BFMTV

Cleveland : le propriétaire de la maison inculpé, ses frères remis en liberté

Le propriétaire de la maison, Ariel Castro, a été mis en examen pour enlèvement et viol.

Le propriétaire de la maison, Ariel Castro, a été mis en examen pour enlèvement et viol. - -

Les trois femmes séquestrées pendant une dizaine d’années à Cleveland, aux Etats-Unis, vont bien et deux d’entre elles ont pu rentrer chez elles et tentent maintenant de se reconstruire. Le propriétaire de la maison a été inculpé, mais ses deux frères ont été remis en liberté.

La famille d’Ariel Castro connaissait-elle l’horreur que vivaient Amanda Berry, Gina DeJesus et Michelle Knight ? Le propriétaire de la maison de Cleveland, dans l’Ohio, où ont été retrouvées les trois femmes séquestrées pendant une dizaine d’années a été inculpé mercredi pour enlèvement et viol. Mais ses deux frères, Pedro (54 ans) et Onil (50 ans), interpellés en même temps que lui, n'ont en revanche pas été inculpés. « Rien ne nous permet de croire qu'ils étaient impliqués ou étaient au courant » des agissements de leur frère, a déclaré le chef adjoint de la police de la ville, Ed Tomba, qui précise par ailleurs que les trois jeunes femmes séquestrées n'avaient jamais quitté la propriété d’Ariel Castro durant la dizaine d'années où elles y ont été enfermées.

Une des trois victimes toujours hospitalisée

Lundi soir, celles-ci sont parvenues à s'enfuir avec l'aide d'un voisin et les informations sur leurs conditions de captivité commencent doucement à être connues : les femmes auraient vécu attachées, séparément, et l’une d’elle a donné naissance à une petite fille durant sa captivité. Elle est aujourd'hui âgée de 6 ans.
Amanda Berry, 27 ans et sa fille ainsi que Gina DeJesus, 23 ans, ont pu regagner leur domicile mercredi tandis que Michelle Knight, 32 ans, est toujours hospitalisée.

« Nous apprécions tout ce que vous avez fait »

Mercredi, Amanda Berry devait s’exprimer, mais c’est finalement Beth Serrano, sa sœur, qui est sortie sur le perron. « Je veux remercier le public et les médias pour leur soutien et leurs encouragements tout au long de ces années, a-t-elle dit. Mais nous demandons le respect de la vie privée de ma sœur et ma nièce pour qu’elles puissent se remettre. Nous apprécions tout ce que vous avez fait ces 10 dernières années. Respectez notre intimité jusqu’à ce qu’elles soient capables de faire une déclaration ».

« Comme un rêve »

Nancy Ruiz, la mère de Gina De Jesus, ne s’en remet toujours pas. « Ma première réaction, quand j’ai retrouvé ma fille, a été de la prendre dans mes bras, et à ce moment-là, et même toujours, j’ai l’impression d’être dans un rêve, raconte-t-elle. Je sais qu’elle est là, et qu’elle restera là, mais c’est comme un rêve ».

Mathias Chaillot