L'un des deux journalistes de Reuters arrive au tribunal, à Rangoun, le 10 janvier 2018.
 

Les deux reporters birmans sont accusés par la police de détenir des documents relatifs aux opérations des forces de sécurité dans l'ouest du pays, où l'armée est accusée d'"épuration etnihque" contre les Rohingyas.

Votre opinion

Postez un commentaire