BFMTV

Un "ours polaire" flotte devant le Kremlin pour défendre l'Arctique

Le faux ours polaire dénonçait ce lundi une vraie menace sur le veritable animal, à savoir l'ouverture de nouveaux prospects pétroliers en mer de Barents.

Le faux ours polaire dénonçait ce lundi une vraie menace sur le veritable animal, à savoir l'ouverture de nouveaux prospects pétroliers en mer de Barents. - -

Un militant de Greenpeace déguisé en ours polaire a flotté lundi matin sur un morceau de banquise improvisé sur la rivière Moskova devant le Kremlin pour protester contre l'exploration pétrolière dans l'Arctique.

Vêtu d'un costume en fourrure blanche, un militant de Greenpeace déguisé en ours polaire a fait un petit tour sur la rivière Moskova à bord d'un radeau blanc ressemblant à un bloc de glace, pour protester contre l'exploration pétrolière dans l'Arctique. Il avait installé sur son embarcation les panneaux en anglais "Help!" ("Au secours!") et "Arctic not for Sale" ("L'Arctique n'est pas à vendre!"). Il a ensuite été interpellé mais très vite relâché, a indiqué Greenpeace sur Twitter.

Les ours polaires et les baleines menacés par un projet russo-norvégien

L'organisation a expliqué vouloir ainsi attirer l'attention sur un projet commun du groupe Rosneft, numéro un du pétrole russe, et de la société norvégienne Statoil pour prospecter en mer de Barents (Arctique), dans un communiqué publié sur son site. "Les compagnies pétrolières avides s'emparent de l'Arctique. Et il se fichent des ours et des baleines qui peuvent mourir de faim, tout comme de l'équilibre climatique".

Greenpeace a annoncé son intention de lancer une pétition pour appeler le Premier ministre norvégien, Jens Stoltenberg, à renoncer à ce "projet industriel à haut risque dans l'Arctique russe". L'ONG a également accusé Statoil d'être prêt à faire en Russie des