BFMTV

Attentats: "Yass" et le projet d'évasion raté des terroristes

INFO BFMTV - Alors que le transfèrement de Salah Abdeslam en France va se faire dans le secret et sous très haute sécurité pour éviter toute tentative d'évasion, il apparaît qu'au moins un des kamikazes de Bruxelles projetait de délivrer un autre complice, arrêté peu après le 13-Novembre et les attentats à Paris. Nos révélations.

"YASS". Tout est parti d'un dossier portant ces quatre lettres, retrouvé dans l'ordinateur de l'un des kamikazes des attentats de Bruxelles: Ibrahim El Bakraoui. Ce dernier, qui s'est fait exploser à l'aéroport de Zaventem au côté de Najim Laachroui, avait peu de temps avant de passer à l'acte jeté son matériel informatique dans une poubelle du quartier de Schaerbeek. Une aubaine pour les enquêteurs.

Des éléments précieux ont été ainsi rapidement retrouvés par les forces de l'ordre, ce qui a notamment permis de révéler le "testament" du terroriste, a priori enregistré à destination de sa mère. Dans l'un des fichiers, Ibrahim El Bakraoui se disait être "dans la précipitation", "ne plus savoir quoi faire" et "ne plus être en sécurité". Ce n'était pas tout.

"Yass" & Mohamed Bakkali

L'ordinateur contenait en effet un autre dossier, nommé "YASS", comme nous sommes aujourd'hui en mesure de le révéler. Et ce dernier nous permet d'affirmer que les terroristes, sans que l'on sache précisément qui, ni combien, voulaient organiser l'évasion de l'un de leurs complices. Non pas de Salah Abdeslam, dernier membre vivant des commandos des attentats de Paris et arrêté le 18 mars à Molenbeek-Saint-Jean, mais plutôt de Mohamed Bakkali.

Ce dernier, présenté comme un proche de Mohamed Abrini, fait partie des premières personnes à avoir été arrêtées à la suite des attentats du 13-Novembre. C'était le 26 de ce même mois, dans la commune d'Ensival, près de Verviers, toujours en Belgique. Bruxellois de 28 ans, il est soupçonné d'être le locataire de deux lieux conspiratifs. Le premier était une planque située dans une maison d'Auvelais, le second étant l'appartement situé rue Henri Bergé à Schaerbeek.

C'est à cet endroit que les ceintures explosives utilisées au Bataclan ainsi qu'au Stade de France auraient été confectionnées, et c'est également là que des empreintes de Salah Abdeslam ont été retrouvées, les enquêteurs pensant même qu'il aurait pu y trouver refuge pendant plusieurs semaines à la suite des attentats.

Un projet "avorté" et une demande de "pardon"

De quoi laisser penser que ce Mohamed Bakkali, comme l'affirment plusieurs médias belges, aurait pu jouer un rôle très important dans la préparation des attentats de Paris. Au point même que certains étaient prêts à tout pour le faire libérer? C'est ce qu'il est possible de comprendre dans le fichier découvert sur l'ordinateur d'Ibrahim El Bakraoui.

S'adressant à un certain "Yass", qui aurait pu jouer le rôle d'émissaire, le kamikaze de Zaventem lui a demandé de d'informer Bakkali "que le projet de le faire évader était avorté". Avant de lui demander "pardon".

Jérémy Maccaud avec Dominique Rizet