Une manifestation contre les violences sexuelles en Corée du Sud, en mars 2018.
 

En Corée du Sud, lorsque des victimes de viols dénoncent leur agresseur, ces derniers peuvent retourner le système judiciaire contre elles et les accuser de diffamation.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire