BFMTV

Etats-Unis: Donald Trump nomme la juge conservatrice Amy Coney Barrett à la Cour Suprême

Lors d'une allocution depuis la Maison Blanche, le président américain a présenté la juge qui remplacera Ruth Bader Ginsburg, décédée le 18 septembre.

Les médias américains l'avaient annoncé. Donald Trump a confirmé ce samedi la nomination de la juge conservatrice Amy Coney Barrett à la Cour Suprême. Lors d'une allocution dans les jardins de la Maison Blanche, le président américain a présenté la magistrate qui succèdera à Ruth Bader Ginsburg, décédée la semaine dernière des suites d'un cancer.

"C'est ma troisième nomination (pour la Cour suprême) et c'est un grand moment", a déclaré Donald Trump. "Ce soir, j'ai l'honneur de nommer l'une des juristes les plus brillantes et les plus douées du pays à la Cour suprême", a-t-il lancé, soulignant sa "fidélité sans faille" à la Constitution. "Vous allez être fantastique", a-t-il lancé en s'adressant à la juge, debout à ses côtés.

Connue pour ses convictions religieuses traditionalistes, Amy Coney Barrett doit encore être confirmée par le Sénat, à la majorité simple. Malgré le tollé démocrate, la chambre haute devrait se prononcer avant la présidentielle. Le 45e président des Etats-Unis a ainsi prédit une confirmation "rapide" par le Sénat, où les républicains détiennent la majorité. Les auditions doivent débuter le 12 octobre, pour un vote espéré fin octobre, quelques jours avant l'élection du 3 novembre.

"J'aime les Etats-Unis et j'aime la Constitution des Etats-Unis", a déclaré Amy Coney Barrett lors d'une brève allocution au cours de laquelle elle a rendu un hommage appuyé à Ruth Bader Ginsburg qui, selon elle, "a a gagné l'admiration des femmes à travers le pays et dans le monde entier".

Joe Biden appelle le Sénat à attendre les résultats de l'élection présidentielle

Le candidat démocrate à la Maison Blanche Joe Biden n'a pas tardé à réagir à cette nomination et a appelé le Sénat américain à ne pas se prononcer avant les résultats de l'élection présidentielle.

"Le Sénat ne devrait pas se prononcer sur cette vacance" créée par le décès de la juge progressiste Ruth Bader Ginsburg "tant que les Américains n'auront pas choisi leur prochain président et leur prochain Congrès", a-t-il dit dans un communiqué quelques minutes après l'annonce de la nomination par Donald Trump.
Mélanie Rostagnat avec AFP Journaliste BFMTV