BFMTV

Vaccins: le Royaume-Uni réalise plus de 600.000 injections en 24 heures

Des seringues destinées à la formation à la vaccination de bénévoles, à Londres le 30 janvier 2021

Des seringues destinées à la formation à la vaccination de bénévoles, à Londres le 30 janvier 2021 - JUSTIN TALLIS © 2019 AFP

Au total, 9,468.382 doses ont été injectées au Royaume-Uni depuis le début de la pandémie, un chiffre impressionnant, quand la France a peiné à dépasser le million de vaccins.

Le Royaume-Uni a affiché un taux record de vaccination en une seule journée ce samedi. En tout, 609.010 doses ont été injectées, dont 598.389 premières doses, selon les données du NHS (National Health Sevice) - des chiffres bien supérieurs à ceux constatés en France.

Au total, ce sont 9,468.382 doses qui ont été administrées depuis le début de la campagne outre-Manche, le 8 décembre 2020. Le Royaume-Uni était alors devenu le premier pays européen à lancer sa campagne vaccinale. L'Angleterre est surreprésentée dans la distribution: samedi, 539.691 premières injections y ont ainsi été réalisées, pour 10.536 en Irlande du Nord, 22.899 en Écosse et 25.263 au Pays de Galles.

Le Premier ministre Boris Johnson a salué samedi soir "une étape cruciale dans notre course actuelle pour vacciner les plus vulnérables contre cette maladie mortelle", rapporte le Daily Mail. "Les vaccins sont notre moyen de sortir de la pandémie, et alors que nous avons protégé 8,9 millions de personnes avec une première dose, notre programme de déploiement ne va faire que s'accélérer à partir de maintenant."

Un gouffre avec les chiffres français

En comparaison, les résultats français semblent bien pauvres. 1.479.909 doses ont été injectées en France depuis le 27 décembre, dont 1.438.591 premières doses, selon les données de Covid Tracker samedi. En clair, en une journée, le Royaume-Uni a réalisé plus de 40% des injections effectuées au total en France depuis un peu plus d'un mois.

Il faut d'une part noter que le Royaume-Uni a commencé sa vaccination trois semaines avant la France, et a eu depuis le temps de s'organiser et de monter en puissance. D'autre part, le Royaume-Uni a déjà autorisé trois vaccins: le Pfizer/BioNTech et le Moderna - également autorisés et distribués dans l'Union européenne -, mais aussi le vaccin AstraZeneca, encore inutilisé dans l'Hexagone, dans l'attente de l'avis de la Haute autorité de santé française.

Interpellé ce weekend par la presse étrangère sur ces chiffres records atteints outre-Manche, le président français Emmanuel Macron a relativisé ces résultats, expliquant que pour la France "l'objectif n'est pas d'avoir le plus possible de premières injections". Le Royaume-Uni a en effet autorisé un écart pouvant aller jusqu'à six semaines entre les deux doses de vaccins, pour vacciner massivement, alors qu'une période de 21 jours est recommandée par les laboratoires. La France est restée sur un délai maximal de 28 jours, face à "l'arrivée de nouveaux variants sur le territoire national".

15 millions de premières doses d'ici le 15 février

Le Royaume-Uni a pour objectif de vacciner avec une première dose, d'ici le 15 février, toutes les personnes désignées prioritaires: soit les résidents en Ehpad et leur personnel, les plus de 75 ans, les travailleurs sociaux et de la santé en première ligne, et les personnes de plus de 70 ans présentant un facteur de risque de développer une forme grave. Cela représente 15 millions de personnes.

Le pays est également le plus touché en Europe par la pandémie, notamment en raison de l'apparition du variant britannique, plus contagieux, dont la diffusion a explosé en décembre sur son sol. Le Royaume-Uni déplore 106.367 morts du Covid-19 et compte plus de 3,8 millions de personnes testées positives, selon le dernier bilan de l'université américaine John Hopkins, qui fait référence.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV