BFMTV

Merkel embarrassée par une biographie évoquant son passé est-allemand

"Le passé est-allemand de la chancellère" titre le magazine Focus, à l'occasion de la sortie d'une biographie sur la vie d'Angela Merkel.

"Le passé est-allemand de la chancellère" titre le magazine Focus, à l'occasion de la sortie d'une biographie sur la vie d'Angela Merkel. - -

Une biographie d'Angela Merkel révèle que la chancelière aurait été plus active au sein du régime est-allemand qu'elle ne l'avait laissé entendre jusqu'ici.

Angela Merkel, responsable de la propagande au sein des jeunesses communistes, c'est le portrait que dressent les auteurs de la toute nouvelle biographie La première vie d'Angela M., consacrée à la chancelière allemande, et qui évoque son passé à l'époque de la RDA.

La parution du livre créé quelques remous en Allemagne, qui se remet à peine des révélations sur le passé nazi de l'inspecteur Derrick.

Les auteurs de la bio, Ralf Georg Reuth et Günter Lachmann, y révèlent en effet que la chancelière était plus active au sein du système que ce qu'elle a bien voulu le dire jusqu'ici. Une version qui diverge un peu du CV officiel de la chancelière.

"Je n'ai jamais caché quoi que ce soit"

Ainsi, selon ses biographes, Angela Merkel, qui s'appelait alors Angela Kasner, aurait été responsable de l'agitation et de la propagande au sein des jeunesses communistes (les FDJ, Freien Deutschen Jugend). Elle aurait également été membre du syndicat des salariés de l'Allemagne de l'Est, étroitement lié au parti socialiste, et de l'association pour l'amitié germano-soviétique.

Selon le magazine allemand Stern, la chancelière, interrogée en 2004 sur son rôle idéologique avait répondu: "Agitation et Propagande? Je ne me souviens pas avoir fait preuve d'agitation d'aucune manière que ce soit. J'étais responsable de la culture." Réagissant à la parution de la biographie, la chancelière a souligné: "Ce qui est important pour moi, c'est que je n'ai jamais caché quoi que ce soit". Et aussi: "Je ne peux que me fier à ma mémoire. (...) Si quelque chose d'autre émerge, je peux vivre avec". "Il y a peut-être encore des choses que je n'ai pas racontées parce qu'on ne me les a pas demandées", a confié Angela Merkel.

La chancelière, au pouvoir depuis 2005, briguera un troisième mandat, lors des élections fédérales, le 22 septembre prochain.

dossier :

Angela Merkel