BFMTV

En Australie, l'érosion côtière laisse de luxueuses villas à quelques centimètres du vide

Une quarantaine de demeures ont dû être évacuées en raison d'effondrements à répétition.

C'est l'un des nombreux signaux visibles du réchauffement climatique. Les propriétaires d'une quarantaine de pavillons de luxe situés en bord de mer à Wamberal, au nord de Sydney, sont sur le point de perdre leurs propriétés en raison de l'effritement rapide de plusieurs falaises.

Vagues et houle

Comme l'explique CNN, les habitants ont été forcés de quitter leurs logements, pour certains d'une valeur de plusieurs millions de dollars, en quelques heures seulement. Comme il est expliqué, une forte houle et des violentes vagues ont été, ces derniers jours, responsables de plusieurs effondrements, laissant certaines demeures à quelques centimètres seulement du vide.

Les maisons se trouvent désormais à quelques centimètres de la mer
Les maisons se trouvent désormais à quelques centimètres de la mer © BFMTV

À l'heure actuelle, les propriétaires ne savent pas encore quand ils pourront rentrer chez eux, voire s'ils pourront un jour. Entre temps, les municipalités locales ont mis à disposition des logements d'urgence.

"Aucune confiance en eux"

Pour autant, le phénomène dans cet État de Nouvelle-Galles du Sud n'est pas nouveau. Déjà dans les années 1970, de violentes tempêtes avaient fragilisé les falaises causant l'inquiétude des locaux. En réaction, ces derniers avaient demandé la mise en place d'une digue, qui n'a finalement jamais été construite par la municipalité.

"Ce n'est pas le moment de se blâmer mutuellement, c'est le moment pour nous de travailler ensemble pour proposer des solutions à long terme pour la côte, y compris pour ceux qui ont été si terriblement touchés par cet événement", tempère la maire de Wamberal, Lisa Matthews, dans des propos rapportés par le média américain.
Les maisons se trouvent à quelques centimètres de la mer
Les maisons se trouvent à quelques centimètres de la mer © BFMTV

Une sortie qui n'a pas calmé les esprits, loin de là, puisque l'un des résidents estime n'avoir "aucune confiance en eux."

"Il est assez difficile de faire confiance à quelqu'un alors que depuis plus d'une décennie, ils ont laissé tomber les gens", ajoute-t-il.

Au fil du temps, cette érosion pourrait toucher l'ensemble de la côte australienne. Selon les estimations de l'agence géoscientifique du gouvernement, 39.000 bâtiments seraient ainsi concernés.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV