BFMTV

Enfant syrien mort sur une plage: "après l’indignation, il faut passer à l’action"

Alors que la mort d’un enfant syrien, retrouvé noyé sur une plage turque, émeut le monde, la porte-parole d’Unicef France a lancé un appel sur BFMTV. Selon elle, fini le temps de l’indignation, il faut désormais agir.

Il y a des photos qui touchent plus que les mots. Cette phrase prend tout son sens ce jeudi après l’émotion née dans le monde entier autour de la photo, reprise par de nombreux médias étrangers, d’un jeune enfant syrien de trois ans, retrouvé mort sur une plage de Bodrum en Turquie.

Pourtant, médias, politiques et organisations avaient déjà tiré la sonnette d’alarme. Récemment, le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a estimé à plus de 300.000 le nombre de migrants qui ont traversé la Méditerranée depuis janvier.

"Le temps de l’indignation est passé, il faut maintenant passer au temps de l’action", a ainsi martelé Bénédicte Jeannerod, la porte-parole d’Unicef France, sur BFMTV. "En tant qu’ensemble européen et pays riche, patrie de la déclaration des droits de l’Homme, nous pouvons accueillir ces réfugiés", estime-t-elle. "Ils prennent tous les risques pour arriver en Europe et se fracassent sur nos égoïsmes", déplore encore la responsable.

L’exode de deux millions d’enfants syriens

Interrogée sur le nombre de mineurs syriens qui fuient les conflits, Bénédicte Jeannerod évoque des chiffres qui font froid dans le dos. "Aujourd'hui, on estime qu'il y a à peu près 2 millions d'enfants syriens réfugiés à l'extérieur des frontières. C'est sans compter les enfants qui sont déplacés à l'intérieur de la Syrie et qui fuient leur région d'origine pour aller se mettre à l'abri dans des régions plus calmes du pays", assure la porte-parole d’Unicef France.

A en croire ces chiffres, cela représente près de 10% de la population syrienne, le pays étant peuplé avant le conflit de 22,8 millions d’habitants.

"Les pays d'accueil qui sont les plus fortement impactés par ces vagues d'exil sont la Turquie et le Liban qui a eu plusieurs centaines de milliers de réfugiés syriens", précise la responsable. "L’Europe doit absolument prendre sa part dans l’accueil et la protection de ces enfants", martèle-t-elle.

Pierjean Poirot