BFMTV
International
en direct

Ukraine: Emmanuel Macron s'est de nouveau entretenu avec Vladimir Poutine pendant 1h

Ukraine: Emmanuel Macron s'est de nouveau entretenu avec Vladimir Poutine pendant 1h

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, le président français Emmanuel Macron et le président russe Vladimir Poutine

Tandis que l'Est de l'Ukraine s'engage dans une montée des violences entre armée régulière et séparatistes, ce dimanche doit être marqué par les efforts diplomatiques de la communauté internationale pour éviter un conflit ouvert dans le pays.

Ce direct est terminé

Ce direct consacré à la crise ukrainienne est terminé. Merci de nous avoir suivi sur BFMTV.com.

Emmanuel Macron s'est de nouveau entretenu avec Vladimir Poutine pendant 1h

Nouvel appel le même jour. Emmanuel Macron s'est de nouveau entrenue au téléphone avec Vladimir Poutine ce dimanche.

L'entretien téléphonique entre Emmanuel Macron et Joe Biden est terminé

L'entretien téléphonique entre le président de la République et son homologue américain est terminé. Plus tôt ce dimanche, Emmanuel Macron a échangé par téléphone avec Boris Johnson.

"Les deux dirigeants sont pleinement d'accord pour mener dans les prochains jours toutes les actions utiles permettant de maintenir ouverte et de faire prévaloir la voie de la diplomatie", indique l'Elysée ce dimanche soir dans un communiqué.

Emmanuel Macron a échangé avec Boris Johnson et doit s'entretenir dans la soirée avec Joe Biden

Emmanuel Macron a échangé ce dimanche soir avec Boris Johnson au téléphone pour évoquer l'escalade des tensions entre la Russie et l'Ukraine, a appris BFMTV de source diplomatique.

Le président de la République doit également s'entretenir ce dimanche soir avec son homologue américain Joe Biden. Ces échanges surviennent après les appels téléphoniques qu'Emmanuel Macron a passés successivement avec Volodymyr Zelensky et Vladimir Poutine.

Réunion extraordinaire de l'OSCE lundi

L'OSCE tiendra lundi une réunion extraordinaire de ses représentants permanents pour tenter de trouver une issue à la crise autour de l'Ukraine, a annoncé dimanche la présidence polonaise de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

"La réunion a été convoquée pour lundi", a déclaré le vice-ministre polonais des Affaires étrangères Pawel Jablonski à l'agence de presse PAP, répondant à une demande de l'Ukraine au moment où les tensions russo-occidentales autour de ce pays sont au plus haut.

Des responsables américains ont précisé que le début de cette réunion est programmée pour 14h GMT.

Les observateurs de l'OSCE ont recensé ces derniers jours une recrudescence des combats entre rebelles séparatistes prorusses et l'armée ukrainienne, avec plusieurs centaines d'attaques de mortier et d'artillerie. Le conflit dure depuis 2014 et a fait 14.000 morts.

"On sent que la pression monte": un Français expatrié en Ukraine témoigne sur BFMTV

Face à l'escalade des tensions entre Kiev et Moscou, la France recommande à ses ressortissants français de quitter le territoire ukrainien sauf motif impérieux. Gérard de La Salle, expatrié, n'envisage pas à ce stade de quitter le pays.

"Je vais rester vraiment jusqu'à ce que les conditions ne le permettent plus du tout, et aujourd'hui je ne sais même pas d'ailleurs quelles sont les conditions qui me feraient partir. Donc pour l'instant je reste", déclare-t-il sur notre antenne.

Celui qui a derrière lui 16 années de travail et de relations amicales avec les Ukrainiens n'exclut cependant pas de quitter l'endroit où il se trouve pour un autre lieu en Ukraine.

"Ma vie est quelque part ici. J'ai la chance aussi d'être célibataire sans enfant donc je suis plus mobile que beaucoup d'autres Français. Si je dois partir je commencerai par l'Ouest ukranien", poursuit-il.

Gérard de La Salle confie sur BFMTV sentir une certaine inquiétude au sein de la population ukrainienne.

"Ils cherchent à se créer des raisonnement en se disant 'Poutine ne peut pas faire ça parce que ça lui coûterait trop cher en hommes, il aura un problème avec sa population en interne'", relate le Français. Il raconte enfin que certains de ses amis mettent déjà à l'abri leurs proches: "ils cherchent à se rassurer quelque part mais on sent que la pression monte, il y a moins de monde à Kiev".

L'Élysée annonce que Macron va s'entretenir avec Biden et Scholz "dans les prochaines heures"

L'Élysée a annoncé que le président français s'entretiendrait "dans les heures qui viennent" avec le chancelier allemand Olaf Scholz, ainsi que le président américain Joe Biden.

La présidence a également indiqué qu'Emmanuel Macron discutera avec le Premier ministre italien, et d'autres partenaires proches.

Poutine redit à Macron son intention de retirer ses troupes du Belarus

"Vladimir Poutine a dit au Président français son intention de retirer ses troupes du Belarus à l'issue des exercices en cours", a précisé l'Élysée ce dimanche après l'entretien entre les deux chefs de l'État, plus tôt dans la journée.

"Les déclarations des autorités bélarusses ne coïncident pas pour l'instant avec ces déclarations de Vladimir Poutine. Nous ne croyons rien tant que nous ne l'avons pas vérifié", a toutefois indiqué la présidence à BFMTV.

Le Drian et son homologue russe s'entretiendront lundi par téléphone

Le ministère des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et son homologue russe Sergueï Lavrov s'entretiendront au sujet de l'escalade des tensions autour de l'Ukraine lundi par téléphone, a annoncé dimanche le ministère russe des Affaires étrangères.

"Sergueï Lavrov était prêt à avoir une conversation téléphonique avec son homologue français aujourd'hui, mais Le Drian ne pouvait pas. En conséquence, le contact téléphonique est prévu pour lundi", a indiqué la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova, citée par les agences de presse russes.

Ce que se sont dit Macron et Poutine lors de leur échange téléphonique

Après s'être mis d'accord sur la nécessité de tenter d'aboutir à un cessez-le-feu dans l'est de Ukraine, les présidents français et russe ont abordé plusieurs pistes, dans l'optique d'un apaisement des tensions.

Dans son communiqué synthétisant l'échange entre les deux chefs d'État, l'Élysée souligne qu'Emmnauel Macron et Vladimir Poutine se sont accordés sur "la nécessité de privilégier une solution diplomatique à la crise actuelle et de tout faire pour y parvenir".

Dans cette optique, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian recontrera son homologue russe Sergueï Lavrov "dans les prochains jours".

Par ailleurs, les deux dirigeants ont convenu d'un "travail intense pour permettre la tenue d'une réunion du groupe trilatéral de contact dans les prochaines heures avec l'objectif d'obtenir de toutes les parties prenantes un engagement de cessez-le-feu sur la ligne de contact", a précisé l'Elysée.

Ce groupe réunit l'Ukraine, la Russie et l'OSCE dans le cadre des Accords de Minsk conclus en 2015 pour tenter de régler le conflit dans l'est de l'Ukraine entre Kiev et les séparatistes prorusses. Il se réunira dès ce lundi.

MM. Macron et Poutine ont également appelé à la reprise des discussions au format Normandie entre la Russie, l'Ukraine, la France et l'Allemagne, Paris et Berlin étant médiateurs dans la mise en oeuvre des accords de Minsk. Ces travaux doivent reprendre sur "la base des propositions faites par l'Ukraine ces derniers jours", est-il précisé.

Pour le chef de la diplomatie américaine, tout indique que la Russie est "sur le point" d'envahir l'Ukraine

Alors que Vladimir Poutine et Emmanuel Macron se sont mis d'accord pour essayer d'aboutir à un cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine lors de leur échange téléphonique ce dimanche à la mi-journée, le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a affirmé que le maintien des troupes russes au Belarus indique que la Russie est "sur le point" d'envahir l'Ukraine.

Le président russe Vladimir Poutine "suit le scénario quasiment à la lettre", a déclaré Antony Blinken sur CNN. "Tout ce que nous voyons suggère que ceci est très grave, que nous sommes sur le point d'une invasion".

Macron et Poutine d'accord pour essayer d'aboutir à un cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine

Les présidents français et russe Emmanuel Macron et Vladimir Poutine se sont mis d'accord pour tenter d'aboutir à un cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine, a annoncé l'Élysée ce dimanche, après le long échange téléphone entre les deux chefs d'État.

Les deux dirigeants se sont également accordés, au cours de leur entretien téléphonique, sur "la nécessité de privilégier une solution diplomatique à la crise actuelle et de tout faire pour y parvenir", a ajouté la présidence française, précisant que le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian "rencontrera son homologue russe Sergueï Lavrov "dans les prochains jours".

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui s'est également entretenu avec Emmanuel Macron, avait exigé un "cessez-le-feu immédiat".

Poutine et Macron d'accord pour "intensifier" les efforts diplomatiques

Le président russe Vladimir Poutine a mis en cause dimanche auprès d'Emmanuel Macron les "provocations" ukrainiennes dans l'aggravation des combats avec les séparatistes dans l'est de l'Ukraine, tout en disant vouloir "intensifier" les efforts diplomatiques pour régler le conflit.

Selon le Kremlin, Vladimir Poutine a aussi demandé, lors de cet entretien téléphonique avec son homologue français, que l'Otan et les Etats-Unis "prennent au sérieux" les exigences de la Russie concernant sa sécurité, au coeur de la crise actuelle entre Moscou et les Occidentaux.

Selon Poutine, les "provocations" ukrainiennes sont à l'origine de l'escalade dans l'est de l'Ukraine

Vlamidir Poutine a estimé ce dimanche que les "provocations" ukrainiennes étaient à l'origine de l'escalade dans l'est de l'Ukraine. Le chef d'État russe a par ailleurs exigé que l'Otan et Washington "prennent au sérieux" les demandes de sécurité russes.

Le président russe s'est entretenu longuement avec Emmanuel Macron plus tôt dans la matinée.

Biden prêt à rencontrer Poutine "à tout moment, qu'importe le format", d'après Blinken

Le président américain Joe Biden est prêt à "rencontrer" son homologue russe Vladimir Poutine "à tout moment, qu'importe le format si cela permet d'éviter une guerre" en Ukraine a indiqué dimanche son chef de la diplomatie, Antony Blinken sur CBS.

Le secrétaire d'Etat a aussi réaffirmé à CNN que la voie diplomatique était encore possible "jusqu'à ce que les chars soient réellement en mouvement et les avions dans le ciel".

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky exige un "cessez-le-feu immédiat"

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, vient d'exiger "un cessez-le-feu immédiat" à l'est de son pays, après un nouvel échange téléphonique avec Emmanuel Macron.

Le président français s'était exprimé 1h45 avec Vladimir Poutine avant d'appeler son homologue ukrainien dans la foulée.

Après Poutine, Macron s'est entretenu 30 minutes avec Zelensky

Après avoir échangé par téléphone avec Vladimir Poutine pendant 1h45, Emmanuel Macron s'est entretenu avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky.

L'échange a duré 30 minutes, selon les informations de BFMTV.

Macron échange désormais avec Zelensky après son entretien avec Poutine

Emmanuel Macron s'entretient dorénavant avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky après avoir échangé avec Vladimir Poutine, a annoncé l'Elysée.

"L'entretien téléphonique avec le président Poutine a duré 1h45. Le Président de la République échange en ce moment par voie téléphonique avec le président Zelensky", a indiqué la présidence française.

Macron et Poutine ont dialogué pendant 1h45

Emmanuel Macron et son homologue russe Vladimir Poutine ont échangé par téléphone pendant 1h45. Ils sont évoqué des moyens d'éviter une guerre majeure en Europe, au moment où les Occidentaux craignent plus que jamais une invasion russe en Ukraine, a annoncé ce dimanche l'Elysée.

Le Bélarus va poursuivre ses exercices militaires avec la Russie en raison des tensions en Ukraine

Une annonce qui n'est pas de nature à calmer les tensions dans la région. Le gouvernement bélarusse, allié de Moscou, vient ainsi de confirmer la poursuite de ses exercices militaires conjoints avec la Russie au vu de la situation en Ukraine.

L'échange téléphonique entre Macron et Poutine a débuté

Quelques jours après le déplacement d'Emmanuel Macron à Moscou, celui-ci s'entretient à nouveau avec son homologue russe. Son entretien téléphonique avec Vladimir Poutine a débuté, vient de faire savoir l'Élysée.

Les Occidentaux ne peuvent tendre indéfiniment "un rameau d'olivier" à la Russie, prévient le président du Conseil européen

Les Occidentaux ne peuvent continuer à tendre indéfiniment "un rameau d'olivier" alors que la Russie fait monter la tension le long de la frontière ukrainienne, a déclaré dimanche le président du Conseil européen Charles Michel.

"La grande question demeure : le Kremlin veut-il le dialogue ?" s'est interrogé Charles Michel lors de la Conférence sur la sécurité de Munich. "Nous ne pouvons pas éternellement offrir un rameau d'olivier alors que la Russie effectue des tests de missiles et continue d'amasser des troupes" à la frontière ukrainienne, a-t-il ajouté.

Johnson affirme que la Russie prépare "la plus grande guerre en Europe depuis 1945"

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a affirmé dimanche que la Russie préparait "ce qui pourrait être la plus grande guerre en Europe depuis 1945", au moment où les Occidentaux craignent plus que jamais une invasion russe en Ukraine.

"Tous les signes montrent que le projet a en quelque sorte déjà commencé", a déclaré le dirigeant britannique dans une interview diffusée par la BBC.

D'après "les renseignements que nous voyons", une invasion russe se ferait non seulement par l'Est, mais également par le Nord, en provenance du Bélarus pour "encercler Kiev", la capitale ukrainienne, "comme Joe Biden l'a expliqué à nombre d'entre nous".

"Les gens doivent comprendre le coût en termes de vies humaines que cela pourrait entraîner, non seulement pour les Ukrainiens, mais aussi pour les Russes", a-t-il poursuivi.

Quant à l'imminence d'une attaque, Boris Johnson a souligné que "le fait est que tous les signes indiquent que le plan a déjà, dans un certain sens, commencé".

Les civils piégés entre séparatistes et loyalistes ukrainiens: notre reportage sur le front du Donbass ce dimanche

Il y a Anna qui profite d'une relative accalmie pour aller chercher un peu de pain et de lait et sortir de chez elle pour la première fois depuis trois jours. Il y a cette femme qui a réaménagé sa cave en abri pour sa famille. Ou encore Larissa, cette épicière à la boutique désertée qui aimerait partir mais ne sait pas où.

A Shchastia, dans un Donbass déchiré entre les forces ukrainiennes et les séparatistes de Donetsk ou Lougansk, nos journalistes ont donné la parole - dans ce reportage diffusé ce dimanche - à des habitants pris entre ces feux croisés émanant des forces fidèlmes à Kiev comme des troupes séparatistes de Lougansk et Donetsk.

Au cours des dernières 24h, les observateurs européens de l'OSCE ont déploré 1500 violations d'un accord qui n'a plus de cessez-le-feu que le nom.

La Russie peut attaquer l'Ukraine "à tout moment", répète Washington

La Russie peut lancer une attaque sur l'Ukraine "à tout moment", a répété samedi la Maison Blanche, alors que les tensions sont à leur comble entre Moscou et l'Occident.

Le président américain Joe Biden doit participer dimanche à une rare réunion du Conseil de sécurité nationale consacrée à la crise ukrainienne, a indiqué la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki dans un communiqué.

Joe Biden a été tenu informé des discussions, à la conférence sur la sécurité de Munich, entre dirigeants occidentaux sur la crise en cours, et ses conseillers à la sécurité nationale "ont réaffirmé que la Russie pourrait lancer une attaque sur l'Ukraine à tout moment", a ajouté Jen Psaki.

1500 violations du cessez-le-feu, civils pris entre deux feux: le Donbass déjà déchiré entre Kiev et séparatistes

Les observateurs de l'insstitution européenne de l'OSCE l'affirment./ Au cours des dernières 24h, on a relevé 1500 violations du cessez-le-feu entre Kiev et les républiques séparatistes de l'Est de l'Ukraine, Lougansk et Donetsk. Autant dire que ce dimanche matin, dudit cessez-le-feu, il ne reste plus grand-chose.

Notre correspondante sur place Clémence Dibout a fait le bilan de cette situation si confuse.

La France recommande à ses ressortissants de quitter l'Ukraine

La France recommande désormais à tous ses ressortissants de quitter l'Ukraine et appelle ceux se trouvant dans les zones les plus exposées au risque de guerre dans l'est du pays à s'en éloigner "sans délai".

"Il est recommandé à tous les ressortissants français dont le séjour en Ukraine n'a pas de motif impérieux de quitter le pays", souligne la diplomatie française dans ses conseils aux voyageurs actualisés samedi. Jusqu'ici, le ministère des Affaires étrangères français conseillait seulement de "différer tous les déplacements en Ukraine".

OTAN, puissances occidentales: les diplomates commencent à quitter l'Ukraine

Tandis que de nombreux pays ont lancé des appels à quitter une Ukraine de plus en plus troublée à l'adresse de leurs ressortissants, les ambassades commencent aussi à être évacuées sur place.

Plusieurs pays occidentaux ont ainsi déjà déplacé des diplomates de Kiev à Lviv, ville située près de la frontière avec la Pologne, en prévision d'une action militaire russe.

L'OTAN a transféré son personnel présent en Ukraine de Kiev à Lviv, dans l'ouest du pays, et à Bruxelles, pour assurer sa sécurité, a déclaré samedi à l'AFP un responsable de l'Alliance.

"La sécurité de notre personnel est primordiale, le personnel a donc été transféré à Lviv et à Bruxelles. Les bureaux de l'Otan en Ukraine restent opérationnels", a déclaré un responsable de l'Otan sans donner de chiffres sur le personnel.

Aux Etats-Unis, Biden participera à une réunion de son Conseil de sécurité nationale

Le président américain Joe Biden doit quant à lui participer dimanche à une rare réunion du Conseil de sécurité nationale consacrée à la crise ukrainienne, quelques jours avant un entretien entre son secrétaire d'Etat Antony Blinken et son homologue russe Sergueï Lavrov, jeudi 24 février.

Depuis près de trois mois, Washington n'a cessé de sonner l'alerte sur les préparatifs d'une offensive russe en Ukraine.

Vendredi, Joe Biden s'était dit, pour la première fois, "convaincu" que son homologue russe Vladimir Poutine avait décidé d'envahir l'Ukraine "dans les prochains jours", et que la multiplication actuelle des heurts sur la ligne de front dans l'est du pays visait à créer une "fausse justification" pour lancer l'offensive.

Nouvel entretien téléphonique Macron-Poutine ce dimanche à 11h

L'entretien est calé pour 11h. Ce dimanche, le président français Emmanuel Macron a ainsi prévu un nouvel entretien avec Vladimir Poutine pour tenter d'éviter un conflit en Ukraine, où les tensions sont de plus en plus fortes sur la ligne de front dans l'est.

Cet entretien prévu à 11h, selon l'heure française, est maintenu alors même que Kiev appelle désormais ses alliés occidentaux à cesser toute politique "d'apaisement" à l'égard de Moscou, accusé par Washington et Kiev d'avoir massé 150.000 soldats aux frontières orientales ukrainiennes.

Moscou conditionne la désescalade à des "garanties" pour sa sécurité, comme le retrait d'Europe de l'Est de l'infrastructure militaire de l'Otan et l'assurance que l'Ukraine n'adhèrera jamais à l'Alliance atlantique, des demandes inacceptables pour les Occidentaux.

BFMTV