BFMTV

Etats-Unis : à 5 ans, il tue sa petite sœur avec un fusil offert à son anniversaire

Le 17 avril dernier le Sénat américains a retoqué la loi limitant la vente d'arme souhaité par Obama.

Le 17 avril dernier le Sénat américains a retoqué la loi limitant la vente d'arme souhaité par Obama. - -

Un nouveau drame lié aux armes à feu a fait trembler les États-Unis. Un petit garçon de 5 ans a tué sa petite sœur avec son propre fusil, un 22 long rifle nommé Crockett par le fabricant, cadeau d’anniversaire offert par ses parents.

Les Etats-Unis sont sous le choc de ce nouveau drame lié aux armes à feu qui s’est déroulé dans le Kentucky, dans la ville de Burkesville. Un petit garçon de 5 ans a tué sa petite sœur avec un fusil 22 long rifle qui lui avait été offert par ses parents. Le fusil, surnommé Crockett par le fabricant, est spécialement adapté pour les enfants. Sans penser à vérifier si une balle était toujours dans le chargeur, le petit garçon a visé sa sœur et celle-ci est morte. Philippe Gassot, l’envoyé spécial de RMC aux Etats-Unis, explique ce jeudi sur l’antenne que ces armes pour enfants sont monnaies courantes. Rien de plus simple, dit-il, pour s’en procurer. « Ici, relate Philippe Gassot, vous trouvez ce type d’armes dans les grandes surfaces ou dans la multitude de magasins spécialisés qui vendent de tout, de la canne à pêche jusqu’au matériel de camping. Et au milieu de tout cela, vous avez un rayon dédié aux armes. Sur ces rayons, des fusils d’assaut à destination des adultes et à côté vous pouvez trouver des carabines 22 long Rifle, bleues pour les garçons et d’autres, roses, pour les filles ».

« Comme si on laissait une tronçonneuse à la portée d'un enfant »

Pour Yves Goletti, président de la Chambre syndicale nationale des armuriers, « dans l’histoire, de ce petit garçon, il y a une succession de fautes et d’erreurs colossales. C'est comme si on laissait une tronçonneuse ou n’importe quel appareil dangereux à la portée d’enfants de 5 ans. On ne laisse pas, même avec des adultes, une carabine chargée ». Et le professionnel poursuit, « en France, les armes doivent être stockées sous clés, enchainées. Et de toute façon ne jamais être conservées chargées, même en présence d’adultes. Mais aux Etats-Unis, c’est la culture de l’arme qui fait la différence : vous pouvez mettre n’importe quelle règlementation, la pays est malheureusement un pays très violent ».

La loi sur les armes aux États-Unis retoquée en avril

Le 17 avril dernier, Barack Obama a subi un revers difficile. Lui qui voulait seulement modifier à minima la loi sur les armes aux Etats-Unis, a vu son projet retoqué. Il avait besoin d’une majorité sénatoriale de 60 voix, il n’en a obtenu que 54 alors que 90% des américains s’étaient prononcés en faveur de cette limitation. L’idée du président américain n’était pourtant pas très contraignante pour le citoyen lambda. Barack Obama souhaitait simplement empêcher les criminels et les individus atteints de troubles mentaux sérieux de se procurer des armes de guerre en toute légalité. Le principe était de faire une vérification du casier judiciaire avant tout achat d’armes comme c’est le cas en armurerie mais pas sur Internet. Cette loi visait également à rendre plus contraignant l’achat d’arme de guerre capable de tirer plus de 700 balles par minute.
« En Europe, en revanche, toutes les ventes d'armes aux mineurs sont interdites, indique Yves Goletti. C’est une directive. Mais comme dans tous les sports, il y a des jeunes qui pratiquent le tir et qui doivent s’entrainer. Donc, oui, certains mineurs en Europe possèdent des armes, mais cela est très encadré. Il est possible d’offrir une arme à un enfant à partir de 12 ans quand celui-ci pratique le tir et dès lors qu'il est très encadré. Il vaut mieux apprendre aux enfants la dangerosité des armes plutôt que de les laisser dans l’ignorance».

Tugdual de Dieuleveult avec Philippe Gassot