BFMTV

Ebola: l’ONU a besoin de 20 milliards de dollars, "un énorme défi financier"

Lors d'une conférence de presse mardi à Genève, l'ONU a demandé une aide de 1 milliard d'euros pour lutter contre le virus Ebola.

Lors d'une conférence de presse mardi à Genève, l'ONU a demandé une aide de 1 milliard d'euros pour lutter contre le virus Ebola. - Fabrice Coffrini - AFP

Les Nations unies ont demandé mardi près d'un milliard de dollars, soit 773 millions d'euros, pour lutter contre l'épidémie d'Ebola qui sévit en Afrique de l'ouest, soit près du double des fonds déjà demandés il y a moins d'un mois.

Face à un virus de moins en moins contrôlable, les besoins sont colossaux. Un milliard de dollars, soit 773 millions d'euros, c'est bien ce que demandent ce mardi les Nations unies pour lutter contre Ebola en Afrique de l'ouest. Soit le double des fonds déjà demandés il y a moins d'un mois.

"C'est un énorme défi financier", a reconnu Valérie Amos, responsable des opérations humanitaires des Nations unies. L'ONU estime que 22,3 millions de personnes vivent dans des régions où le virus a été signalé et ont besoin d'aide, selon un document publié mardi. D'après ce document, l'ONU estime que 20.000 personnes seront infectés par Ebola d'ici la fin de l'année, dont 16% en Guinée, 40% au Liberia et 34% en Sierra Leone.

Une réponse plus rapide

"Nous devons empêcher le complet effondrement des systèmes de santé" des principaux pays affectés, a ajouté Valérie Amos. L'ONU espère que les contaminations diminuent avant la fin de l'année, puis cessent avant la mi-2015.

Alors que l'épidémie progresse désormais de façon exponentielle, l'OMS a appelé à une mobilisation "plus rapide" de la communauté internationale, alors même que cette dernière a multiplié ses engagements ces derniers jours. "Les chiffres peuvent être contenus à des dizaines de milliers mais cela nécessite une réponse beaucoup plus rapide", a déclaré le Dr Bruce Aylward, sous-directeur général de l'OMS.

L'épidémie d'Ebola, la plus grave depuis l'identification du virus en 1976, a tué plus de 2.461 personnes sur 4.985 cas selon le dernier bilan de l'OMS, soit le double du bilan dévoilé mi-août. Elle touche surtout le Liberia, la Guinée et la Sierra Leone.

A. Dt. et C. P. avec AFP