Des Rohingyas traversent une rivière au Bangladesh, le 17 septembre 2017.
 

Pour la première fois, l'armée birmane, accusée d'exactions contre la minorité musulmane des Rohingyas, a reconnu l'existence d'un charnier. 

Votre opinion

Postez un commentaire