Michel Temer, en novembre 2015. - Evaristo Sa - AFP
 

Votre opinion

Postez un commentaire