BFMTV

La maison de Michel Fourniret et Monique Olivier vendue 57.000 euros

Maison des Fourniret

Maison des Fourniret - -

La vente de la vente de la maison où vécurent en Belgique le tueur en série français et son épouse de 1991 à 2003 doit servir à indemniser en partie leurs victimes.

La dernière maison où vécurent en Belgique le tueur en série français Michel Fourniret et son épouse Monique Olivier a été vendue aux enchères mardi pour 57.000 euros, une somme qui doit servir à indemniser en partie les victimes, a rapporté l'agence de presse Belga.

C'est dans cette maison en pierre du pays, située sur les hauteurs de Sart-Custine, un village du sud-ouest de la Belgique proche de la frontière française, que Michel Fourniret avait été interpellé en juin 2003, peu après une tentative ratée d'enlèvement d'une adolescente belge à Ciney (sud).

La maison appartenait en fait au fils du couple, Sélim, mais la justice a décidé de la mettre en vente afin d'indemniser les victimes, à qui le couple doit encore deux millions d'euros.

"Raser" la maison afin de "tirer un trait" sur cette histoire

L'acquéreur de la maison est un homme de 83 ans originaire de Vencimont, un village voisin, selon Belga. "Je connais l'histoire de cette maison", a-t-il expliqué, en disant vouloir la "raser" afin de "tirer un trait" sur cette histoire. La vente sera effective si aucune surenchère n'est déposée dans les 15 jours chez un huissier de justice.

La maison, où les Fourniret ont habité de 1991 à 2003, et son jardin avaient fait l'objet de fouilles intensives pendant dix jours en 2005. L'épouse et complice du tueur en série avait alors accusé son mari d'avoir enterré dans le jardin le corps de trois baby-sitters. Mais rien n'y avait finalement été découvert.

Michel Fourniret a été condamné en mai 2008 par la cour d'assises des Ardennes (nord-est de la France), à la réclusion criminelle à perpétuité incompressible, pour s'être rendu coupable de sept meurtres de jeunes filles précédés de viol ou tentative entre 1987 et 2001 en France et en Belgique.

Monique Olivier a été pour sa part condamnée pour complicité à la perpétuité assortie d'une période de 28 ans de sûreté.