shawkan.jpg
 

Le photojournaliste devra cependant observer un contrôle judiciaire strict pendant cinq ans, l'obligeant à dormir au commissariat de son quartier chaque soir. 

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire