BFMTV

Londres sous le choc après le meurtre d'un soldat

Au lendemain de l'assassinat d'un soldat en pleine rue, Londres est sous le choc.

Au lendemain de l'assassinat d'un soldat en pleine rue, Londres est sous le choc. - -

Quelques heures après le meurtre à la machette d'un soldat, la capitale britannique se réveille sous le choc. Le maire de Londres, Boris Johnson, compare ce geste aux attentats de 2005.


Depuis mercredi, des anonymes viennent se recueillir à Woolwich, où un soldat britannique a été froidement tué à la machette par deux hommes.

Les habitants de ce quartier du sud-est de Londres peinent encore à croire ce qu'il vient de se passer, et sont notamment choqués par le mode opératoire des deux tueurs présumés.

Le spectre des attaques de 2005 plane toujours

"Savoir qu’il y a des gens qui trainent dans les parages avec des armes, savoir qu’on peut se faire poignarder, c’est assez effrayant", explique ainsi une habitante du quartier.

"Il y a des Noirs qui vivent ici, des Blancs, des Asiatiques, et nous vivons tous en harmonie. C’était si inattendu, personne ne s’attendait à une telle chose", déplore un autre.

Mais au-delà de ce quartier, c’est toute la capitale britannique qui est touchée. Ce crime d’une grande violence, en plein jour, devant une douzaine de témoins, ravive le spectre des attaques terroristes de 2005. Les autorités britanniques ont d'ores et déjà appelé au calme.

"Crime impardonnable"

"C’est un crime ignoble, barbare et impardonnable. Je sais que les Londoniens ont déjà été touchés par le terrorisme. Mais cette ville a une capacité de forte résilience. Et nous avons les meilleurs services de sécurité et la meilleure police du monde", a fait valoir le maire de Londres, Boris Johnson.

L'attaque a provoqué la colère du groupe d’extrême-droite la Ligue anglaise de défense. Deux militants ont été arrêtés pour s’en être pris à des mosquées, 250 autres se sont opposés aux forces de l’ordre dans la soirée.

L’indice de la menace terroriste reste, pour l'heure élevé. La sécurité a été renforcée près des casernes du pays, par mesure de précaution.


A LIRE AUSSI: >> Meurtre d'un soldat à Londres: qui sont les deux suspects?

>> Londres: un homme tué à coups de machette en pleine rue

A.S. avec Mariam Pirzadeh