BFMTV

États-Unis: un enfant de trois ans meurt en manipulant une arme pendant son anniversaire

En 2013, plus de 300 millions d'armes à feu circulaient aux Etats-Unis (image d'illustration)

En 2013, plus de 300 millions d'armes à feu circulaient aux Etats-Unis (image d'illustration) - CreativeCommons

Aux États-Unis, un enfant âgé de trois ans est mort en manipulant une arme à feu lors de sa fête d'anniversaire.

Un enfant de trois ans est mort ce samedi en manipulant une arme à feu pendant sa fête d'anniversaire à Porter, au Texas, a annoncé la police de cette ville du sud des Etats-Unis.

Touché à la poitrine, il a été transporté en urgence dans une caserne de pompiers où il a succombé à sa blessure, a précisé dans un communiqué la police de la ville, située à une quarantaine de kilomètres au nord de Houston.

L'arme d'un membre de la famille

Le petit garçon fêtait son troisième anniversaire avec sa famille et des amis quand des adultes présents ont entendu un coup de feu pendant qu'ils jouaient aux cartes.

Selon les enquêteurs, il aurait trouvé l'arme qui était tombée de la poche d'un des membres de sa famille.

Les accidents de ce genre se sont multipliés depuis la fermeture des écoles à cause de la pandémie de coronavirus, a mis en garde l'organisation Moms Demand Action qui lutte contre la dissémination des armes dans un pays où un tiers des adultes possèdent au moins une arme à feu.

Au moins 97 morts depuis le début de l'année

"Avec plus d'enfants à la maison pendant la pandémie, il est plus important que jamais d'avoir un espace de rangement sécurisé, l'enjeu est tellement grand", a commenté Christine Parker, représentante de l'organisation pour le Texas.

Selon une enquête de l'organisation Everytown for gun safety, au moins 97 décès sont liés à des "tirs non intentionnels" d'enfants ou de mineurs depuis le début de l'année.

Le Texas est l'un des Etats américains les plus laxistes en matière de législation sur les armes à feu, dont la possession et le port sont garantis par le Second amendement de la Constitution, selon les associations de défense du port d'armes.

Jeanne Bulant avec AFP Journaliste BFMTV