L'ONG Human Rights Watch  a dénoncé mercredi 27 juillet que de jeunes miliciens proches du pouvoir burundais et des policiers se soient livrés à des viols collectifs répétés sur des femmes considérées comme proches de l'opposition depuis le début de la crise en avril 2015.

Votre opinion

Postez un commentaire