BFMTV

Coronavirus: des agents des services secrets présents au meeting de Donald Trump contaminés

Donald Trump lors de son meeting de Tulsa, le 20 juin 2020

Donald Trump lors de son meeting de Tulsa, le 20 juin 2020 - Nicholas Kamm / AFP

Dans une note envoyée à son personnel, l'administration américaine précise que les agents concernés par les déplacements présidentiels seraient désormais suivis de près.

Donald Trump avait voulu frapper un grand coup. Samedi dernier à Tulsa, en Oklahoma, le président des États-Unis avait officiellement lancé sa campagne présidentielle en tenant un meeting, le premier depuis le début de la crise du coronavirus.

Une initiative vivement critiquée outre-Atlantique, dans un pays encore largement secoué par le Covid-19, où ce rassemblement organisé dans un lieu confiné et sans possibilité de respect des gestes barrières chez les militants laissait présager du pire. Au final, la manifestation s'est conclue par un semi-échec, puisque seulement 6200 personnes étaient présentes le week-end passé.

L'organisation des services secrets revue

Pour autant, un problème sanitaire est bel et bien survenu au terme du meeting. Comme le rapportent CNN et le Washington Post, deux agents des services secrets, présents pour l'occasion, auraient été testés positifs au coronavirus quelques heures plus tard. Ils ont été placés en quarantaine.

Une situation épineuse, qui a poussé les services secrets américains à revoir leur organisation lors des déplacements présidentiels. Toujours selon le média américain, un mail a récemment été envoyé au personnel de l'agence, expliquant que ces derniers devaient être testés 24 à 48 heures avant un déplacement de Donald Trump.

En outre, l'ensemble des agents ayant participé au meeting de Tulsa ont également placés en quarantaine, par mesure de précaution. Une dizaine d'entre eux serait concernés.

"Pour protéger la confidentialité des informations de santé de nos employés et pour la sécurité opérationnelle, les services secrets ne publient pas combien de leurs employés ont été testés positifs pour Covid-19, ni combien de ses employés étaient, ou sont actuellement, en quarantaine", précise l'administration.

Un meeting critiqué

À l'occasion du meeting de Tulsa, les participants n'étaient pas tenus de porter de masques ou de respecter les distances de sécurité pourtant conseillées par les autorités sanitaires. De plus, plusieurs responsables de la campagne et proches de donald Trump avaient également été aperçus sans protections.

Par mesure de précaution, les partisans présents ont dû accepter de ne pas intenter d'action en justice en cas de contamination au coronavirus les jours qui suivent le rassemblement, reconnaissant que "le risque inhérent d'exposition au COVID-19 existe dans tout lieu public où des personnes sont présentes."

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV