime" par la Russie de quatre régions d'Ukraine, ajoutant que les Alliés ne reconnaîtront jamais ces territoires comme faisant partie de la Russie.

"L'Ukraine a le droit de reprendre ces territoires désormais occupés par la force et nous la soutiendrons pour qu'elle continue de libérer ces territoires", a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse après la signature par le président Vladimir Poutine de l'annexion des régions de Donetsk, Lougansk (est), Zaporijjia et Kherson (sud).

Annexions russes: François Hollande condamne "une violation du droit international"

L'ancien président français François Hollande a réagi vendredi au micro de BFMTV à la suite du discours de Vladimir Poutine: "cette déclaration était attendue, elle est d'une certaine façon une violation du droit international" a-t-il déclaré. C'est une volonté de "dépecer l'Ukraine, de capter un territoire", et cela "entretiendra nécessairement la guerre parce que les Ukrainiens ne peuvent pas accepter, comme tout pays libre et démocratique, qu'on vienne leur prendre une partie d'eux-mêmes".

"D'une certaine façon la déclaration de Vladimir Poutine est une nouvelle déclaration de guerre", lance l'ancien chef d'État.

L'Élysée "condamne fermement l’annexion illégale par la Russie des régions ukrainiennes"

L'Élysée a réagi ce vendredi, à la suite du discours de Vladimir Poutine officialisation l'annexion des régions russes occupées: "le président de la République condamne fermement l’annexion illégale par la Russie des régions ukrainiennes de Donetsk, Louhansk, Zaporijjia et Kherson", déclare le palais.

"Il s’agit là d’une grave violation du droit international comme de la souveraineté ukrainienne. La France s’y oppose et se tient aux côtés de l’Ukraine pour faire face à l’agression de la Russie et recouvrer sa pleine souveraineté sur l’ensemble de son territoire", est-il écrit.

Nord Stream: Blinken qualifie les accusations de Poutine de "désinformation scandaleuse"

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a récusé vendredi les allégations du président russe Vladimir Poutine qui a accusé les Anglo-saxons d'être à l'origine des explosions dans les gazoducs Nord Stream 1 et 2, parlant d'une "désinformation scandaleuse".

"Je n'ai rien à ajouter à ces allégations absurdes du président Poutine selon lesquelles nous ou nos partenaires alliés seraient responsables en quoi que ce soit de cela", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.

La foule scande "Russie" et "Hourra" devant Vladimir Poutine

La foule réunie sur la place Rouge ce vendredi a scandé "Russie" devant Vladimir Poutine, qui s'est montré à la suite de son discours. Il leur a demandé de crier "Hourra" pour les soldats russes, qualifiés de "héros", qui se battent en Ukraine.

"La victoire sera à nous!" a lancé le président russe depuis la place Rouge.

Poutine assure de nouveau que l'annexion est "le choix" des régions ukrainiennes

"La Russie contemporaine a donné aux personnes dans les Républiques de Lougansk et Donetsk, Kherson et Zaporijjia le droit de choisir", a répété le président russe Vladimir Poutine depuis la place Rouge ce vendredi, en référence aux référendums critiqués tenus sur place. "Les gens sont venus au référendum et on fait un choix", assure-t-il, leur souhaitant la "bienvenue à la maison".

"Nous ferons tout pour garantir leur sécurité", a-t-il déclaré, assurant que la Russie allait sur place reconstruire les infrastructures détruites.

Les russophones de Lettonie craignent de devenir "victimes collatérales" de la guerre en Ukraine

La guerre en Ukraine a compliqué davantage la situation des russophones de Lettonie, tiraillés entre l'attachement à ce pays qu'il considèrent comme leur patrie et leur identité culturelle et linguistique. Certains craignent en outre de devenir les "victimes collatérales" du conflit mené par Moscou.

"Avec la guerre en Ukraine, l'attitude des Lettons envers leurs concitoyens russophones s'est considérablement détériorée", se plaint Vladimir Dorofeev, guide touristique de 48 ans, même si la majorité d'entre eux ne soutient pas cette invasion selon les sondages. Dans le pays, une réforme imposant le letton comme principale langue d'enseignement est sur la table, y compris dans les écoles où les enfants sont majoritairement russophone.

La russophone Tatiana Efimova, 40 ans, spécialiste en logistique et comptabilité, estime aussi que "la guerre en Ukraine a changé le comportement à l'égard des russophones, surtout ceux chez qui l'Union soviétique a laissé un souvenir douloureux". Mais elle estime que c'est une situation normale. "Les Lettons interdisent le russe car ils veulent protéger leur langue, leur nation, leur identité. Ils sont peu nombreux, c'est donc normal".

Trois pays européens vont aider la Norvège à sécuriser son secteur pétrogazier

La Norvège, devenue le premier fournisseur de gaz naturel de l'Europe, a accepté des contributions militaires française, allemande et britannique pour sécuriser son secteur pétrogazier, a annoncé son Premier ministre vendredi après le sabotage présumé des gazoducs Nord Stream en mer Baltique voisine.

"Nous sommes en discussion avec nos alliés pour augmenter la présence (militaire, ndlr) dans les eaux norvégiennes et avons accepté des contributions allemande, française et britannique", a déclaré le Premier ministre norvégien, Jonas Gahr Støre, lors d'une conférence de presse.

Le G7 "ne reconnaîtra jamais" les annexions des territoires ukrainiens par la Russie

Les pays du forum du G7 "ne reconnaîtront jamais les prétendues annexions" des territoires ukrainiens par la Russie, ont affirmé vendredi leurs ministres des Affaires étrangères dans un communiqué.

"Nous condamnons unanimement et fermement la guerre d'agression de la Russie contre l'Ukraine et la violation continue par la Russie de la souveraineté, de l'intégrité territoriale et de l'indépendance de l'Ukraine", ont-ils ajouté.

Nord Stream: où en est l'enquête?

Près de cinq jours après la première des quatre fuites ayant touché les gazoducs Nord Stream 1 et 2, plusieurs enquêtes sont actuellement en cours pour faire la lumière sur ces incidents qui ressemblent à des actes de sabotage. Alors que la Sûreté suédoise a ouvert une enquête pour "sabotage aggravé", la Russie a fait de même pour "acte de terrorisme international" en réaction aux soupçons des pays occidentaux qui se sont rapidement tournés vers elle.

Notre article complet ICI.

Poutine ne prévoit pas "pour l'heure" de visiter les régions ukrainiennes annexées

Le président russe Vladimir Poutine ne prévoit pas pour l'heure de se rendre dans les quatre régions ukrainiennes annexées par Moscou, en plein conflit militaire avec Kiev, a indiqué vendredi le porte-parole du Kremlin.

"Pour l'heure, non, car pour l'heure il y a beaucoup de travail à venir, mais cela aura certainement lieu d'ici quelque temps", a indiqué Dmitri Peskov, cité par les agences de presse russes et interrogé sur la possibilité d'une telle visite.

Bruxelles durcit les conditions d'entrée des Russes dans l'UE

La Commission européenne a invité vendredi les États membres à être plus restrictifs dans l'octroi des visas aux Russes et dans les contrôles aux frontières, au moment où des milliers d'entre eux fuient la mobilisation. "Avoir un visa valide ne suffira plus pour entrer dans l'UE. Les garde-frontières devront effectuer des contrôles de sécurité supplémentaires", a annoncé vendredi la commissaire aux Affaires intérieures Ylva Johansson.

"Elles portent uniquement sur les visas de courte durée et les contrôles aux frontières, pas sur l'asile. Le droit d'asile est un droit fondamental", a-t-elle ajouté.

Annexions: l'Ukraine va continuer de "libérer ses terres et son peuple"

L'Ukraine va continuer de "libérer ses terres et son peuple", après l'annexion de quatre régions ukrainiennes par la Russie, a promis vendredi le ministre des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba.

"Rien ne change pour l'Ukraine: nous continuons à libérer nos terres et notre peuple, en restaurant notre intégrité territoriale", a-t-il affirmé sur Twitter, fustigeant le président russe Vladimir Poutine qui "tente de s'emparer de territoires qu'il ne contrôle même pas physiquement".

"Nous n'accepterons jamais l'annexion de notre territoire", assure un député ukrainien sur BFMTV

Le discours de Vladimir Poutine ce vendredi, "pour l'Ukraine ce n'est rien, nous n'accepterons jamais l'annexion de notre territoire", a déclaré sur BFMTV Oleksiy Goncharenko, député ukrainien, qui dit toutefois craindre un "génocide" contre le peuple ukrainien dans les régions annexées.

"La meilleure réponse de l'Ukraine à ce show, c'est la bataille et les succès dans les batailles", explique-t-il, ajoutant que "Poutine est fou, complètement fou".

Le Premier ministre japonais condamne l'annexion de la Russie

Le Premier ministre japonais Fumio Kishida a condamné ce vendredi, lors d'un appel téléphonique avec le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy, l'annexion par la Russie de certaines parties de l'Ukraine, les qualifiant d'illégale et de violation de la souveraineté du pays, rapporte l'agence de presse AP.

"Je lui ai dit que le processus que la Russie a appelé référendum, et son annexion de parties de l'Ukraine, ne devraient jamais être acceptés, et que je les condamne fermement", a-t-il déclaré.

Biden condamne la déclaration d'annexion "frauduleuse" de la Russie

Le président américain Joe Biden a condamné la déclaration d'annexion de la Russie de quatre régions ukrainiennes, la qualifiant de "frauduleuse".

Les États-Unis adoptent de nouvelles sanctions contre la Russie après les annexions en Ukraine

Les États-Unis ont annoncé vendredi imposer de nouvelles et "sévères" sanctions contre la Russie après les annexions de territoires en Ukraine. Dans une sévère mise en garde, les États-Unis avertissent également qu'ils sanctionneront en accord avec les pays du G7 "tout pays, individu ou entité" qui fournirait un soutien politique ou économique aux tentatives de la Russie de s'emparer "illégalement" de territoires en Ukraine.

"L'Ukraine ne négociera pas avec la Russie tant que Poutine est président"

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a martelé vendredi qu'il ne négociera pas avec la Russie tant que Vladimir Poutine est au pouvoir, peu après que le dirigeant russe a demandé à l'Ukraine de déposer les armes.

"L'Ukraine ne négociera pas avec la Russie tant que Poutine est le président de la Fédération de Russie. Nous négocierons avec le nouveau président", a-t-il dit, dans une vidéo en ligne, peu après que le Kremlin a formalisé l'annexion de quatre territoires ukrainiens.

L'Ukraine va demander formellement son "adhésion accélérée à l'Otan"

Le président Volodymyr Zelensky a annoncé vendredi que l'Ukraine allait signer une demande d'adhésion accélérée à l'Otan, quelques minutes après que la Russie a formalisé l'annexion de quatre régions ukrainiennes.

"Nous adoptons une mesure décisive en signant la candidature de l'Ukraine en vue d'une adhésion accélérée à l'Otan", a-t-il dit dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

Moscou facilite l'accès à la nationalité russe aux étrangers s'engageant dans l'armée

Moscou va faciliter l'accès à la nationalité russe aux étrangers signant un contrat dans l'armée, en plein conflit en Ukraine, selon un décret signé vendredi par le président Vladimir Poutine.

"Les citoyens étrangers ou apatrides signant un contrat pour servir dans les forces armées russes (...) pour au moins un an et prenant part (ou ayant pris part) aux opérations militaires pendant au moins six mois" bénéficieront de la procédure simplifiée pour obtenir un passeport russe, selon ce décret.

"Aucune valeur juridique ou politique" à l'annexion russe, estime Giorgia Meloni

Giorgia Meloni, cheffe pressentie du futur gouvernement italien, a estimé vendredi que l'annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes n'avait "aucune valeur juridique ou politique" et démontrait que Vladimir Poutine "menace" la sécurité européenne.

"La déclaration d'annexion à la Fédération de Russie de quatre régions ukrainiennes après les simulacres de référendum qui se sont déroulés sous une violente occupation militaire, n'a aucune valeur juridique ou politique", a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Ce qu'il faut retenir du discours de Vladimir Poutine

Le président russe, Vladimir Poutine, a formalisé ce vendredi dans un discours l'annexion de quatre régions ukrainiennes. Il s'en est également pris tout le long de son allocution à l'occident, qu'il a accusé de vouloir coloniser la Russie, de ne pas respecter les résultats des référendums en Ukraine, ou encore d'être à l'origine des fuites des gazoducs Nord Stream.

Notre article complet ICI.

Poutine et les dirigeants prorusses se prennent par les mains et scandent "Russie!" après avoir signé l'annexion

Après la signature officielle des documents d'annexion, le président russe Vladimir Poutine et les dirigeants prorusses ont scandé "Russie!" ensemble, en se tenant les mains.

Un concert attendu sur la place Rouge à partir de 16h

Après le discours de Vladimir Poutine, un concert est attendu sur la place Rouge de Moscou ce vendredi, à partir de 16h. Il pourrait alors y avoir une nouvelle prise de parole de la part du président russe.

Annexion de quatre territoires par la Russie: "On va continuer à se battre", assure une députée ukrainienne

On a "encore plus de certitudes que l'on va continuer à se battre, parce qu'on n'a pas le droit de laisser des millions d'Ukrainiens être maintenant victimes d'un régime totalitariste, criminel, qui peut se permettre de faire n'importe quoi avec la vie humaine", a déclaré sur BFMTV Lesia Vasylenko, députée ukrainienne.

"Si on n'arrive pas à arrêter Poutine et son régime, on va avoir de plus en plus d'annexions", souligne-t-elle.

La Norvège renforce la sécurité à sa frontière avec la Russie

La Norvège va renforcer la sécurité à sa frontière avec la Russie dans l'Arctique, en y positionnant un hélicoptère de la police, et se tient prête à la fermer en cas de besoin, a annoncé le gouvernement vendredi. Le pays scandinave partage dans le Grand Nord une frontière de 198 kilomètres avec son puissant voisin russe, et le poste frontalier de Storskog est aujourd'hui la dernière porte d'entrée, encore relativement ouverte, dans l'espace Schengen pour les citoyens russes munis d'un visa touristique.

"La police a un contrôle solide à Storskog et on renforce maintenant notre présence dans la zone frontalière au-delà du poste-frontières", a déclaré la ministre norvégienne de la Justice, Emilie Enger Mehl.

Les dirigeants de l'UE "rejettent" l'annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes

Les dirigeants des pays de l'Union européenne "rejettent" et "condamnent" "l'annexion illégale" par la Russie de quatre régions ukrainiennes, ont indiqué ce vendredi les 27 dans une déclaration, accusant Moscou de mettre "la sécurité mondiale en danger".

"Nous ne reconnaissons pas et ne reconnaîtrons jamais les 'référendums' illégaux que la Russie a organisés comme prétexte pour cette nouvelle violation de l'indépendance, de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine, ni leurs résultats falsifiés et illégaux. Nous ne reconnaîtrons jamais cette annexion illégale", affirme la déclaration.

"Le destin nous appelle sur un champ de bataille", déclare Vladimir Poutine

Après avoir dénoncé à plusieurs reprises "l'hégémonie" de l'Occident sur le monde, et le danger qu'elle représentait pour la Russie, Vladimir Poutine a déclaré "qu'aujourd'hui le destin nous appelle sur un champ de bataille, sur un champ de bataille pour notre peuple, pour la grande Russie historique".

Vladimir Poutine officialise les annexions en Ukraine

À la suite de son allocution, le président Vladimir Poutine a signé plusieurs documents, officialisant l'annexion de quatre régions ukrainiennes.

"Ceux qui essayent de lutter contre l'hégémonie occidentale sont considérés comme ennemis", lance Poutine

"Ceux qui essayent de lutter contre l'hégémonie occidentale sont considérés comme ennemis", a déclaré Vladimir Poutine ce vendredi.

"L'Occident pense faire un blitzkrieg contre la Russie, il pense qu'encore une fois ils pourront commander le monde, mais nous voyons que cette perspective ne séduit pas tout le monde."

Fuites de Nord Stream: Poutine pointe du doigt l'Occident

"Pour les anglo saxons, les sanctions ne sont plus suffisantes, ils commencent à faire des diversions en organisant les explosions sur le gazoduc Nord Stream", a lancé le président russe Vladimir Poutine ce vendredi.

Il a aussi déclaré que les États-Unis allaient profiter de la situation, et qu'il fallait donc regarder de leur côté.

Poutine accuse l'Europe de "s'approprier" le blé ukrainien

"Où va le blé ukrainien?" a lancé le président russe Vladimir Poutine dans son discours ce vendredi.

Selon lui, "seulement 5% des convois céréaliers vont vers les pays du tiers monde et tout le reste va à l'occident qui se l'approprie".

Poutine accuse l'Occident de vouloir faire de la Russie une "colonie"

Vladimir Poutine a accusé l'Occident de vouloir faire de la Russie une "colonie".

"Les élites occidentales sont toujours restée telles qu'elles étaient, colonisatrices, qui divisent les peuples", a-t-il lancé, parlant d'une "russophobie quoi s'est répandue dans le monde".

Dans son histoire, "l'Occident a piétiné le principe d'inviolabilité des frontières, et maintenant décide quels peuples ont le droit à disposer d'eux-mêmes. Voilà pourquoi ils sont révoltés par le choix libre des peuples" des zones annexées en Ukraine.

"C'est l'Occident qui n'a aucun le droit de parler de démocratie et des droits des peuples".

Poutine: les habitants des régions ukrainiennes annexées seront "nos citoyens pour toujours"

Les habitants des régions du sud et l'est de l'Ukraine annexées par la Russie seront "nos citoyens pour toujours", a déclaré vendredi le président russe Vladimir Poutine lors d'un discours au Kremlin.

"Les habitants de Lougansk et Donetsk, Kherson et Zaporijjia deviennent nos citoyens pour toujours", a affirmé le président russe devant l'élite politique du pays.

"Les gens ont voté pour notre avenir commun", a-t-il ajouté.

Poutine appelle l'Ukraine "à un cessez-le-feu"

"Nous appelons le régime de Kiev à un cessez-le-feu" a déclaré Vladimir Poutine ce vendredi, "à arrêter tous les combats, la guerre commencée par eux en 2014, et à retourner à la table des négociations".

"Kiev doit respecter le choix de ce peuple, c'est le seul chemin vers la paix", dit-il, en référence aux référendums controversés tenus dans les régions occupées par la Russie.

"L'Union soviétique n'existe plus" déclare Poutine, après avoir annoncé l'annexion de quatre régions ukrainiennes

"L'Union soviétique n'existe plus, nous ne pouvons plus revenir dans le passé, mais la Russie n'en a plus besoin, n'a plus besoin de cela", a déclaré le président russe Vladimir Poutine ce vendredi, après avoir annoncé l'annexion de quatre régions ukrainiennes.

Pour lui, "il n'y a rien de plus fort que la volonté de millions de personnes qui s'identifient et se trouvent russe par rapport à leur langue et leur croyance, celles qui vivaient pendant des siècles dans le même pays, il n'y a rien de plus important que leur volonté de retourner vers leur vrai pays".

Il assure que "le peuple du Donbass a connu le génocide", et que dans les régions annexées en Ukraine, "on essayait de leur faire détester tout ce qui était russe on réprimait des millions de personnes".

Zones ukrainiennes annexées: "Nous allons former quatre nouvelles régions russes" annonce Vladimir Poutine

"Les gens ont fait un choix, un choix sans équivoque" a annoncé le président russe Vladimir Poutine ce vendredi, au sujet des régions ukrainiennes occupées par l'armée russe, soumises à un référendum très critiqués ces derniers jours.

"Aujourd'hui nous signons l'accord sur l'entrée de la région de Donetsk, Lougansk, Zaporijia et Kherson, nous allons former quatre nouvelles régions russes."

Les régions ukrainiennes occupées "deviendront naturellement des parties intégrantes" de la Russie

Les régions ukrainiennes de Donetsk, Lougansk, Zaporijia et Kherson "feront partie intégrante de la Russie" dès qu'elles "auront signé des accords pertinents avec Moscou", écrit le média d'État russe Tass ce vendredi, reprenant les annonces du porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

"Elles deviendront naturellement des parties intégrantes et des territoires souverains de la Russie", a-t-il déclaré.

L'UE condamne "l'attaque odieuse de la Russie" contre un convoi civil en Ukraine

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a dénoncé ce vendredi "une autre attaque odieuse de la Russie contre des civils: cette fois un convoi humanitaire apportant une aide vitale aux personnes vivant dans les zones non contrôlées par le gouvernement de Zaporijia", écrit-il.

"L'UE condamne cette attaque épouvantable dans les termes les plus forts possibles."

Discours de Poutine: à quoi s'attendent les Ukrainiens?

Quoique dise Vladimir Poutine ce vendredi, plusieurs Ukrainiens ont assuré à nos journalistes qu'ils continueraient la contre-offensive, et chercheraient à reprendre les terrains annexés par la Russie.

Le président russe doit, lors de son allocution, formaliser l'annexion de quatre régions d'Ukraine à la Russie.

Nord Stream: les fuites dues à des explosions équivalent "à des centaines de kilos" de TNT

Les quatre fuites touchant les gazoducs Nord Stream en mer Baltique sont dues à des explosions sous-marines correspondant "à des centaines de kilos" de TNT, a indiqué vendredi un rapport officiel de la Suède et du Danemark remis aux Nations-Unies.

"La magnitude des explosions a été mesurée respectivement à 2,3 et 2,1 sur l'échelle de Richter, soit probablement l'équivalent d'une charge explosive de centaines de kilos", indiquent les deux pays scandinaves dans une communication au Conseil de sécurité de l'ONU qui se réunit sur le sujet vendredi à New York à la demande de la Russie.

Nord Stream: niveaux élevés de méthane en Scandinavie

À la suite des fuites Nord Stream, des niveaux élevés de méthane sont observés dans plusieurs régions de Scandinavie. Selon une simulation diffusée vendredi par l'institut indépendant norvégien Nilu, spécialisé dans l'analyse de l'air, le nuage de méthane s'est déplacé au gré des vents au-dessus de plusieurs régions suédoises et norvégiennes depuis lundi, atteignant même le Royaume-Uni.

Selon ses estimations, près de 80.000 tonnes de méthane se sont déjà échappées des tuyaux endommagés des deux gazoducs. Soit plus de quatre fois les émissions annuelles du secteur pétro-gazier de la Norvège, un des principaux producteurs d'hydrocarbures d'Europe. Les rejets de méthane ne sont pas dangereux pour la santé des êtres humains, selon les autorités, mais contribuent au réchauffement climatique.

Nord Stream: une des fuites commence à faiblir

Une des quatre fuites sur les gazoducs Nord Stream en mer Baltique commence à faiblir, ont indiqué vendredi les autorités suédoises. Située au-dessus de Nord Stream 2 côté suédois, cette fuite "s'est réduite en taille, mais est toujours en cours", ont indiqué vendredi matin les garde-côtes suédois dans un communiqué.

La deuxième fuite côté suédois, plus importante et liée à Nord Stream 1, ne montre quant à elle pas de signe de faiblissement, selon les gardes-côtes.

Le discours de Vladimir Poutine à suivre à partir de 14h sur BFMTV

Journée de fête au programme à Moscou. Vladimir Poutine et les représentants des Républiques séparatistes de Donetsk et Lougansk ainsi que ceux des zones ukrainiennes occupées de Kherson et Zaporijia vont d'abord ratifier au Kremlin les traités d'annexion de ces territoires à la Russie.

"Une cérémonie aura lieu pour célébrer de nouveaux territoires dans la fédération de Russie. Elle aura lieu dans le grand palais du Kremlin, dans la salle Saint-Georges", a déclaré Dmitri Peskov, porte-parole de Moscou. Un "volumineux discours" du président russe est attendu, toujours selon le porte-parole, à 14h, à suivre sur BFMTV.

Le Kremlin annonce qu'il doit encore "clarifier" les frontières de deux régions qu'il annexe

Le Kremlin a indiqué ce vendredi devoir encore "clarifier" si la Russie annexait la totalité des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia ou uniquement les parties qu'elle occupe.

"En ce qui concerne (les frontières) des régions de Kherson et Zaporijjia, je dois clarifier", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, à deux heures de la cérémonie à l'issue de laquelle Vladimir Poutine doit formaliser l'annexion de quatre régions d'Ukraine.

Qu'attendent les Ukrainiens du discours de Vladimir Poutine ce vendredi?

Alors que le dirigeant russe doit entériner l'annexion de 4 territoires ukrainiens à la Russie ce vendredi en début d'après-midi, qu'en attendent les Ukrainiens?

Pas grand chose en réalité, même si le discours sera suivi en Ukraine, puisqu'ils considèrent les référendums organisés dans ces régions comme illégitimes au regard du droit international.

"Céder les territoires qui sont concernés par les référendums? Pas question", estime un Ukrainien, interrogé par BFMTV.

Annexions de régions ukrainiennes: les festivités se préparent à Moscou

La capitale russe se prépare ce vendredi à des festivités, avec une circulation restreinte prévue pour la journée et notamment un concert à l'ombre des murs du Kremlin, lors duquel Vladimir Poutine pourrait faire une apparition.

Les employés municipaux ont installé des affiches géantes sur la Place rouge qui lisaient: "Donetsk. Lougansk. Zaporijjia. Kherson. Russie!", ont constaté sur place des journalistes de l'AFP.

Ces quatre régions vont être officiellement annexées, après de prétendus référendums régionaux organisés fin septembre à la hâte. Le vote a eu lieu sous surveillance de soldats en armes et a été qualifié de "parodie" par Kiev et ses soutiens occidentaux.

Une pancarte disant "Donetsk, Lugansk, Zaporijjia, Kherson - Russie!" est installée sur la place Rouge en vue des festivités destinées à entériner l'annexion des 4 régions ukrainiennes à la Russie, le 29 septembre 2022
Une pancarte disant "Donetsk, Lugansk, Zaporijjia, Kherson - Russie!" est installée sur la place Rouge en vue des festivités destinées à entériner l'annexion des 4 régions ukrainiennes à la Russie, le 29 septembre 2022 © Natalia KOLESNIKOVA / AFP

Moscou met en garde Kiev face à une quelconque "attaque" des régions ukrainiennes annexées à la Russie

Le porte-parole de la Russie Dmitri Peskov met en garde l'Ukraine ce vendredi face à une quelconque attaque visant les territoires ukrainiens nouvellement annexés à la Russie, assurant qu'elle sera considérée comme un "acte d'agression à l'égard de la Russie", rapporte le site d'actualité russe gazeta.ru

"Moscou considérera toute possible attaque ukrainienne contre les territoires qui seront annexés à la fédération de Russie comme un acte d'agression à l'égard de la Russie", a-t-il mis en garde.

Les forces russes "partiellement encerclées" dans la ville stratégique de Lyman, dans l'Est de l'Ukraine

Les forces russes sont "partiellement encerclées" dans la ville stratégique de Lyman, dans l'Est de l'Ukraine, a reconnu ce vendredi un haut responsable séparatiste, le jour de l'annexion prévue par Moscou de quatre régions ukrainiennes.

"À l'heure actuelle, Lyman est partiellement encerclée. La route de Svatové est sous notre contrôle, mais sous le feu périodiquement", a indiqué sur Telegram Denis Pouchiline, à la tête du bastion séparatiste de Donetsk.

Il a reconnu que les villages de Iampil et Drobychevé, proches de Lyman, "ne sont pas sous le contrôle total" de Moscou.

Au moins 25 morts après une frappe à Zaporijjia: Zelensky qualifie la Russie de "terroristes" et de "racaille sanguinaire"

Volodymyr Zelensky traite la Russie de "terroristes" et de "racaille sanguinaire" après la frappe ayant fait au moins 25 morts à Zaporijjia, selon un nouveau bilan, et dont la Russie et l'Ukraine s'accusent mutuellement.

"Seuls des terroristes complets peuvent faire ça et ne devraient pas avoir leur place dans le monde civilisé", a indiqué Volodymyr Zelensky sur Telegram, avant de lancer: "Racaille sanguinaire! Vous répondrez certainement pour chaque vie ukrainienne perdue!".

Les autorités prorusses accusent en retour Kiev pour cette frappe meurtrière.

"Quand est-ce que Poutine va arrêter tout ça?": des enregistrements révèlent le désespoir de certains soldats russes

La Russie peut-elle remporter le conflit face à l'Ukraine? Des soldats russes semblent en douter. Les conversations de dizaines d'entre eux déployés à Boutcha, en Ukraine, ont été interceptées par les services ukrainiens en mars dernier. Les enregistrements de ces appels, passés dans le dos de leur commandement, ont ensuite été transmis au New York Times qui en a publié la longue litanie mercredi sur son site internet.

"Ils ont voulu tout faire d'un coup, et, putain, ça n'a pas marché comme prévu", déplore l'un d'eux.

Passant un coup de fil à sa petite amie, un autre s'inquiète de ce qui se dit au pays. "Quand est-ce que Poutine va arrêter tout ça?", s'impatiente-t-il.

>> Notre article complet est à lire ici.

Un peu plus de la moitié des Russes se disent inquiets de la situation de leur pays, selon un sondage

La population russe divisée. Deux sondages menés par l'institut russe indépendant Levada révèlent que les Russes se montrent très partagés sur la situation que connaît actuellement leur pays, alors que Vladimir Poutine doit prononcer un discours ce vendredi entérinant l'annexion par la Russie de quatre territoires ukrainiens.

Un peu plus de la moitié (56%) des personnes interrogées se disent notamment "très inquiètes" des événements actuels, contre seulement un peu plus d'un tiers (37%) en août.

La question de la mobilisation partielle de la population est également un sujet d'inquiétude pour 47% d'entr eux, tandis qu'elle suscite la fierté pour 23% d'entre eux et la colère de 13%.

Liz Truss assure que Londres "n'acceptera jamais" l'annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes

Le Royaume-Uni "n'acceptera jamais" l'annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes, que doit entériner ce vendredi Vladimir Poutine, a averti la Première ministre Liz Truss, accusant le président russe d'user de la "force brute" pour "modifier les frontières internationales".

"Le Royaume-Uni n'ignorera jamais la volonté souveraine de ces peuples et nous n'accepterons jamais les régions de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporijjia comme autre chose qu'un territoire ukrainien", a déclaré Liz Truss dans un communiqué.

"On ne peut pas laisser Poutine modifier les frontières internationales par la force brute. Nous ferons en sorte qu'il perde cette guerre illégale", a-t-elle estimé.

"Battez-vous pour votre liberté": Zelensky s'adresse aux Russes dans un message vidéo

Alors que Vladimir Poutine s'apprête à ratifier le rattachement de plusieurs territoires d'Ukraine à la Russie ce vendredi, le président ukrainien a préféré se tourner vers le peuple russe pour demander l'arrêt des combats.

"Je vais le répéter une fois de plus pour ceux qui ne comprennent que le Russe. Si vous voulez rester en vie, fuyez! Si vous voulez rester en vie, rendez-vous! Si vous voulez rester en vie, battez-vous, mais battez-vous dans vos rues, pour votre liberté", lance-t-il dans le message vidéo, diffusé sur les réseaux sociaux.

>> Notre article sur ce message vidéo est à lire ici.

Que peut annoncer Vladimir Poutine ce vendredi dans son discours?

Alors que des référendums joués d'avance ont validé l'annexion de quatre régions ukrainiennes à la Russie cette semaine, Vladimir Poutine doit prononcer ce vendredi un discours aux accents victorieux pour entériner le rattachement de ces territoires.

Célébration d'une prétendue victoire sur le front ukrainien, éloge de la "Grande Russie", chantage nucléaire... Qu'attendre de la prise de parole du président russe?

>> C'est à lire dans notre article.

Un responsable de l'occupation russe à Kherson tué dans une frappe ukrainienne

Un responsable de l'administration d'occupation russe dans la région de Kherson, dans le sud de l'Ukraine, a été tué dans la nuit de jeudi à vendredi dans une frappe ukrainienne, ont annoncé ce vendredi les autorités locales.

Alexeï Katerinitchev, premier adjoint au chef de l'administration de la région de Kherson, en charge de la sécurité, a été tué "dans une frappe précise" menée par les forces ukrainiennes à l'aide de deux missiles lancés par un système HIMARS sur son domicile, a indiqué un cadre de l'occupation russe, Kirill Stremooussov, cité par l'agence de presse russe TASS.

L'occupation russe accuse l'Ukraine de la frappe ayant fait au moins 23 morts dans la région de Zaporijjia

L'occupation russe dans la région de Zaporijjia a accusé ce vendredi l'Ukraine d'une frappe meurtrière sur une colonne de voitures civiles, que Kiev imputait plus tôt à la Russie, faisant état de 23 morts.

"Les combattants ukrainiens ont commis un nouvel acte terroriste. Voyant que la population allait en masse dans la partie (occupée, ndlr) de Zaporijjia, ils ont frappé une colonne de dizaines de voitures civiles", a indiqué sur Telegram un responsable de l'occupation régionale, Vladimir Rogov.

Annexions de territoires ukrainiens: le Conseil de sécurité de l'ONU vote ce vendredi une résolution condamnant les référendums

Le Conseil de sécurité de l'ONU votera ce vendredi sur une résolution condamnant les "référendums" d'annexion de plusieurs régions ukrainiennes et réclamant le retrait des troupes russes, texte qui n'a aucune chance d'être adopté en raison du droit de véto russe.

Le projet de texte "condamne l'organisation par la Fédération de Russie de soi-disant référendums illégaux" dans les régions de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporijjia, et juge qu'ils ne peuvent avoir "aucune validité" ni "servir de base à une altération du statut de ces régions", "y compris toute prétendue annexion" par la Russie.

Au moins 23 morts dans une frappe dans la région de Zaporijjia

L'Ukraine a accusé ce vendredi la Russie d'avoir tué 23 personnes, des civils faisant la queue pour recevoir de l'aide humanitaire, au cours d'un bombardement dans la région de Zaporijjia que les Russes occupent en partie.

"L'ennemi a lancé une attaque à la roquette contre un convoi humanitaire de civils, les gens faisaient la queue pour se rendre dans la zone temporairement occupée, aller à la rencontre de proches, recevoir de l'aide", a indiqué sur la messagerie Telegram le gouverneur régional ukrainien, Oleksandre Staroukh, "il y a 23 morts et 28 blessés".

Poutine reconnaît l'indépendance des régions de Zaporijjia et de Kherson

En prélude à son discours, Vladimir Poutine a reconnu l'indépendance des régions ukrainiennes de Zaporijjia et de Kherson via des décrets présidentiels publiés jeudi soir.

"J'ordonne de reconnaître la souveraineté d'Etat et l'indépendance" des régions de Zaporijjia et de Kherson, situées dans le sud de l'Ukraine, a déclaré le dirigeant russe dans ces décrets.

Quatre régions ukrainiennes, Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporijjia, ont fait l'objet de référendums, joués d'avance, pour être annexés à la Russie
Quatre régions ukrainiennes, Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporijjia, ont fait l'objet de référendums, joués d'avance, pour être annexés à la Russie © BFMTV

Un discours de victoire de Poutine attendu ce vendredi

Grand événement de la journée, un discours de Vladimir Poutine est attendu à partir de 14 heures ce vendredi. Sa prise de parole doit entériner officiellement l'annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes: Donetsk, Lougansk, Zaporijjia et Kherson.

Cette annonce suit des référendums organisés fin septembre portant sur leur rattachement à la Russie. Mais ces consultations, effectuées sous surveillance d'hommes en armes, ont été qualifiées de "parodie" et de "simulacres" par Kiev et ses soutiens occidentaux.

Bonjour à tous!

Bienvenue à ce direct consacré à l'actualité concernant le conflit entre l'Ukraine et la Russie ce vendredi 30 septembre 2022.

BFMTV