BFMTV
en direct

EN DIRECT - États-Unis: la victoire de Biden confirmée, Trump promet une "transition ordonnée"

Des manifestants pro-Trump ont fait irruption dans le Capitole mercredi. Le Congrès a depuis repris ses travaux, avec la poursuite des discussions sur la certification de la victoire de Biden.

Trump promet une "transition ordonnée"

Donald Trump vient de réagir à l'officialisation de la victoire de Joe Biden. L'actuel locataire de la Maison-Blanche promet une "transition ordonnée", annonce l'agence Associated Press.

"Même si je suis en total désaccord avec l'issue de l'élection, et les faits me donnent raison, il y aura malgré tout une transition ordonnée le 20 janvier", réagit Donald Trump. "J'ai toujours dit que je continuerai notre combat pour faire en sorte que seuls les votes légaux soient comptés. Si cela représente la fin du plus grand premier mandat de l'histoire présidentielle, c'est seulement le début de notre combat pour rendre à l'Amérique sa grandeur!"

La victoire de Joe Biden validée par le Congrès

C'est désormais terminé: la victoire de Joe Biden a été certifiée par le Congrès américain, avec 306 grands électeurs pour le démocrate, contre 232 pour son rival Donald Trump.

Biden a dépassé les 270 grands électeurs nécessaires à la victoire

La validation des résultats de l'élection présidentielle se poursuit aux États-Unis. Les votes de 296 grands électeurs en faveur de Joe Biden ont désormais été certifiés par le Congrès, au-delà du seuil nécessaire à sa victoire. Le décompte est encore en cours.

Marine Le Pen reconnaît pour la première fois la victoire de Joe Biden

Après l'envahissement du Capitole, Marine Le Pen a reconnu pour la première fois sur France 2 la victoire de Joe Biden à la présidence des États-Unis.

La dirigeante d'extrême droite a estimé qu'on avait "le droit de contester une élection devant les tribunaux" et que, "à partir du moment où la certification des votes est effectuée, il n'y a aucune difficulté, pour moi et pour quiconque d'ailleurs, pour admettre que Joe Biden est président des Etats-Unis".

Marine Le Pen n'avait pas jusqu'à présent reconnu la victoire du démocrate, invoquant les recours judiciaires lancés aux Etats-Unis par les soutiens de Donald Trump contre une prétendue "fraude" à ce scrutin.

Trump "n'a pas mesuré la portée de ses propos"

La cheffe du RN s'est dite "extrêmement choquée par (les) images de violence" à Washington. "Manifestement il (Donald Trump) n'a pas mesuré la portée de ses propos sur une partie de ces gens que la défaite a exacerbée", a déclaré sur France 2 la présidente du Rassemblement national et candidate à la présidentielle française en 2022.

"Dans une démocratie, on doit défendre le droit évidemment de contester, le droit de manifester, mais pacifiquement", a-t-elle ajouté.

Le FBI lance un appel pour identifier les auteurs des violences au Capitole

Le FBI a lancé un appel sur son site internet pour recueillir des informations sur les auteurs des violences au Capitole. "Si vous avez assisté à des actions violentes illégales, nous vous exhortons à nous transmettre toute information, photo ou vidéo qui pourrait être utile", écrit l'agence.

Le Sénat écarte une nouvelle objection sur les résultats en Pennsylvanie

Le Congrès poursuit ses travaux. Le Sénat américain vient de très largement rejetter, par 92 voix contre 7, une nouvelle objection concernant la certification des résultats en Pennsylvanie, où Joe Biden a été déclaré vainqueur en novembre.

52 interpellations mercredi, l'état d'urgence prolongé pour 15 jours dans la capitale

Le chef de la police de Washigton a annoncé que les forces de l'ordre ont procédé à 52 interpellations mercredi, dont 26 dans l'enceinte du Capitole.

Pour parer à d'éventuelles nouvelles manifestations, la maire de Washington Muriel Bowser a étendu l'état d'urgence dans la capitale fédérale pour 15 jours, soit jusqu'à la fin du mandat de Donald Trump. Cela lui permettra, si nécessaire, de renouveler le couvre-feu décrété pour la nuit de mercredi à jeudi, ou de réquisitionner des moyens supplémentaires.

Trois autres personnes sont mortes aux alentours du Capitole

Trois autres personnes - une femme et deux hommes - sont mortes aux alentours du Capitole "d'urgence médicale distincte", a déclaré lors d'une conférence de presse le chef de la police de Washington. Robert Contee n'a pas donné plus de détails, ni précisé s'il s'agissait de participants aux manifestations.

Les causes de leurs morts ne pourront pas être établies avant leur examen par un médecin légiste, a-t-il ajouté.

La femme abattue au Capitole a succombé à un tir de la police

La femme morte ce mercredi après avoir participé au coup de force dans l'enceinte du Congrès a été abattue par la police du Capitole, a annoncé le chef de la police de Washington. Elle faisait partie d'un groupe de manifestants qui ont semé le chaos dans le bâtiment, alors que les élus entamaient la certification de la victoire du démocrate Joe Biden.

"Des agents en uniforme de la police du Capitole les ont affrontés et, à un moment, l'un d'eux a fait usage de son arme de service" et l'a touchée, a déclaré lors d'une conférence de presse le chef Robert Contee. Elle a été déclarée morte après son transfert à l'hôpital.

Une enquête interne a été ouverte sur cet "événement tragique", a-t-il ajouté.

D'après plusieurs médias américains, des ministres envisagent d'écarter Trump du pouvoir

Des membres du gouvernement américain ont discuté de la possibilité d'écarter Donald Trump du pouvoir après le coup de force de ses partisans au Congrès, ont rapporté mercredi soir plusieurs médias.

Leurs échanges ont porté sur le 25ème amendement de la Constitution américaine, qui autorise le vice-président et une majorité du cabinet à déclarer le président "inapte" à exercer ses fonctions, selon les chaînes CNN, CBS et ABC, qui s'appuient sur des sources anonymes. Mais aucune proposition formelle n'a encore été présentée au vice-président Mike Pence, a précisé CBS.

"Malade mentalement"

Plusieurs élus et éditorialistes de grands quotidiens ont plaidé ouvertement pour cette option, même s'il ne reste que deux semaines avant la fin du mandat de Donald Trump.

Tous les démocrates de la commission judiciaire de la Chambre des représentants ont ainsi adressé un courrier à Mike Pence pour lui demander d'invoquer le 25e amendement "dans l'intérêt de la démocratie".

Pour eux, le président sortant "est malade mentalement et incapable de gérer et d'accepter les résultats de l'élection de 2020".

Le Sénat américain rejette une première objection à la victoire de Biden

La séance de certification de la victoire Joe Biden à la présidentielle poursuit son cours au Congrès américain. A l'instant, le Sénat américain vient de rejetter une première objection au succès du démocrate.

Emmanuel Macron Macron appelle à "ne rien céder"

"Nous ne cèderons rien à la violence de quelques-uns qui veulent remettre en cause" la démocratie, a déclaré le président français Emmanuel Macron dans une vidéo publiée ce jeudi matin, après l'intrusion de manifestants pro-Trump dans le Capitole mercredi soir à Washington.

"Quand, dans une des plus vieilles démocraties du monde, des partisans d'un président sortant remettent en cause, par les armes, les résultats légitimes d'une élection, c'est une idée universelle - celle d'un homme, une voix - qui est battue en brèche", a ajouté Emmanuel Macron, pour qui "ce qui est arrivé aujourd'hui à Washington n'est pas américain".

L'ONU se dit "profondément préoccupée"

Le président de l'Assemblée générale de l'ONU, Volkan Bozkir, s'est déclaré ce mercredi dans un tweet "profondément préoccupé" par "l'interruption du processus démocratique" survenue dans la journée aux Etats-Unis pour cause de "violence au Congrès à Washington".

Dans un second tweet diffusé par son service de communication, l'ancien ministre turc indique qu'il est "attristé" par les événements survenus dans la capitale américaine. "Je crois que la paix et le respect des processus démocratiques prévaudront dans notre pays hôte en ce moment critique", ajoute-t-il cependant.

Facebook bloque à son tour Donald Trump

Après avoir retiré une vidéo de sa plate-forme, Facebook a décidé, comme twitter avant lui, de bloquer le compte de Donald Trump. Une suspension qui doit durer 24 heures.

Le Congrès américain a repris ses travaux pour certifier la victoire de Biden

Comme annoncé il y a peu par la cheffe des démocrates à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, le Congrès américain vient de reprendre ses travaux afin de certifier la victoire de Joe Biden à la présidentielle, interrompue par l'intrusion de partisans de Donald Trump.

Le vice-président Mike Pence, s'exprimant à l'ouverture de la séance, a regretté un "jour sombre" et condamné les "violences".

"Même après une violence et un vandalisme sans précédent dans ce Capitole, les représentants élus du peuple des Etats-Unis sont à nouveau réunis, ce même jour, pour défendre la Constitution", a souligné Mike Pence.

Barack Obama évoque un "grand déshonneur" et une "honte" pour la nation américaine

Barack Obama réagit à son tour aux événements à Washington D.C. L'ex-président des États-Unis affirme que "l'Histoire se souviendra des violences du jour au Capitole [...] comme d'un moment de grand déshonneur et de honte pour notre nation." Il poursuit en affirmant plus loin qu'il ne s'agit en revanche pas d'une "surprise".

Bill Clinton dénonce un "assaut sans précédent" contre les institutions américaines

L'ancien président américain Bill Clinton dénonce un "assaut sans précédent" contre les institutions américaines, alors que des manifestants pro-Trump se sont introduits dans le Capitole à Washington.

La cheffe de cabinet de Melania Trump démissionne

Stephanie Grisham, la cheffe de cabinet de Melania Trump et ancienne attachée de presse de la Maison Blanche, a présenté sa démission après les événements survenus mercredi à Washington, a indiqué la Maison Blanche à la chaîne américaine CNN dans la soirée.

Elle était l'une des plus anciennes membres de l'administration Trump.

Twitter retire la vidéo de Trump s'adressant à ses partisans

Après Facebook et Youtube, plusieurs tweets de Donald Trump, qui dispute la victoire de Joe Biden, n'étaient plus visibles sur la plateforme à l'oiseau bleu mercredi, après une manifestation violente de ses partisans à Washington, qui ont interrompu la certification des résultats de la présidentielle.

Deux messages écrits ont été retirés par Twitter, ainsi qu'une vidéo où le président sortant appelait ses partisans en train de prendre d'assaut le Capitole à "rentrer chez eux" mais où il déclarait aussi que l'élection avait été "volée".

La validation des résultats de la présidentielle reprendra dans la nuit, selon Nancy Pelosi

La présidente démocrate de la Chambre des représentants a fait savoir, dans une lettre adressée aux membres du Congrès en début de soirée, qu'elle souhaitait que la validation des résultats de la présidentielle reprenne dans la nuit de mercredi à jeudi.

Twitter et Facebook supprime les dernières déclarations de Donald Trump

Facebook a retiré dans la soirée de mercredi la video de Trump s'adressant à ses partisans, et leur demandant de rentrer chez eux, mais affirmant dans le même temps que l'élection leur a été volée.

Quelques minutes plus tard, Twitter a fait la même démarche, supprimant la vidéo ainsi qu'un autre tweet dans lequel Donald Trump affirmait à nouveau que l'élection présidentielle avait été frauduleuse.

Tweets de Donald Trump sur la manifestation au Capitole supprimés
Tweets de Donald Trump sur la manifestation au Capitole supprimés © Twitter

L'ex-président George W. Bush parle "d'insurrection" et de "république bananière"

L'ancien président des Etats-Unis George W. Bush a fermement condamné les émeutes dans un communiqué mercredi, déclarant: "c'est ainsi que les résultats des élections sont contestés dans une république bananière".

"Je suis consterné par le comportement imprudent de certains dirigeants politiques depuis les élections et par le manque de respect dont nous avons fait preuve aujourd'hui pour nos institutions, nos traditions et nos forces de l'ordre", déclare-t-il encore.

La femme blessée par balle dans le Capitole est morte

Une femme blessée par balle dans l'enceinte du Capitole américain, où des partisans de Donald Trump ont semé le chaos pendant plusieurs heures mercredi, est décédée, a déclaré à l'AFP une porte-parole de la police, Alaina Gertz.

Le chef de la police de Washington, Robert Contee, a déclaré lors d'une conférence de presse qu'une enquête avait été ouverte, sans livrer aucune information sur les circonstances du drame.

Notre papier ICI.

Des manifestants toujours devant le Capitole

Alors que le couvre-feu commence à Washington, des manifestants sont toujours aux abords du Capitole, écrit CNN.

Les bulletins des grands électeurs sauvés de justesse des manifestants

Les urnes contenant les bulletins de vote des grands électeurs ont pu être mises à l'abri après l'envahissement du Capitole par des manifestants pro-Trump.

Au moment de l'intrusion, ces urnes étaient situées dans l'enceinte du Sénat, réuni pour une session visant à certifier les résultats de l'élection présidentielle et la victoire de Joe Biden.

Dans un tweet, le Sénateur démocrate Jeff Merkley s'est félicité de ce sauvetage.

"Les bulletins de vote du collège électoral ont été sauvés. Sans l'intervention efficace du personnel du Sénat, ils auraient été brûlés par les manifestants."

Le bâtiment du Capitole sécurisé par les forces de l'ordre

Le sergent d'armes de la Chambre des représentants Paul Irving a déclaré que le bâtiment du Capitole était sécurisé, rapporte Reuters.

"Une annonce disant que 'le Capitole est sécurisé' a retenti mercredi soir à l'intérieur d'un endroit sécurisé pour les fonctionnaires de la Chambre. Les législateurs ont applaudi", écrit AP News.

"Joe Biden a remporté l'élection", écrit Ursula von der Leyen

"Je crois en la force des institutions et de la démocratie américaines", a écrit la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, sur Twitter, appelant à "une transition pacifique du pouvoir".

Alors que les manifestants refusent d'accepter la victoire de Joe Biden à l'élection présidentielle, elle ajoute "Joe Biden a remporté l'élection. J'ai hâte de travailler avec lui en tant que prochain président des États-Unis".

Les manifestants moins nombreux, mais toujours là

D'après une journaliste de BFMTV sur place, de nombreux manifestants ont quitté le Capitole après la vidéo postée par Donald Trump, leur demandant de rentrer chez eux.

Totuefois, certains manifestants, toujours là, comptent rester, assurant qu'ils ne respecteront pas le couvre-feu à partir de 18h, ce qui pourrait entrainer des affrontements avec les forces de l'ordre.

Une détonation a retenti il y a plusieurs minutes, mais la situation est moins tendue actuellement, affirme notre correspondante.

Kamala Harris appelle à "la fin de l'assaut contre le Capitole"

"Je me joins au président élu Joe Biden en appelant à la fin de l'assaut contre le Capitole et les fonctionnaires de notre pays", a écrit sur Twitter la future vice-présidente des États-Unis Kamala Harris, faisant référence aux personnes coincées à l'intérieur du bâtiment.

Twitter va limiter la portée des tweets qui encouragent la violence au Capitole

Twitter a indiqué mercredi qu'il réduisait la portée des messages encourageant les actes violents en cours au Capitole.

Ces tweets "ne pourront pas être retweetés ou 'aimés', et on ne pourra pas y répondre", a précisé le réseau social qui avait déjà pris de nombreuses mesures pour encadrer les échanges pendant une élection sous tension.

La situation à l'intérieur du Capitole reste floue

Le nombre de manifestants, d'élus, ou de policiers présents à l'intérieur du Capitole reste pour le moment très flou. D'après CNN, des parlementaires sont en train de se faire évacuer.

Quelques images de l'intérieur, et des appels au calme diffusés, ont filtré.

Des images de manifestants pro-Trump cassant le matériel de journalistes

Des manifestants ont cassé tout le matériel de certains journalistes couvrant l'événement, notamment de l'agence de presse AP.

Lors de son discours plus tôt dans la journée, le président Donald Trump s'en était pris très durement aux médias, les accusant, comme d'habitude de "Fake News".

"La police fera respecter le couvre-feu", assure le chef de la police de Washington

"Un couvre-feu a été mis en place, il durera de 18h à 6h, le 7 janvier" a rappelé le chef de la police métropolitaine de Washington DC lors d'une conférence de presse mercredi.

"Tous ceux qui n'ont pas d'activité essentielle ne devront pas être dans la rue et si vous violez le cessez le feu la police agira en conséquence, la police fera respecter le couvre-feu", a-t-il assuré.

Une enquête en cours sur la manifestante blessée par balle

"Un civil a été blessé par balle sur site", lorsque les manifestants ont pénétré dans le Capitole, a expliqué le chef de la police métropolitaine de Washington DC. "Les détails de la fusillade ne sont pas disponibles pour le moment, tout cela fait l'objet d'une enquête".

"La loi et l'ordre seront assurés, ces comportements ne seront pas tolérés", déclare la maire de Washington

"Tous ceux qui ont participé à ces activités et qui continuent d'y participer devront rendre des comptes", a déclaré la maire de Washington Muriel Bowser mercredi. "La loi et l'ordre seront assurés, ces comportements ne seront pas tolérés".

Elle a expliqué que la police métropolitaine était déployée et venait en renfort à la police du Capitole. Leur but est d'établir un périmètre autour du batiment et de l'évacuer.

Des images de l'intrusion de manifestants pro-Trump dans le Capitole

Jean-Yves Le Drian dénonce "une atteinte grave contre la démocratie"

"Les violences contre les institutions américaines sont une atteinte grave contre la démocratie. Je les condamne. La volonté et le vote du peuple américain doivent etre respectés", écrit sur Twitter le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

Les enfants de Donald Trump appellent au calme

"C'est mal et ce n'est pas qui nous sommes" a tweeté Donald Trump Junior, accompagnant son message d'images de tensions au Capitole. "Soyez pacifique et utilisez vos droits du 1er amendement, mais ne commencez pas à agir comme l'autre camp. Nous avons un pays à sauver et cela n'aide personne".

Ivanka Trump a elle écrit sur Twitter que "la violence est inacceptable et doit être condamnée dans les termes les plus forts."

Londres dénonce des "scènes honteuses"

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a dénoncé mecredi des "scènes honteuses" à Washington et appelé à une transition "pacifique et ordonnée" du pouvoir vers le démocrate Joe Biden.

"Scènes honteuses au Congrès américain. Les Etats-Unis sont les défenseurs de la démocratie dans le monde entier", a-t-il estimé dans un tweet, "et il est désormais vital que le transfert de pouvoir se fasse de manière pacifique et ordonnée".

"Rentrez chez vous" déclare Donald Trump

"Rentrez chez vous": Le président américain Donald Trump a publié une vidéo mercredi, appelant les manifestants à quitter le Capitole.

"Je sais que vous êtes peinés, blessés, nous avons une élection qui nous a été volée", mais "rentrez chez vous" a déclaré le président dans la vidéo. "Nous devons avoir la paix, l'ordre, nous voulons que personne ne soit blessé."

"C'est l'État de droit qui a été attaqué comme nous l'avons rarement vu", déclare Joe Biden

"C'est inédit dans l'hisoitre moderne" a déclaré Joe Biden, "c'est une attaque de ce symbole de la liberté, des représentants du peuple".

"C'est l'état de droit qui a été attaqué comme nous l'avons rarement vu, c'est une valeur sacrée de l'Amérique qui a été attaquée, la gestion des affaires du peuple", ajoute le futur président américain.

Berlin presse les partisans de Trump de "cesser de piétiner la démocratie"

Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a appelé mercredi les partisans de Donald Trump à "cesser de piétiner la démocratie" après l'entrée de manifestants dans le Capitole à Washington.

"Trump et ses partisans devraient en fin de compte accepter la décision des électeurs américains et cesser de piétiner la démocratie", a twitté M. Maas, ajoutant que "les paroles incendiaires se muent en actions violentes".

Biden demande à Trump d'exiger face caméra "qu'on mette un terme à ce siège"

"Je demande au président Trump de s'exprimer à la télévision pour qu'il honore son serment, qu'il défende la Constitution et qu'il exige qu'on mette un terme à ce siège", a declaré Joe Biden, le future président américain.

"Ce que nous avons vu, c'est un petit nombre d'extrêmistes qui ne respectent pas le droit. Ce n'est pas le dissension, c'est le désordre, c'est le chaos, c'est quasiment de la sédition et cela doit s'arrêter maintenant", a-t-il également déclaré, appelant "cette foule à s'arrêter".

Deux leaders démocrates appellent Trump à demander le retrait des manifestants du Capitole

Le leader démocrate du Sénat Chuck Schumer et la cheffe démocrate des représentants Nancy Pelosi ont demandé à Donald Trump d'appeler les manifestants à quitter le Capitole.

"Nous appelons le président Trump à demander à tous les manifestants de quitter le Capitole et son enceinte", écrivent-ils dans un communiqué commun.

Des élus dénoncent une tentative de "coup d'Etat" de partisans de Trump

Plusieurs élus du Congrès des Etats-Unis ont dénoncé mercredi une tentative de "coup d'Etat" menée par des partisans de Donald Trump, ces mêmes élus avertissant que cette action était vouée à l'échec.

"Nous assistons à une tentative de coup d'État encouragée par le criminel de la Maison Blanche. C'est voué à l'échec", a tweeté le représentant démocrate William Pascrell, faisant ainsi référence à Donald Trump.

"Il ne s'agit pas d'une manifestation. C'est une tentative de coup d'Etat", a de son côté estimé l'élue Diana DeGette, en dénonçant "l'anarchie fomentée par notre propre président".

"Le résultat de l'élection doit être respecté", déclare l'OTAN

Après l'irruption de manifestants pro-Trump au Congrès américain, l'OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord) a réagi, déclarant que "le résultat de l'élection doit être respecté".

Des militaires de la Garde nationale envoyés à Washington

Des militaires de la Garde nationale de l'Etat de Virginie se dirigent vers Washington, pour tenter de rétablir l'ordre dans la capitale fédérale en proie à une situation insurrectionnelle.

Ce déploiement de renforts armés a été annoncé par la Maison Blanche ainsi que par Ralph Northam, le gouverneur démocrate de la Virginie, Etat qui jouxte la capitale fédérale.

Le vice-président Mike Pence appelle les manifestants à "quitter immédiatement le bâtiment" du Capitole

"La violence et la destruction qui ont lieu au Capitole doivent cesser et cela doit cesser maintenant" a déclaré le vice-président Mike Pence, évacué un peu plus tôt du Congrès, sur Twitter.

"Toute personne impliquée doit respecter les forces de l'ordre et quitter immédiatement le bâtiment. La protestation pacifique est le droit de tout Américain, mais cette attaque contre notre Capitole ne sera pas tolérée et les personnes impliquées seront poursuivies dans toute la mesure de la loi".

Au moins un blessé grave par balle selon CNN

D'après des informations de journalistes de CNN sur place, "une femme est dans une situation critique après avoir reçu une balle dans la poitrine" au Capitole de Washington.

Donald Trump appelle ses partisans à éviter toute violence

Le président américain Donald Trump a appelé ses partisans à éviter toute violence, après l'irruption de manifestants pro-Trump au sein du Capitole, à Washington, dans une atmosphère extrêmement tendue.

"Soutenez la police du Capitole et les forces de l'ordre. Ils sont du côté de notre pays. Restez pacifiques!", a-t-il tweeté.

Une manifestation devant le Congrès dégénère

Une manifestation a eu lieu mercredi devant le Congrès américain, à Washington, après que le président Donald Trump, a appelé ses partisans à protester avant l'officialisation de sa défaite à la présidentielle.

Mais certains des protestaires ont fait irruption en début d'après-midi dans le Congrès, interrompant la séance en cours, qui devait valider la victoire de Joe Biden à la présidentielle américaine.

Selon des témoignages d'élus, des policiers ont dégainé leurs armes dans la Chambre des représentants, face à des manifestants, et dans le Capitole, des gaz lacrymogènes ont été tirés.

BFMTV