BFMTV

Deux soirées ont eu lieu à Downing Street en plein confinement, la veille des funérailles du prince Philip

Photo fournie par le Parlement britannique montrant le Premier ministre Boris Johnson à la Chambre des Communes, à Londres le 12 janvier 2022

Photo fournie par le Parlement britannique montrant le Premier ministre Boris Johnson à la Chambre des Communes, à Londres le 12 janvier 2022 - JESSICA TAYLOR © 2019 AFP

Des membres du personnel travaillant au bureau de Boris Johnson ont organisé deux autres fêtes en plein confinement, révèle The Telegraph. Elles se sont tenues à Downing Street, à la veille des funérailles du prince Philip, l’époux de la reine Elizabeth.

De nouvelles révélations sur les fêtes organisées à Downing Street en plein confinement. Le média The Telegraph a révélé dans son édition de ce vendredi que les membres du personnel de Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ont organisé non pas une, mais deux autres fêtes en plein confinement.

Ces festivités auraient eu lieu le 16 avril dernier, à la veille des funérailles du prince Philip, l'époux de la reine Elizabeth. La reine s'était alors assise seule au premier rang dans l'église, en raison des restrictions liées au Covid-19. En pleine première vague de Covid-19, seules les personnes d'un même foyer étaient autorisées à se retrouver en intérieur, symbole des rigueurs du confinement au Royaume-Uni.

Trente personnes réunies à Downing Street

Des témoins ont confié au journal que trente personnes se sont rassemblées dans différentes parties de Downing Street, avant de se réunir dans le jardin. Ils fêtaient le départ de deux membres de l’équipe du chef du gouvernement. L'un des participants aurait été envoyé acheter une caisse remplie de bouteilles de vin mise dans une valise en pleine nuit. Boris Johnson n'était pas présent ce soir-là, précise le quotidien.

Déjà accablé par une série d'autres scandales, le dirigeant conservateur âgé de 57 ans avait fait mercredi son mea culpa au Parlement pour avoir participé à une fête le 20 mai 2020 dans les jardins de sa résidence officielle. Il soutenait alors avoir pensé qu'il s'agissait d'une réunion de travail. Boris Johnson est dans la tourmente, visé par des appels à la démission au sein même de sa majorité.

"Johnson doit partir"

La cheffe adjointe du parti travailliste, Angela Rayner, a écrit jeudi sur son compte Twitter: "Je n'ai pas de mots pour décrire la culture et les comportements au numéro 10 [Downing Street] et la responsabilité est celle du Premier ministre."

Ed Davey, le chef des libéraux-démocrates, a déclaré: "La reine assise seule, pleurant la perte de son mari, a été l'image majeure du confinement. Non pas parce qu'elle est la reine, mais parce qu'elle n'était qu'une personne en plus, pleurant seule comme trop d'autres", explique-t-il.

"Pendant qu'elle pleurait, le numéro 10 [Downing Street] faisait la fête. Johnson doit partir", exige le parlementaire.

Boris Johnson, arrivé triomphalement au pouvoir en juillet 2019, a depuis vu sa popularité dégringoler dans les sondages. L'un d'eux, réalisé par YouGov pour le Times avant ses excuses, donne au Labour une large avance de dix points, une première en près d'une décennie. Jeudi, le chef du gouvernement a échappé aux caméras et aux questions des médias: cas contact Covid, il a annulé une visite prévue dans un centre de vaccination.

Nina Jackowski