BFMTV

Boeing disparu: "la piste terroriste s'éloigne", selon Interpol

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Un jeune Iranien de 19 ans cherchant à immigrer en Allemagne faisait partie des deux passagers voyageant avec de faux passeports à bord de l'avion de la Malaysia Airlines mystérieusement disparu depuis samedi.

Selon les autorités malaisiennes, un des deux passagers qui voyagaient avec des passeports volés à bord du Boeing de la Malaysia Airlines, disparu depuis samedi et qui transportait 239 personnes, était un Iranien de 19 ans qui cherchait à immigrer en Allemagne.

Selon la police thaïlandaise, un autre Iranien, "M. Ali", a organisé l'achat des billets des deux hommes par l'intermédiaire d'une agence de voyage de Pattaya, station balnéaire au sud de Bangkok.

"Plus nous avons d'informations, plus nous sommes portés à conclure qu'il ne s'agit pas d'un incident terroriste (...)", a déclaré M. Ronald K. Noble, secrétaire général d'Interpol. Selon Ronald K. Noble, secrétaire général d'Interpol, il s'agit d'immigration clandestine "et non pas d'une affaire de terrorisme". "Nous avons de plus en plus de certitude que ces individus ne sont pas des terroristes", a-t-il assuré.

Le parquet de Paris a ouvert mardi une enquête préliminaire pour homicides involontaires. Quatre Français figurant parmi les passagers de l'avion, une telle enquête est quasiment automatique. Les Français disparus sont trois élèves du Lycée français international de Pékin et la mère de deux d'entre eux.

L'avion toujours introuvable

Depuis samedi, jour de la disparition mystérieuse de l'appareil, toujours introuvable à ce jour, deux passagers ayant utilisé des passeports volés à des Européens pour embarquer soulèvent de nombreuses interrogations. Un Autrichien du nom de Christian Kozel et un Italien du nom de Luigi Maraldi apparaissent sur la liste d'embarquement, mais aucun d'eux n'était à bord, selon des responsables. Tous les deux ont eu leur passeport volé, en Thaïlande en 2012 et 2013, a confirmé l'organisation policière internationale Interpol. La police thaïlandaise a d'ailleurs annoncé une enquête sur un possible trafic de passeports.

La rédaction avec agences