BFMTV

Coronavirus: des Français installés en Chine dénoncent le manque d'informations autour du rapatriement

BFMTV

Un premier avion est parti cette nuit de Paris, mais des ressortissants sur place affirment ne pas avoir été informés des conditions de retour. En tout, un millier de Français résident à Wuhan, épicentre du coronavirus en Chine.

C'est une opération de rapatriement inédite, mais dont les contours sont encore flous, pour les principaux concernés. La France organise un premier rapatriement de ses ressortissants bloqués en Chine à cause du coronavirus. Mais certains des voyageurs français concernés par ce vol de retour s'inquiètent de ne pas en avoir été encore informés.

Parmi les 1000 Français résident à Wuhan, 250 doivent être rapatriés cette semaine, ainsi qu'une centaine de ressortissants européens. Un premier avion militaire, un A340, est parti dans la nuit de mercredi à jeudi depuis Paris. Un second, un A380, partira "plus tard dans la semaine", selon la Commission européenne.

"On aimerait être informés"

Seuls des citoyens sains ou asymptomatique pourront monter à bord, a prévenu Bruxelles. Mais sur place, les personnes sélectionnées pour rentrer semblent ne pas avoir été prévenues par les autorités françaises. C'est le cas de Nicolas, qui séjourne à Wuhan chez sa belle-famille pour le Nouvel an. Il était censé rentrer mardi, mais son vol a été annulé.

"J'ai appelé le ministère des Affaires étrangères et de l'Europe à Paris. On m'a indiqué que ma compagne et moi allions être rapatriés. Je devais recevoir un mail du consulat de France à Wuhan. Ils m'ont envoyé un fichier à remplir avec des informations administratives... Et pour l'instant c'est tout, je n'ai pas de date, ni les conditions de rapatriement", explique-t-il à BFMTV ce jeudi matin.

"On aimerait être informés des différentes étapes du rapatriement", abonde auprès de France Info Amélie, une étudiante française installée à Wuhan depuis quatre ans. "Ne serait-ce que pour préparer la valise parce que si l'on me demande de partir cet après-midi, je ne suis pas prête du tout. On aimerait connaître la date, l'heure de départ, la façon dont nous serons conduits à l'aéroport et puis comment va se passer la quarantaine une fois arrivés en France."

Nicolas s'inquiète également pour des amis qui n'ont reçu aucune information sur un possible rapatriement:

"J'ai une amie chinoise dont les enfants sont français, tout comme son mari qui est en France actuellement. Elle était en Chine pour son congé maternité et on lui a dit de patienter, donc elle ne sait pas si elle peut rentrer. Je m'inquiète surtout pour elle, et pour tous les autres qui sont bloqués à Wuhan alors qu'ils ont des vies en France", ajoute-t-il depuis sa webcam.

14 jours de quarantaine

Le premier vol doit atterrir à Paris vendredi soir. Une fois sur le sol français, les voyageurs seront dirigés vers un centre d'accueil puis seront placés sous surveillance médicale, en quarantaine pendant 14 jours, soit la durée maximale estimée d'incubation de la maladie. Le lieu d'accueil n'a, pour l'heure, pas été communiqué par les autorités. 

Des États-Unis à la Nouvelle-Zélande, de nombreux pays sont en train de planifier le rapatriement de leurs ressortissants. Jeudi soir, un avion qui devait rapatrier des Britanniques n'a pu repartir de Chine.

"Un certain nombre d'avions n'ont pas pu décoller comme prévu", a déclaré une porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

On ignore, pour l'heure, si ces difficultés pourraient également perturber le retour des Français. 

Esther Paolini avec AFP