BFMTV

Allemagne: onze arrestations dans une affaire de pédophilie

La maison où se seraient déroulés les faits, à Münster, en Allemagne

La maison où se seraient déroulés les faits, à Münster, en Allemagne - INA FASSBENDER / AFP

Au moins trois enfants, âgés de 5, 10 et 12 ans, figurent parmi les victimes.

Onze personnes ont été arrêtées dans diverses régions allemandes par la police qui les soupçonne d'avoir abusé sexuellement de plusieurs enfants et d'avoir filmé leurs méfaits, a annoncé ce samedi la police de Münster (Ouest). Les enquêteurs ont identifié au moins trois enfants, âgés de 5, 10 et 12 ans, comme faisant partie des victimes.

Sept personnes, dont plusieurs étaient déjà "connues défavorablement" de la justice, ont été placées en détention préventive, a affirmé lors d'une conférence de presse le chef de la police de Münster, Rainer Furth. En tout, six hommes et une femme sont soupçonnés soit d'avoir directement abusé des enfants, soit d'avoir participé à la logistique de ces méfaits ou échangé des informations via des messageries cryptées. 

500 térabytes de données retrouvées

L'accusé principal est un homme de 27 ans originaire de Münster, travaillant dans une ferme et passionné d'informatique, ont déclaré les enquêteurs. Des disques durs contenant jusqu'à 500 térabytes de données, y compris des vidéos et des photos, ont été saisis dans sa cave. 

Sont également en détention provisoire sa mère, âgée de 45 ans - propriétaire de la maison d'été de Münster où se sont produits les faits et qui lui aurait laissé les clés tout en sachant ce qui se passait dans la demeure - ainsi que des hommes âgés entre 30 et 43 ans originaires de Staufenberg (Basse-Saxe), Hanovre, Schorfheide (Brandebourg), Kassel ou encore Cologne.

Des abus durant "plusieurs heures"

Selon les enquêteurs, deux des victimes sont le fils de 10 ans de la partenaire de l'homme de 27 ans et le fils de 5 ans d'un accusé habitant Staufenberg. La troisième victime, 12 ans, serait le neveu de l'accusé originaire de Kassel. Celui-ci aurait directement abusé du garçon, selon les données saisies.

"Ces hommes, si on peut les désigner ainsi, ont procédé de manière perfide en cryptant toutes leurs discussions sur leurs portables", s'est indigné le chef de l'enquête Joachim Poll.

Les enquêteurs se sont dit particulièrement choqués lors de la conférence de presse, expliquant notamment que les vidéos montraient comment quatre hommes abusaient alternativement durant "plusieurs heures" des deux garçons de 5 et 10 ans.

Me.R. avec AFP