BFMTV

Inde: une Irlandaise de 21 ans droguée et violée

Le marché aux fleurs à Calcutta, en Inde

Le marché aux fleurs à Calcutta, en Inde - -

La police indienne a annoncé lundi avoir arrêté un homme d'affaires à Calcutta soupçonné d'avoir drogué et violé une jeune Irlandaise, employée dans une ONG.

En Inde, un nouveau cas de viol sur une Occidentale a été signalé lundi par la police. Une jeune femme irlandaise âgée de 21 ans a déposé plainte samedi à Calcutta en disant avoir été agressée dans un état semi-conscient après avoir bu une tasse de thé au domicile du suspect. L'agresseur présumé, un homme d'affaires de 25 ans, a été interpellé.

"Nous le soupçonnons d'avoir mis de la drogue dans son thé et d'avoir violé l'Irlandaise", a déclaré un officier de police.

La jeune femme, une étudiante en école d'ingénieurs venue en Inde pour travailler comme volontaire dans une association caritative locale, a passé un examen médical dans un hôpital public.

Deux versions pour une rencontre

Sujay Mitra, le suspect, avait lié connaissance avec la victime présumée sur un marché bondé de Calcutta la semaine dernière et ils avaient décidé de célébrer ensemble l'anniversaire de la jeune femme vendredi soir, a rapporté la police. Cependant, selon le quotidien The Times of India, Mitra, ancien étudiant en hôtellerie aux Etats-Unis, aurait rencontré la jeune Irlandaise par un ami commun.

Un organisme regroupant les chambres de commerce et d'industrie en Inde affirme que la fréquentation des étrangères a chuté à la suite du viol collectif d'une étudiante de 23 ans dans un autobus à New Delhi en décembre dernier. La jeune fille avait succombé à ses blessures treize jours plus tard et ce fait-divers avait profondément choqué l'opinion.

Par ailleurs, une touriste suisse sillonnant l'Inde à vélo avec son mari a été victime d'un viol en réunion dans l'Etat du Madhya Pradesh en mars dernier tandis qu'une touriste sud-coréenne a affirmé avoir été droguée et violée dans ce même Etat en janvier par le fils du propriétaire de l'hôtel dans lequel elle séjournait.

M.G. avec AFP