BFMTV
Russie

La détresse de Dominique, mère française arrivée en Pologne, dont le fils est bloqué en Ukraine

Dominique a fait le trajet depuis l'Hérault jusqu'en Pologne, en espérant retrouver son fils coincé en Ukraine. Après avoir appelé à l'aide sur notre plateau, elle a été contactée par une proche conseillère d'Emmanuel Macron.

MISE A JOUR: à la suite de son témoignage, Dominique a de nouveau pu échanger avec son fils Aurélien. Elle a également été contactée par le secrétariat d'Emmanuel Macron.

"Je vais la passer cette frontière, je vais aller le chercher." Partie de Pézenas, dans l'Hérault, après le début des combats, Dominique est allée jusqu'à Dorohusk en Pologne, à la frontière avec l'Ukraine où des réfugiés fuient l'armée russe. Elle espère retrouver son fils qu'elle dit coincé dans une maison proche d'un aéroport, et appelle l'État français à l'aide.

"Le souci c'est qu'ils n'ont plus d'eau, d'électricité, internet est coupé, ils n'ont plus rien aujourd'hui. On a besoin de l’aide de la France", déclare-t-elle à BFMTV. "Tout est fait du côté administratif, ils sont en relation avec mon fils, mais rien n’a été fait pour aller le chercher. Aujourd'hui j'ai besoin d'aide, autrement c'est moi qui passe de l’autre côté le chercher."

Elle explique avoir été en contact à plusieurs reprises avec son fils, marié à une Ukrainienne, mais au moment de l'interview, n'a pas eu de nouvelles depuis une heure, "donc je me demande ce qu'il se passe là-bas".

"Il risque de mourir dans les heures qui arrivent, je veux qu'il revienne"

La France avait appelé samedi dernier tous ses ressortissants à quitter l'Ukraine au plus vite. Dominique explique que son fils a essayé de partir au début de l'attaque, mais a été obligé de rester confiné en raison des bombardements.

"Je veux absolument qu'il soit près de moi, c'est mon fils", implore-t-elle. "On est tout seul, on est démuni de tout, on a besoin d'aide de la France. Dépêchez-vous, mon fils est en danger, il risque de mourir dans les heures qui arrivent, je veux qu'il revienne". "Faites quelque chose Monsieur Macron, si vous ne faîtes rien, vous allez entendre parler de moi, je vais la passer cette frontière, je vais aller le chercher", lance-t-elle.

Dominique explique avoir été en contact avec des cellules de crise, l'ambassade française en Ukraine et même le secrétaire de la présidente de la région Occitanie Carole Delga. "Il s'est mis en contact avec mon fils… De ce côté-là, bravo, mais là on n’a rien, rien ne bouge" sur le terrain déplore-t-elle, se disant "en colère" contre le gouvernement français.

Au-delà de son cas personnel, elle appelle le président de la République à "trouver tous les Français qui veulent rentrer. Dépêchez-vous, dans les 48 heures ça va être envahi. Aidez-nous à les récupérer avant qu'il ne se passe quoique ce soit".

La présidence de la République entend son appel

Plusieurs heures après son témoignage, Dominique a de nouveau témoigné sur notre antenne, avec son fils, en direct, au téléphone. Ce dernier a réagi au courage de sa mère:

"Ça me touche du fond de cœur, il n'y aurait pas beaucoup de gens sur terre qui l'auraient fait, c'est ma mère." Il a poursuivi: "Mais ça me fait peur aussi d'un côté, parce que bon elle est en sécurité du côté de la frontière polonaise, mais si elle passe la frontière elle ne sera plus en sécurité. Mais je suis content de la savoir pas très loin de moi."

"Je veux mon fils, je me battrai jusqu'au bout pour avoir mon fils", a ensuite martelé Dominique, avant d'annoncer que son appel passée quelques heures auparavant avait été entendu au plus haut sommet de l'État. "Par chance, aujourd'hui, je remercie le secrétariat* d'Emmanuel Macron qui m'a appelée, directement, pour me dire qu'ils allaient essayer de mettre en place des choses pour essayer de sortir les ressortissants français."

*L'Élysée nous précise que Dominique a échangé par la conseillère Europe centrale d'Emmanuel Macron.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV