BFMTV

Coronavirus: le bilan repart à la hausse en Espagne avec 743 morts en 24 heures

L'Espagne impose une quarantaine quasi totale.

L'Espagne impose une quarantaine quasi totale. - CRISTINA QUICLER / AFP

Au total, 13.798 personnes sont mortes des suites du Covid-19 en Espagne depuis le début de la pandémie.

Le bilan quotidien de la pandémie de coronavirus est reparti à la hausse mardi en Espagne, après quatre jours de baisse, avec 743 morts qui portent le total à 13.798, mais les autorités estiment que la tendance à la baisse continue.

Le nombre de cas déclarés en 24 heures a lui aussi augmenté plus rapidement, de 4,1% contre 3,3% la veille, pour atteindre 140.510 dans le pays le plus frappé par le Covid-19 derrière l'Italie, selon les chiffres du ministère de la Santé.

Le nombre de guérisons augmente

"Cette légère augmentation par rapport à hier, nous considérons qu'elle est due à l'ajustement des données de la fin de semaine", a expliqué la Dr Maria José Sierra du Centre d'alertes sanitaires, qui avait déjà relevé précédemment que les morts et les cas du week-end n'étaient enregistrés qu'avec retard.
"En réalité, la tendance à la baisse est ce que nous continuons d'observer dans les rapports de ces derniers jours", a-t-elle ajouté, alors que les autorités estiment avoir stabilisé la propagation du virus.

Aussi, "bien que lentement, une certaine baisse de pression commence à être observée dans les hôpitaux et les unités de soins intensifs", a noté le Dr Sierra.

Autre note positive, le nombre de patients guéris continue d'augmenter et a atteint mardi 30% (43.308) des cas confirmés.

Madrid, région la plus touchée

Région la plus touchée, Madrid concentre mardi près d'un tiers des cas (28,8%) et 39% des morts, bien que la Catalogne (nord-ouest) compte plus de patients en soins intensifs que la capitale.

La prudence reste de mise en Espagne où l'un des confinements les plus stricts d'Europe a été imposé le 14 mars, et doit être prolongé jusqu'au 25 avril à minuit.

Les 46,6 millions d'Espagnols ne peuvent sortir de chez eux que pour acheter à manger, se faire soigner, promener rapidement leur chien ou aller travailler pour des activités jugées essentielles.

C.M. avec AFP