BFMTV

Soldat tué à Londres: les deux suspects se seraient radicalisés via Internet

La victime, âgée de 25 ans, a été tuée froidement à l'arme blanche.

La victime, âgée de 25 ans, a été tuée froidement à l'arme blanche. - -

On en sait désormais davantage sur le profil des deux tueurs présumés qui ont attaqué un soldat en pleine rue, mercredi, à Londres. L’un des suspects serait un Britannique d’origine nigériane. Des complices, un homme et une femme, ont été arrêtés.

Deux loups solitaires commettant un acte isolé. Voilà le profil désormais privilégié par les enquêteurs pour les deux meurtriers présumés d'un soldat britannique, mercredi, à Londres.

Attaquée en pleine et en plein jour dans le quartier de Woolwich, dans le sud-est de la capitale britannique, la victime, âgée de 25 ans, a été tuée froidement à l'arme blanche, notamment un hâchoir, avant que ses meurtriers ne demandent à des passants de les filmer, les mains ensanglantées, juste après avoir commis cet acte. Sur ces images, l'un des deux tueurs tient des propos clairement jihadistes.

Britannique d'origine nigériane

Les deux suspects se seraient radicalisés via Internet, selon les forces de sécurité britanniques. L'un d'eux se nomme Michael Adebalajo. D'origine nigériane, cet homme de 28 ans né en Grande-Bretagne au sein d'une famille chrétienne se serait converti à l'islam à l'âge de 16 ans. Il fréquentait Al-Mouhajiroun, une organisation islamiste désormais interdite et a été formellement identifié par des membres de cette organisation.

"Il n'était pas membre d'Al-Mouhajiroun mais avait l'habitude de participer à nos activités pendant des années", a ainsi expliqué l'ancien chef de ce mouvement extrêmiste, Anjem Choudary, confirmant par ailleurs l'origine nigériane de l'individu.

"J'ai vu la vidéo et je l'ai reconnu. Je me souviens que les non-musulmans l'appelaient Michael. C'était un gars très tranquille, pas violent du tout, très agréable. Nous avons perdu tout contact avec lui il y a trois ans", a-t-il poursuivi.

Connu d'un imam radical

Michael Adebalajo a également été identifié, depuis le Liban, par Omar Bakri Mohammed, l'un des principaux prêcheurs du "Londonistan", mouvance radicale islamiste à Londres dans les années 2000.

"La dernière fois que je l’ai vu, il avait à peu près 20 ans", se souvient-il. "Je suis très surpris. C’était un garçon très calme, simple. Il étudiait les bases de l’islam. Et là, je le vois avec du sang sur les mains, parlant avec force, avec courage. Il condamne la politique étrangère de la Grande-Bretagne".

Ses anciens camarades de classe ont été choqués par les images qu'ils ont vu tourner en boucle dans les médias britanniques. "Je n’aurais jamais imaginé ça de lui. C’est un garçon qui est né ici. Il s’entendait bien avec tout le monde, il aimait le sport, la musique. Il était amical, n’essayait pas d’être spécial ou d’être un leader", se souvient l'un d'eux.

La dernière fois que je l’ai vu, il avait à peu près 20 ans. Je suis très surpris. C’était un garçon très calme, simple. Il étudiait les bases de l’Islam. Et là je le vois avec du sang sur les mains, parlant avec force, avec courage. Il condamne la politique étrangère de la Grande-Bretagne.

Tentative de voyage en Somalie en 2012

Michael Adebalajo et l’autre suspect, dont l’identité n’a pas été révélée, étaient pourtant connus des services de sécurité. Le jeune homme avait d'ailleurs été arrêté, en 2012, alors qu'il tentait de se rendre en Somalie pour rejoindre des jihadistes.

Selon la police, les deux tueurs auraient bénéficié de complicités. Deux autres suspects, un homme et une femme de 29 ans, ont été arrêtés à Londres, mercredi.

Cinq appartements et la maison du père de Michael ont, pour l'heure, été perquisitionnés dans le cadre de l'enquête. Des objets et des ordinateurs ont été saisis.


A LIRE AUSSI:

>> Londres: un homme tué à coups de machette en pleine rue
>> Meurtre de Londres: l'attitude des suspects en question

>> Le soldat tué à Londres a servi en Afghanistan

>> Soldat tué à Londres: deux personnes arrêtées pour complicité de meurtre

Adrienne Sigel avec Mélissa Collado