BFMTV

Coronavirus: 600 Européens veulent être rapatriés de Chine

BFMTV

Plusieurs milliers d'étrangers sont bloqués dans la ville chinoise de Wuhan, berceau de l'épidémie de coronavirus qui se propage dans le pays et hors de ses frontières. En Europe, près de 600 personnes demandent désormais à être rapatriées.

Près de 600 citoyens européens veulent être rapatriés de Chine face à la propagation du nouveau coronavirus, a annoncé mercredi la Commission européenne, qui recommande à son personnel de ne pas se rendre dans ce pays.

"Il y a un certain nombre de citoyens européens en Chine qui voudraient quitter le pays, le chiffre actuel est d'environ 600 et ils ne peuvent pas le faire pour le moment", a expliqué Janez Lenarcic, le commissaire chargé de la gestion de crise.

Deux vols déjà prévus

Ces citoyens sont originaires d'Autriche, de Belgique, de Bulgarie, d'Allemagne, d'Espagne, de Finlande, de France, d'Italie, de Lettonie, des Pays-Bas, de Pologne, du Portugal, de Roumanie et du Royaume-Uni, a précisé le commissaire. Certains Etats membres n'avaient pas encore fourni toutes les informations sur leurs ressortissants.

La France a activé mardi le mécanisme de protection civile européen afin de coordonner au mieux le rapatriement des ressortissants européens à partir de Wuhan, l'épicentre de l'épidémie.

"À l'heure actuelle, les autorités françaises sont en contact étroit avec les autorités chinoises pour élaborer les détails opérationnels afin d'assurer les vols annoncés", a expliqué Janez Lenarcic.

Deux vols sont prévus pour les rapatriements. La Commission européenne va cofinancer les frais de transport aérien. Face à une "opération complexe", le commissaire a appelé au "calme et à la patience".

Ces personnes "doivent être contrôlées"

"Vous n'envoyez pas un avion à Wuhan pour charger les gens et revenir à la maison, vous devez les contrôler. Vous ne voudriez pas d'un avion avec 200 personnes et l'une d'entre elles est infectée et infecte tous les autres sur le vol de retour. À leur retour, ils doivent être mis en quarantaine", a expliqué à des journalistes le directeur de la gestion des opérations d'urgence de l'UE Johannes Luchner, lors d'une visite du Centre de coordination de la réaction d'urgence (ERCC) à Bruxelles.

La commissaire européenne à la Santé Stella Kyriakides a rappelé que neuf cas avaient été confirmés en Europe, cinq en France, quatre en Allemagne et un en Finlande.

La Commission européenne a recommandé à son personnel de "suspendre ou décaler tout voyage non urgent vers la Chine" et inversement pour les délégations présentes en Chine.

"Si la présidence croate (de l'UE) en décide, nous déciderons d'organiser une réunion extraordinaire des ministres de la Santé, mais pour l'instant ce n'est pas d'actualité", a indiqué Stella Kyriakides devant le Parlement européen.
Jeanne Bulant avec AFP