Prayut Chan-O-Cha, chef de la junte militaire, le 26 mai 2014.
 

L'exécution d'un condamné par injection létale tombe mal avant le voyage inédit du chef de la junte militaire au pouvoir à Londres puis à Paris.

Votre opinion

Postez un commentaire