BFMTV

Ce que l'on sait de l'accident de motoneige au Québec, dans lequel 5 Français ont disparu

Mardi en fin de journée, un accident de motoneige s'est produit lors d'une excursion sur les rives du lac Saint-Jean, au Québec. Tandis que le guide est mort dans le drame, les recherches se poursuivent pour tenter de retrouver les cinq Français disparus qui se trouvaient avec lui.

36 heures après le dramatique accident de motoneige sur les rives du lac Saint-Jean dans le nord du Québec, les recherches se poursuivent pour tenter de retrouver cinq touristes Français portés disparus. Sur place, l'incompréhension demeure concernant le sentier, particulièrement dangereux, emprunté par le guide, pourtant très expérimenté.

  • Que s'est-il passé?

Lundi matin, un groupe de huit touristes français, accompagnés d'un guide, part de Saint-Michel-des-Saints pour une excursion de plusieurs jours en motoneige sur les rives du lac Saint-Jean, situé à environ 225 km au nord de la ville de Québec. Ils passent une première nuit dans un refuge puis reprennent la route au petit matin, en direction de Saint-Gédéon, rapporte Le Journal de Montréal. Le groupe est alors censé suivre un trajet sur le sentier balisé 93, mais pour une raison inconnue, le guide quitte cette route et poursuit l'excursion sur le lac Saint-Jean. 

"Ce secteur ne faisait pas partie d'un sentier balisé, ils étaient en hors piste", a confirmé Hugues Beaulieu, porte-parole de la Sûreté du Québec.

En début de soirée mardi, la glace du lac cède sous le poids des engins motorisés au niveau de l'embouchure de la rivière Saguenay, à proximité de l'île Beemer. Trois touristes réussissent à se réfugier dans un dépanneur. Le guide perd la vie dans l'accident. Cinq autres Français sont toujours recherchés.

Il faisait alors environ -10 degrés, la neige et le vent étaient de faibles intensités, indique Le Journal de Montréal. Un habitant présent à proximité de la zone d'accident mardi affirme toutefois au quotidien "qu'on ne voyait rien. Quand ça arrive, c’est comme si c’était une tempête de sable."

  • Qui sont les touristes disparus?

Le consul général adjoint de France au Québec, Laurent Barbot, qui s'est rendu sur place, a déclaré aux journalistes que les touristes français disparus venaient "de l'Est de la France", sans plus de précisions.

Parmi les cinq touristes portés disparus, âgés de 24 à 58 ans, se trouvent un habitant du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et des Vosges, selon France 3 Grand-Est. Le quotidien alsacien Dernières Nouvelles d'Alsace indique pour sa part que cinq des huit touristes français étaient "un groupe de copains" originaires de la région de Sainte-Marie-aux-Mines dans le Haut-Rhin, et "partis dimanche pour le Canada".

Les trois survivants sont quant à eux originaires du département du Haut-Rhin. Ils ont été hospitalisés dans un établissement de la ville d'Alma. "Ils sont en bonne santé, ils ont subi quelques engelures et un choc nerveux", a expliqué Hugues Beaulieu.

  • Le guide connaissait-il le secteur?

L'accident s'est donc produit dans une zone dangereuse, où la glace est plus fine, formellement déconseillée par tous les professionnels. Le guide, Benoît Lespérance, 42 ans, mort dans l'accident, avait vingt ans d'expérience dans la pratique du motoneige, fait savoir Le Journal de Montréal

"Cela fait depuis 1995 qu’il vient faire de la motoneige avec moi ou d’autres. Il était un passionné du Québec et de la motoneige", précise au quotidien québécois Francis Pierrel, un organisateur de voyages.

Des médias évoquent la possibilité que les touristes et leur guide aient voulu emprunter un raccourci pour rejoindre leur destination finale. Un scénario non confirmé à l'heure actuelle par les autorités. La piste est écartée par son ami de longue date, qui envisage, lui, une autre hypothèse:

"Il se peut que le guide les ait aperçus et qu’il soit allé au-devant d’eux pour les prévenir du danger."
-
- © BFMTV
  • Où en sont les recherches?

D'importantes recherches, avec l'aide de plongeurs et de deux hélicoptères, ont été menées toute la journée de mercredi dans l'est du lac. Elles se sont poursuivies toute la nuit, a précisé une porte-parole de la police, Béatrice Dorsainville. Seules les recherches sous-marines et par hélicoptère ont été suspendues dans la soirée et vont reprendre ce jeudi.

"On garde l'espoir", a-t-elle déclaré en fin de soirée. "Il n'est pas impossible qu'ils aient trouvé refuge quelque part et qu'ils n'aient aucun moyen pour communiquer avec nous."

En début d'après-midi, l'un des hélicoptères de la police s'est écrasé sur le lac glacé. Le pilote, blessé, a été hospitalisé mais ses jours ne sont pas en danger, selon la police.

Deux motoneiges semblables à celles utilisées par les touristes disparus ont ensuite été retrouvées au fond de l'eau dans ce secteur en fin d'après-midi mercredi, mais aucun corps n'a été découvert à proximité, a annoncé la police.

Esther Paolini avec AFP