BFMTV

Election du nouveau pape : le conclave débutera le 12 mars

Mercredi, le Vatican avait ordonné aux cardinaux réunis en congrégations générales de ne plus parler aux médias concernant la date du conclave.

Mercredi, le Vatican avait ordonné aux cardinaux réunis en congrégations générales de ne plus parler aux médias concernant la date du conclave. - -

Le conclave en vue de l’élection du successeur de Benoît XVI débutera mardi 12 mars dans la chapelle Sixtine, a finalement annoncé le Vatican. L'élection reste très ouverte et aucun favori évident ne se dégage pour le moment.

Le conclave des cardinaux censé élire le successeur du prochain pape à la suite de la renonciation de Benoît XVI s'ouvrira dans l'après-midi du 12 mars, a annoncé vendredi le Vatican. Au total, 115 "princes de l'Eglise" âgés de moins de 80 ans y participeront dans la chapelle Sixtine après avoir assister dans la matinée à une messe.

Aucun favori évident

Le futur chef de la chrétienté devra, pour être élu, recueillir une majorité des deux-tiers des suffrages. L'élection reste très ouverte, aucun favori évident ne se dégageant pour le moment. Benoît XVI a renoncé à l'âge de 85 ans au trône de saint Pierre le 28 février en invoquant des raisons de santé. Il est désormais "pape émérite" et a promis sa soumission "inconditionnelle" à son futur successeur.

Sécurité maximale au Vatican|||

Depuis des siècles, l'Eglise catholique pouvait compter sur les murs de la chapelle Sixtine pour assurer la confidentialité des débats sur le choix d'un nouveau pape. Processus secret, voire mystérieux, des « princes de l'Eglise » drapés de la pourpre cardinalice qui s'achevait par un filet de fumée blanche et la formule rituelle: « Habemus papam ». Au XXIe siècle, avec l'explosion des progrès technologiques, à l'ère de Twitter et des SMS, tout a changé. Le scandale du VatiLeaks et les fuites sur les rivalités au sein du Vatican ont poussé les services de sécurité à relever les défis de la modernité. Des travaux ont lieu à la chapelle Sixtine pour préparer la réunion solennelle qui s'ouvrira le 12 mars pour désigner le successeur de Benoît XVI.
L'utilisation de tout moyen d'enregistrement et de transmission, que ce soit d'images ou de sons, est strictement interdite pendant le conclave. Les cardinaux font le serment solennel sur les Evangiles de ne rien révéler des débats, faute de quoi ils risquent l'excommunication. Tant que le nouveau pape n'est pas élu, les télévisions, les radios et tous les organes de presse sont interdits de cité, sauf « pour des motifs exceptionnellement graves et urgents ».

J.V. avec Reuters