BFMTV
International
en direct

Ukraine: le gouvernement confirme la libération de la ville d'Irpin

Ukraine: le gouvernement confirme la libération de la ville d'Irpin

Des militaires ukrainiens tiennent une position sous un pont démoli à Irpin, près de Kiev, le 13 mars 2022

Ce lundi marque le 33e jour de l'agression russe contre l'Ukraine. Des incendies ont été constatés dans la région de Tchernobyl, et Kiev demande la "démilitarisation" de la zone de la centrale.

Ce direct est terminé

Merci de l'avoir suivi sur BFMTV.com

Pour suivre la journée de mardi, c'est par ici.

Des avions de guerre électronique américains déployés en Allemagne

L'armée américaine a déployé six avions spécialisés dans la guerre électronique sur la base aérienne de Spangdahlem, dans le sud-ouest de l'Allemagne, pour "améliorer les positions de défense" de l'Otan, a annoncé lundi le ministère de la Défense.

Les avions, des Growler EA-18G de la Marine, "ne sont pas déployés pour être utilisés contre les forces russes en Ukraine" et ce déploiement "ne répond pas à une menace ou à un incident", a souligné dans un communiqué le porte-parole du Pentagone, John Kirby.

Pour Amnesty International, l'invasion russe en Ukraine est une "répétition" de la guerre en Syrie

L'invasion russe en Ukraine est une "répétition" de la Syrie avec une "multiplication des crimes de guerre" depuis plus d'un mois de conflit, a alerté Amnesty International lors de la présentation ce mardi à Johannesburg de son rapport 2021-2022.

"Ce qui se passe en Ukraine est la répétition de ce qu'on a pu voir en Syrie", a déclaré la secrétaire générale de l'ONG, Agnès Callamard. "Nous sommes dans des attaques intentionnelles d'infrastructures civiles, d'habitations", des bombardements d'écoles, a-t-elle fustigé, accusant la Russie de permettre des couloirs humanitaires pour les transformer en un "piège mortel".

Zelensky annonce la création d'un groupe d'experts pour analyser les sanctions contre la Russie

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky annonce la création d'un groupe d'experts "qui analyseront en permanence les sanctions contre la Russie".

"Nous sommes en train de créer un groupe d'experts ukrainiens et internationaux au bureau du président, qui analyseront en permanence les sanctions contre la Russie. Quelle est leur influence réelle. Notre objectif est que les sanctions fonctionnent comme prévu. Et qu'il n'y ait aucune possibilité de les contourner."

Zelensky confirme "la libération" de la ville d'Irpin

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, le président ukrainien Volodymyr Zelensky confirme la libération d'Irpin, ville située à une vingtaine de kilomètres de la capitale.

"Aujourd'hui, nous avons de bonnes nouvelles. Nos soldats avancent dans la région de Kiev, et reprennent le contrôle du territoire ukrainien. Nous avons libéré Irpin. Bon travail."

Le groupe Wagner déployé dans l'est de l'Ukraine

Des mercenaires russes du groupe Wagner se sont déployés dans l'est de l'Ukraine, a indiqué ce lundi le ministère britannique de la Défense, qui estime que plus de 1.000 combattants de la sulfureuse société paramilitaire pourraient être amenés à combattre dans le pays.

"Cet homme ne peut pas rester au pouvoir": Biden assure que ses propos sur Poutine exprimaient son "indignation"

Joe Biden assure que ses récents propos sur Vladimir Poutine exprimaient son "indignation", pas une volonté de changement de régime.

Samedi, le locataire de la Maison Blanche avait qualifié le maître du Kremlin, jugeant qu'il "ne peut pas rester au pouvoir". Quelques minutes plus tard, la Maison Blanche avait nuancé ce propos, affirmant que Joe Biden n'avait pas appelé à un "changement de régime" en Russie.

"Je ne les retire pas" et "je ne m'excuse pas", a-t-il dit devant la presse. "J'exprimais simplement mon indignation", "mais cela ne signifie pas que nous ayons un changement de politique fondamental", a-t-il ajouté.

Le point sur la situation à 21 heures

• L'Ukraine affirme avoir des "preuves" de l'utilisation par les forces russes de bombes à sous-munitions, des armes interdites par les conventions internationales, dans deux régions du sud de son territoire.

Le maire d'Irpin assure que sa ville a été reprise aux forces armées russes. "Depuis hier, la ville d'Irpin est à 100% ukrainienne", a déclaré Oleksander Markushyn à BFMTV.

• L'oligarque russe Roman Abramovitch et des négociateurs ukrainiens ont souffert d'un possible "empoisonnement", selon plusieurs médias étrangers.

L'ONU va chercher à mettre en place un "cessez-le-feu humanitaire" entre la Russie et l'Ukraine

Le maire d'Irpin affirme que sa ville a été reprise par les autorités ukrainiennes

Située à une vingtaine de kilomètres de Kiev, la ville d'Irpin a été en proie à de nombreux affrontements entre forces russes et ukrainiennes depuis le début de l'invasion le 24 février dernier. Mais les autorités ukrainiennes annoncent ce lundi soir que la ville a été reprise intégralement aux forces de Moscou.

"Depuis hier, la ville d'Irpin est à 100% ukrainienne", a déclaré Oleksander Markushyn. "Nous faisons tout pour vérifier qu'il n'y a plus de militaires russes, rechercher d'éventuels blessés ou des déserteurs ennemis", a-t-il poursuivi.

Évoquant des pertes et des blessés parmi l'armée ukrainienne et les civils, le maire d'Irpin indique que l'armée russe dénombre également "beaucoup de pertes".

L'Ukraine affirme avoir des "preuves" de l'utilisation d'armes interdites dans le sud de son territoire

L'Ukraine a des "preuves" de l'utilisation par les forces russes de bombes à sous-munitions, des armes interdites par les conventions internationales, dans deux régions du sud de son territoire, a assuré lundi la procureure générale ukrainienne Iryna Venediktova.

Interrogée pendant une conférence de presse sur l'éventuel recours à de telles armes pour bombarder Kiev, Mme Venediktova a répondu qu'elle n'avait "pas de preuves concrètes" de leur usage dans la capitale et que des "investigations" étaient en cours.

"Mais (...) nous avons des preuves de l'utilisation de bombes à sous-munitions dans la région d'Odessa (grand port ukrainien sur la mer Noire, ndlr) et dans la région de Kherson", une ville dont s'est emparée l'armée russe, a-t-elle aussitôt ajouté.

L'oligarque russe Roman Abramovitch et des négociateurs ukrainiens ont souffert d'un possible "empoisonnement"

L'oligarque russe Abramovitch et des négociateurs ukrainiens ont souffert d'un possible "empoisonnement".

L'oligarque russe Roman Abramovitch, qui tente de jouer les médiateurs entre Moscou et Kiev pour faire cesser la guerre en Ukraine, ainsi que deux négociateurs ukrainiens ont souffert de symptômes qui font penser à un possible "empoisonnement", a rapporté lundi le Wall Street Journal.

Une information que rapportent également le Guardian et le site d'investigation Bellingcat.

L'ONU va chercher à mettre en place un "cessez-le-feu humanitaire" entre la Russie et l'Ukraine

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a annoncé ce lundi que l'organisation internationale va chercher à mettre en place un "cessez-le-feu humanitaire" entre la Russie et l'Ukraine.

Au moins 5000 personnes tuées à Marioupol depuis le début de la guerre, selon une responsable ukrainienne

Tetiana Lomakina, une conseillère de la présidence ukrainienne, a indiqué à nos confrères de l'AFP qu'au moins 5000 personnes étaient mortes à Marioupol depuis le début du conflit fin-février.

Le point sur la situation en Ukraine à 17h

Le chef de la diplomatie russe a jugé qu'une rencontre entre Vladimir Poutine et Volodymy Zelensky serait actuellement "contre-productive". Le président ukrainien a multiplié les appels ces derniers jours pour dicuter avec son homologue russe. Ce lundi, Sergueï Lavrov a conditionné cette rencontre à l'adoption des exigences de Moscou dans les négociations.

• Le ministre des Affaires étrangères russe a également indiqué qu'un décret présidentiel était en préparation pour restreindre l'accès au territoire russe aux ressortissants de pays "inamicaux" avec Moscou.

Le journal indépendant russe Novaïa Gazeta suspend sa parution jusqu'à la fin du conflit. Son rédacteur en chef Dmitri Mouratov justifie cette décision par la "censure militaire" menée par Moscou depuis le début de la guerre.

Le projet de budget des États-Unis comprend 6,9 milliards de dollars pour aider l'Otan et un milliard pour l'Ukraine

Le projet de budget des États-Unis proposé par Joe Biden comprend 6,9 milliards de dollars pour l'Initiative européenne de dissuasion, l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) et "la lutte contre l'agression russe" ainsi qu'un milliard supplémentaire en faveur de l'Ukraine.

Les pertes économiques liées à la guerre estimées à plus de 500 milliards d'euros en Ukraine

Le gouvernement ukrainien a estimé lundi à plus de 500 milliards d'euros les pertes économiques engendrées par la guerre avec la Russie, a annoncé lundi sur Facebook la ministre de l'Économie ukrainienne, Ioulia Sviridenko.

La ministre a chiffré à "564,9 milliards de dollars" (515,8 milliards d'euros au cours actuel, ndlr) "l'impact direct des destructions" depuis le début de l'invasion russe le 24 février, auquel s'ajoutent "les effets indirects des combats" sur l'économie notamment liés à l'explosion du chômage, à la forte diminution de la consommation des ménages ou encore à la baisse des recettes de l'État.

C'est au niveau des infrastructures que les pertes sont les plus importantes, a indiqué Ioulia Sviridenko, avec "près de 8.000 kilomètres de routes endommagées ou détruites", ainsi que "des dizaines de gares, des aéroports", pour un montant de 108,5 milliards d'euros.

Un festival de cinéma présentant des films russes annulé à Nantes

Un festival de cinéma qui devait présenter des films russes à Nantes du 31 mars au 3 avril et qui faisait l'objet de critiques d'une association franco-ukrainienne, a été annulé, ont annoncé lundi les organisateurs.

"Dans l'impossibilité de projeter une partie des films programmés et d'accueillir tous les invités pressentis, l'association Univerciné annonce l'annulation du festival Univerciné Entre Lviv et l'Oural aux dates prévues (...) et son report à une date ultérieure, non connue à ce jour", ont-ils expliqué dans un communiqué.

L'association Univerciné dit regretter "que la création cinématographique ambitieuse et engagée, qui avait été sélectionnée, reste inaccessible au moment même où elle aurait pu contribuer à une appréhension intellectuellement fine et aiguisée de l'époque douloureuse que nous traversons".

Moscou envisage de restreindre l'accès au territoire russe aux ressortissants de pays "inamicaux"

Le chef de la diplomatie russe a annoncé lundi qu'un décret était en préparation pour limiter l'accès au territoire russe aux ressortissants de pays auteurs d'actes "inamicaux", en pleine vague de sanctions contre Moscou depuis son offensive en Ukraine.

"Un projet de décret présidentiel est en préparation pour introduire des mesures de représailles, concernant les visas, en lien avec les actions inamicales de plusieurs gouvernements étrangers", a déclaré Sergueï Lavrov, ajoutant que ce projet prévoyait "toute une série de restrictions" pour entrer en Russie, mais sans préciser quels pays seraient sanctionnés en particulier.

Le journal indépendant russe Novaïa Gazeta suspend sa publication

Le journal indépendant russe Novaïa Gazeta a annoncé ce lundi suspendre ses publications en ligne et au format papier jusqu'à la fin de l'opération militaire en Ukraine, au moment où le pouvoir russe accentue ses pressions contre les voix critiques.

Dans un communiqué, le journal, dont le rédacteur en chef Dmitri Mouratov a reçu en 2021 le prix Nobel de la Paix, a indiqué avoir pris cette mesure après avoir reçu un second avertissement du gendarme russe des télécoms, en moins d'une semaine, pour manquement à une loi controversée sur les "agents de l'étranger".

"Il n'y a pas d'autre solution. Pour nous, et, je le sais, pour vous, c'est une décision terrible et douloureuse. Mais il faut que nous nous protégions les uns des autres", a écrit Dmitri Mouratov, dans une lettre adressée aux lecteurs du journal.

Lavrov estime qu'une rencontre Poutine-Zelensky serait actuellement "contre-productive"

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a jugé qu'une rencontre entre Vladimir Poutine et son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky serait pour l'heure "contre-productive" et l'a conditionnée à l'adoption des exigences de Moscou dans les négociations.

Vladmir Poutine "a dit qu'il ne refuserait jamais une rencontre avec le président Zelensky, mais il faut que cette rencontre soit bien préparée (...) Le conflit au sein de l'Ukraine s'est aggravé pendant toutes ces années, beaucoup de problèmes se sont accumulés", a-t-il déclaré.

"Se rencontrer et dire 'Qu'est-ce que tu penses? Moi je pense que...' serait juste contre-productif", a-t-il expliqué.

Les délégations russe et ukrainienne sont attendues lundi à Istanbul pour une nouvelle session de discussions.

Moscou qualifie "d'alarmants" les commentaires de Biden sur Poutine

Le Kremlin a dénoncé lundi les commentaires "alarmants" du président américain Joe Biden qui a qualifié son homologue russe Vladimir Poutine de "boucher", en pleine offensive russe en Ukraine.

"Cette déclaration est sans doute alarmante", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, en soulignant que Moscou continuerait de suivre de manière "très attentive les propos du président américain".

Le Kremlin ne note "pas d'avancées significatives" pour l'instant dans les négociations russo-ukrainiennes

La Russie et l'Ukraine n'ont pas accompli d'"avancées significatives" pour l'instant dans leurs négociations visant à mettre fin au conflit en Ukraine, a déclaré lundi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

"Pour l'instant, nous ne pouvons pas constater de progrès ou d'avancées significatives quelconques", a affirmé Dmitri Peskov à la presse.

Les délégations russe et ukrainienne sont attendues lundi à Istanbul pour une nouvelle session de discussions.

La responsable ukrainienne des couloirs humanitaires estime que 10.000 civils ont été tués à Marioupol

Interrogée sur BFMTV, Tatiana Lomakina, responsable des couloirs humanitaires pour le gouvernement ukrainien, a lancé un cri d'alarme sur la situation humanitaire à Marioupol, où les autorités ukrainiennes tablent sur 10.000 civils morts depuis le début du siège de la ville.

"Aujourd'hui, nous estimons à 10.000 le nombre de victimes civiles à Marioupol. Les gens continuent à vivre dans des conditions extrêmement difficiles. Il faut faire tout ce qui est possible pour les faire sortir", a-t-elle lancé sur BFMTV.

Heineken annonce son retrait de Russie

La marque de bière néerlandaise Heineken a annoncé ce lundi son retrait du marché russe, en réaction à l'invasion de l'Ukraine par les forces de Vladimir Poutine.

Selon le ministère de la Défense britannique, les troupes russes ne se sont pas particulièrement déportées vers l'Est

L'annonce par l'État major russe de sa volonté de concentrer les efforts des troupes de Vladimir Poutine sur le Donbass, dans l'est du pays, n'a pas encore été suivi d'actes, selon un constat du ministère de la Défense britannique, qui publie chaque jour un point sur la situation en Ukraine.

"Au cours des dernières 24 heures, il n'y a pas eu de changement siginificatif en terme de positionnement des troupes russes dans la partie occupée de l'Ukraine", précise ainsi le compte-rendu quotidien britannique.

Les Oscars rendent hommage aux Ukrainiens

Des écrans ont diffusé des messages appelant à envoyer de l'aide en énumérant des besoins essentiels des Ukrainiens tels que de la "nourriture", des "soins médicaux" ou des "couvertures".

> Notre article complet

L'Ukraine demande la "démilitarisation" de la zone de Tchernobyl, en proie à des incendies

De nouveaux incendies se sont déclarés dans la zone de la centrale nucléaire de Tchernobyl, occupée par les forces russes, selon les autorités ukrainiennes qui ont demandé la "démilitarisation" du secteur sous l'égide de l'ONU.

"Des feux importants ont commencé dans la zone d'exclusion, qui peuvent avoir de très sérieuses conséquences", a écrit la Première ministre adjointe ukrainienne Iryna Vereshchuk sur son compte Telegram dimanche soir.

"Cependant, il est aujourd'hui impossible de contrôler et d'éteindre les feux en totalité en raison de la prise de la zone d'exclusion par les forces russes d'occupation", a-t-elle ajouté.

"Par conséquent, nous demandons que le Conseil de sécurité de l'ONU prenne des mesures immédiates pour démiliratariser la zone d'excusion de Tchernobyl", a poursuivi cette responsable.

Bonjour à tous!

Et bienvenue dans ce live consacré au 33e jour de la guerre en Ukraine.

BFMTV