BFMTV
Russie

Guerre en Ukraine: Macron "n'exclut pas" d'aller à Kiev ou Moscou mais quand les conditions seront "remplies"

En marge d'une rencontre avec des réfugiés ukrainiens dans le Maine-et-Loire, Emmanuel Macron a indiqué n'exclure "aucune initiative politique". "Je le ferai quand je considérerai qu'il peut y avoir un résultat utile et tangible", a-t-il précisé.

Emmanuel Macron a affirmé ce mardi qu'il "n'excluait pas" de se rendre à Moscou ou à Kiev au sujet de l'invasion russe en Ukraine, mais a jugé que les "conditions n'étaient pas remplies" pour effectuer ces déplacements "dans les prochains jours".

"Je n'exclus rien et aucune initiative politique, je le ferai quand je considérerai qu'il peut y avoir un résultat utile et tangible", a déclaré le président français en marge d'une rencontre avec des réfugiés ukrainiens dans le Maine-et-Loire.

"Mais aujourd'hui les conditions ne sont pas remplies" pour permettre "de faire d'un tel déplacement quelque chose qui soit de nature à changer la donne", a ajouté le chef de l'État.

Il était interrogé sur la possibilité qu'il se déplace dans l'un ou l'autre des deux pays, alors que les Premiers ministres polonais, tchèque et slovène se rendaient mardi à Kiev.

"Continuer ce travail de discussions avec l'un avec l'autre"

"Je vais pour le moment continuer à oeuvrer avec la méthode qui est la nôtre, (...) continuer ce travail de discussions avec l'un avec l'autre, continuer un travail intense en Européen, et nous le ferons avec la perspective du Conseil européen de la semaine prochaine. Et ensuite élargir aussi nos initiatives diplomatiques" avec les États-Unis, la Chine, pour "essayer de produire cette solution diplomatique négociée, utile, d'abord un cessez-le-feu et un règlement du conflit", a-t-il développé.

"Je n'exclus donc aucun déplacement mais il n'est pas prévu dans les prochaines heures ou les prochains jours", a-t-il poursuivi.

La quatrième session de pourparlers entre l'Ukraine et la Russie a repris mardi après une pause la veille, a annoncé un haut responsable ukrainien, insistant sur le cessez-le-feu réclamé par Kiev.

C.M. avec AFP